Décès de Soumaïla Cissé : Le Mali perd son véritable ‘’futur président’’ !

2

A 5 jours de son soixante onzième anniversaire, deux mois et 19 jours de sa libération des mains des jihadistes et surtout un an et demi de la prochaine présidentielle, Soumaïla Cissé a choisi de tirer sa révérence. Pour de nombreux observateurs internationaux et nationaux de la scène politique malienne, le Mali perd ainsi son meilleur candidat, celui qui avait plus de chance d’assumer les rênes du pouvoir après la transition. La perte est donc énorme, car elle laisse un grand vide.

Rarement le décès d’un homme politique malien a suscité autant d’émoi et de consternation chez les Maliens comme celui de Soumaïla Cissé. Cette mélancolie généralisée s’est traduite par un énorme regret exprimé par les uns et les autres de tous les bords et d’obédiences politiques devant cette disparition.

« Si je pouvais, j’allais faire revenir Soumaïla Cissé afin qu’il dirige d’abord le Mali, ne serait-ce que durant un mandat avant de mourir » s’exprimait ainsi un internaute malien. Comme lui, le peuple malien dans sa majorité, après la chute du régime d’IBK, voyait afin sonner l’heure de Soumi-Champion. Cette attente n’était pas fortuite, car elle se fondait sur le parcours de l’homme, qui n’avait plus son égal sur la scène politique nationale. Ancien ministre, ancien président de la commission de l’UEMOA, ancien député, ancien chef de file de l’opposition, trois fois deuxième à la présidentielle, président de l’un des partis politiques les mieux ancrés et structurés, dotés d’un véritable  projet de société pour gouverner, il ne manquait qu’un ultime scrutin à Soumaïla Cissé pour occuper le fauteuil de Koulouba. Cette hypothèse ne souffrait d’aucun doute. Cela depuis qu’il est sorti sain et sauf de son rapt de plusieurs mois des mains des jihadistes, le 8 octobre dernier. Cela au moment ou certains ne le croyaient plus en vie. Malheureusement ce grand homme politique malien n’a pas pu gagner  son ultime combat contre le plus grand mal de l’heure actuelle, la covid19. Et c’est à un jour de fête, celle de Noël 2020 qu’il jeta l’ensemble du peuple malien dans le désespoir total.

L’annonce de sa mort aux premières heures de la matinée de ce 25 décembre a été considérée d’abord par tous comme un autre fakenew (tel celle sur sa libération) pour ensuite être confirmée dans l’esprit de plus d’un lorsque des communiqués officiels des différents responsables politiques ont fusé de partout sur le net. Du coup, dans toutes les causeries à travers la capitale, les posts sur les réseaux sociaux, les tweets et communiqués officiels, il n’y avait qu’un seul sujet au centre, la mort de Soumaïla Cissé.

Les autorités de la transition dans un communiqué donnent l’information d’avoir eu l’autorisation des familles politique et biologique de l’illustre défunt pour prendre en charge à travers l’ambassade du Mali en France le rapatriement de son corps au pays.

Après la disparition de Soumaïla Cissé, la question légitime qui est sur toutes les lèvres est de savoir, qui va diriger le Mali après la transition ?

Le Mali vient de perdre son véritable meilleur futur président.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Son veritable futur président????
    Dans les DEMOCRATIES qui respectent la souverainété du peuple,SOUMAILA CISSÉ est le successeur naturel d’ALPHA OUMAR KONARE.
    L’ACQUISITION DE LA QUALITE DE LEGITIMITÉ POPULAIRE NE PEUT S’OBTENIR QUE SI ON EST APPUYÉ PAR UNE STRUCTURE REPRESENTÉE DANS CHAQUE VILLAGE DU PAYS.
    La popularité seule de L’HOMME POLITIQUE ne suffit pas car on peut n’être populaire que dans la capitale que trop ont tendance á confondre avec tout le pays.
    SEUL LE VOTE PERMET DE SAVOIR QU’ON L’EST SUR UNE BONNE PARTIE DU TERRITOIRE.
    C’est pourquoi un homme politique qui se soucie de sa legitimité au sommet de l’Etat commence d’abord à mettre en place les structures de son parti avant de penser à briguer la MAGISTRATURE SUPRÊME,à moins de profiter des structures d’autres partis politiques comme MACRON en France.
    CE DERNIER GOUVERNE DIFFICILEMENT AVEC L’ABSENCE D’UN GRAND PARTI POLITIQUE.
    Dans les GRANDES DEMOCRATIES la souverainété populaire est REALISÉE par les grands partis qui sont trois au plus.
    Aux ETATS-UNIS,un candidat qui n’est pas investi par l’un des deux grands partis ne fait que participer.
    En AFRIQUE DU SUD,un candidat investi par l’ANC est potentiellement élu.
    Dans la sous-region au NIGERIA et au GHANA la souverainété populaire se réalise consacrant regulièrement l’alternance grâce à deux grands partis politiques.
    Au MALI,deux candidats ont été élus sans le soutien d’un grand parti representatif.
    Ils ont été chassés du pouvoir.
    Un signe irréfutable qu’ils ont manqué de souverainété populaire.
    Depuis 2002,la souverainété populaire n’est pas rèalisée au MALI.
    EN 2002,SOUMAILA CISSÉ ÉLU CANDIDAT DE L’ADEMA PASJ POUR LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES DEVRAIT ÊTRE ÉLU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,SI ON VOULAIT QUE LA SOUVERAINETE POPULAIRE SE REALISE.
    La souverainété populaire s’entend qu’on se conforme aux messages vehiculés par la structure representative au risque de ne pas être réelu.
    ATT et IBK n’ont pas jugé necessaire de se conformer aux messages vehiculés conscients qu’ils n’ont pas besoin des maliens pour être reélus.
    LE M5-RFP EST CRÈE POUR EN FINIR AVEC CE PHENOMENE ANTI-DEMOCRATIQUE.
    On constate que l’esprit du M5-RFP est entrain d’être detourné pour perpetuer les pratiques anciennes.
    Les militaires se soucient peu de l’expression de la majorité des maliens.
    LES MANIPULATIONS EN COURS CONSISTENT Á IMPOSER UN CANDIDAT.
    Le non respect de l’exercice du COLLEGE ÉLECTORAL pour élire le président de la transition donne un avant goût de la gouvernance de la transition.
    Dans ce contexte, tout serait mis en place pour empecher l’exercice de la souverainété populaire.
    SOUMAILA CISSÉ serait le futur president de la republique, si l’esprit du M5-RFP est respecté.
    On serait engagé à suivre les pas tracés par le NIGERIA et le GHANA;à finir avec les influences des religieux car seuls les partis politiques ont la legitimité de realiser la souverainété populaire.
    Il est à s’interroger si la disparution de SOUMAILA CISSÉ n’est pas l’aboutissement d’un processus qui consiste á empecher l’expression de la souverainété populaire quand on constate qu’il devrait nous quitter quand il a été enlevé causant la mort de son aide de camp.
    SOUMAILA CISSÉ est sans doute le martyr de la DEMOCRATIE MALIENNE.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. maliweb, SABALI! La charte de la transition avait deja disqualifie’ le defunt Soumaila Cisse’ parce qu’il avait depasse’ 70 ans!
    Celui qui sera elu par le peuple malien ne sera pas un faux president. Il sera un vrai president!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here