Mali : Michelle Bachelet, la cheffe des droits de l’Homme de l’ONU, regrette l’impact « des sanctions sur les Maliens ordinaires »

5

Le mardi 8 mars dernier, devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, la Haute-Commissaire aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, s’est insurgée contre « la série de changements de pouvoir anticonstitutionnels » survenus récemment dans plusieurs pays du continent africain. Selon elle, « ces coups d’Etat ont de graves répercussions sur la stabilité des institutions, des sociétés et – au-delà des frontières nationales – dans la région au sens large. »

Concernant le cas particulier du Mali, l’ancienne Présidente chilienne s’est inquiétée de la situation où, de son avis, « il est essentiel d’assurer une transition rapide vers la démocratie et un retour complet à l’ordre constitutionnel ». Cette nouvelle donne d’un pouvoir militaire a conduit également à « un rétrécissement de l’espace civique et du débat démocratique ».

Pour Michelle Bachelet, sur le plan sécuritaire, malgré « une légère réduction du nombre d’incidents sécuritaires » au cours du dernier trimestre de 2021 par rapport au trimestre précédent, l’environnement sécuritaire au Mali reste précaire. « Les services de Mme Bachelet ont fait état de la poursuite des attaques contre les civils par des groupes extrémistes violents, des groupes armés communautaires et des milices. » Les disparitions forcées ou les enlèvements documentés par l’ONU ont plus que doublé en 2021, pour atteindre 775 cas.

Le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme (HCDH) pointe du doigt « les graves violations du droit international des droits de l’Homme et du droit humanitaire » commises par les forces de défense et de sécurité, notamment celles engagées dans l’« Opération Keletigui ». « Mon Bureau enquête sur un certain nombre d’allégations à Diabaly et ailleurs », a fait valoir Mme Bachelet. Sur un autre plan, elle a regretté l’impact « des sanctions sur les Maliens ordinaires » et « la tension persistante entre les autorités et plusieurs partenaires régionaux et internationaux ». Dans ces conditions, elle a appelé les autorités à Bamako à travailler de manière constructive avec leurs partenaires régionaux et internationaux pour faire avancer les droits du peuple malien.

Avec ONUINFO

 

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Bonjour je cois que ceux qui ont déjà dirigé ont des langues de bois face aux institutions fondées ,construites sur fonds de déconstruction et de faiblesse des PAYS idem voire le CONTINENT a tout gobé a tout assumé sur fonds de finance sans se soucier du PEUPLE et de la valeur humaine on va dans le mur si on accepte tout pour faire plaisir aux autres comme un fonds de commerce . LE PEUPLE n’ai pas un fonds de cession(bail) c’est le respect de la dignité humaine et le respect en soi donc respectons nous l’argent contribue à une partie du bonheur mais remplacera jamais la partie humaine existentielle on doit plus revenir en arrière avançons sans pas feutré mais à pas de géant PEUPLE D’HISTOIRE et de GRANDEUR qui n’a voulu se soumettre en aucune contrainte prouve aujourd’hui il reste encore des hommes capables de réagir quand il faut de la manière qu’il se doit n’oublier jamais leur issue c’est de nous sortir de ces zones humaines nous rallier à leurs causes destructrices tout ce qu’ils promulguent c’est mauvais pour nous je raccourcis on n’a tout pourquoi se tirailler faites une politique gagnant gagnant je veux dire votre part c’est d’ être au sommet chaque PARTI peut faire 5 ans et la part de la société c’est une création d’emplois dans toutes les régions pour endiguer ces terroristes et terrorismes vous avez sous la main l’ emploi du temps les moyens sont sous les pieds à vous d’en faire bon usage bien c’est difficile d’entendre mais c’est faisable cessez de déchirer mettons au travail et avançons jusqu’à l’exploit le chemin est ouvert ils ont montré la voie ne décevons LE PEUPLE a soif de paix et de respect de courage pour remonter toutes pentes et abysses vive le MALI NATION forte et sincère surtout dans ce moment injuste dont on connait nos alliés et nos détracteurs q’ALLAH nous protège par la bénédiction de nos connaisseurs sous silence

  2. Voilà c’est bien fait pour ces Negres d’africains qui signent a tout vent toutes les conventions ou traités qu’on leur soumet pour de l’ARGENT! On peut accepter une mission des Nations unies chez soi “sans le volet droit de l’homme” Non !? Cette notion est une arme des puissances, par laquelle on peut t’accuser a tout bout de champ. Les Negros soyez imaginatifs et Cessez de signer du n’importe quoi. Nos enfants ne vont pas à l’école, n’ont pas de soins de santé, ceux là ne sont pas des droits de l’homme( droits des singes peut être). Personne ne dit rien, et ceux qui ferment les écoles sont envoyés par l’ONU ou quoi ? Car eux semblent respecter le droit humain!
    Cessons de signer des “torchons de conventions ou de traités pour des financements!!!!!!!

  3. MR YACOUBA!
    PARDONNEZ MOI!
    ELLE NE RAISONNE PAS AUTREMENT!
    😂😂ELLE REPREND CONTROLE PERDU SUR LE MALI! POUR CELA ELLE PATRONISE, RECUPÈRE, ARBITRE, ACCUSE ET JUGE! CE N EST QU UNE TACTIQUE QU ELLE A ETUDIÉ À L UNIVERSITÉE ET SCIENCE PO! CHAQUE EUROPÉENNE OU EUROPÉEN SAIT SE COMPORTER AINSI! MOI J AI L HABITUDE DE LES METTRE À LEUR PLACE IMMEDIATEMENT HAHAHA😂 CES DÉMAGOGUES ET HYPOCRITES NÉ(E)S TEL(LES), C EST GÉNÉTIQUE! NON? C EST RELIGIEUX À 100%😂😂

    😊😊LES NÈGRES DOIVENT ETUDIER LA PSYCHOLOGIE DES OCCIDENTAUX QUI MANEGENT LES HOMMES COMME ILS ONT TRAITÉ DES TROUPEAUX DE BETAIL!LES COMPRENDRE, COMMENT ILS RESPIRENT EST CAPITAL POUR LA SURVIE DES NOIRS AFRICAINS! LA SURVIE DU CONTINENT AFRICAIN!😊😊

  4. Pour la première fois l’aigle baissa la tête, une blanche qui a enfin raisonné, en général les blancs ne voient que leurs seuls intérêts et c’est tout.

  5. Mme BACHELET DIT ”
    “les graves violations du droit international des droits de l’Homme et du droit humanitaire » commises par les forces de défense et de sécurité, notamment celles engagées dans l’« Opération Keletigui ». « Mon Bureau enquête sur un certain nombre d’allégations à Diabaly et ailleurs », a fait valoir Mme Bachelet. Sur un autre plan, elle a regretté l’impact « des sanctions sur les Maliens ordinaires » et « la tension persistante entre les autorités et plusieurs partenaires régionaux et internationaux ». Dans ces conditions, elle a appelé les autorités à Bamako à travailler de manière constructive avec leurs partenaires régionaux et internationaux pour faire avancer les droits du peuple malien.”
    Maliweb est honnête et informe …à saluer

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here