Élection au conseil national du patronat du Mali (CNPM) : Les bons points qui plaident en faveur de Mamadou Sinsy Coulibaly

0

Les ambitions de Coulou pour un climat des affaires assaini au Mali

Le Patron des patrons maliens, Mamadou Sinsy Coulibaly, est candidat à sa propre succession à la présidence du Conseil national du patronat du Mali (Cnpm) à l’occasion des élections dédiées prévues à la fin de ce mois de septembre. Parmi d’autres rivaux, il aura surtout en face de lui un redoutable challenger en la personne d’Amadou Diadié Sankaré, promoteur de plusieurs sociétés et entreprises au Mali et en Afrique de l’Ouest, dont la SAER, spécialisée dans le recrutement et la gestion des ressources humaines, présentement 3e vice-président du Patronat. Mais au regard des performances et des résultats éloquents que le président Mamadou Sinsy Coulibaly a obtenus au cours du mandat écoulé (2015-2020), les observateurs lui prédisent une victoire sans bavure.

Parallèlement à un militantisme de bon aloi pour la bonne gouvernance, l’assainissement des finances publiques et la justice, le président sortant du Conseil national du patronat du Mali (Cnpm), Mamadou Sinsy Coulibaly, qui a décidé de rempiler, a mis un point d’honneur à concrétiser sa vision des affaires dans notre pays, en faisant de grandes réalisations au cours de la période 2015-2020. Grâce à son engagement patriotique et à sa passion du Mali, l’homme a fait en cinq ans plus d’exploits que le Conseil n’avait pu obtenir depuis sa création.

Au premier rang de ces succès retentissants, l’amélioration d’un environnement institutionnel et juridique propice à l’investissement privé. Cette quête a été constamment au cœur des actions entreprises par le bureau présidé par M. Coulibaly, convaincu qu’un bon ou mauvais climat des affaires peut influer positivement ou négativement sur le développement et la compétitivité des entreprises.

Les négociations engagées avec les pouvoirs publics, à la faveur de différentes éditions de la Rentrée économique du Cnpm, ont enregistré des succès fort notables: la réduction de la pression fiscale de 4 % sur les entreprises formelles à travers la suppression de la Taxe emploi jeunes (Tej) et la Taxe formation professionnelle (TFP) ; l’accès préférentiel des Pme nationales au marché public par l’adoption du décret n°2018-0473/P-RM du 28 mai 2018 octroyant une préférence aux Pme et à la production nationale dans l’accès aux marchés publics dont les montants sont en-dessous des seuils communautaires ; l’acceptation par le gouvernement du principe de la réduction de l’Its dans les conditions qui seront définies, après la réalisation d’une étude sur la question ; l’institution d’une autorité nationale de conciliation fiscale, instance consultative ayant pour objectif la résolution à l’amiable des différends opposant l’administration fiscale aux entreprises et autres usagers ; la mise en place d’un mécanisme de protection de l’industrie nationale.

S’y ajoutent les différentes rencontres du Comité paritaire douanes-Cnpm mis en place sous l’égide du Cnpm et qui ont permis d’avoir des avancées significatives sur cette question comme l’aménagement de la Taxe sur les activités financières afin de la rendre récupérable pour les entreprises qui souhaitent réinvestir ; l’adoption par le gouvernement d’un décret portant orientation de la commande publique en faveur des productions nationales pour conforter le “Made in Mali” ; la mise en place d’une Tva spéciale applicable aux produits fabriqués localement dénommée “Tva industrielle” ; l’adoption d’une loi portant régime général de la publicité au Mali ; l’adoption d’une convention portant régulation de l’affichage publicitaire au Mali.

Amélioration du climat des affaires

A travers cet axe stratégique, il s’agissait, pour le Cnpm, au plan national, de développer une politique de communication et une stratégie de plaidoyer/lobbying plus “agressives” en direction des décideurs politiques.

Pour cela, le bureau, sous le leadership du président Coulibaly, a réussi à faire du Cnpm un acteur majeur sur l’échiquier national. En témoignent : l’instauration d’une rencontre de haut niveau dénommée “Rentrée économique du Cnpm”, placée sous la présidence du chef de l’Etat, afin de discuter des préoccupations essentielles du secteur privé et proposer les réformes susceptibles de résoudre les problèmes existants ; l’organisation des concertations avec les candidats en lice pour la présidentielle de 2018, dont l’objectif était de prendre connaissance des projets de société de ces candidats, et présenter, en retour, les préoccupations actuelles des acteurs du secteur privé, compilées dans un document appelé “Mémorandum du secteur privé”.

Sur les 24 candidats, 11 se sont prêtés à cet exercice, parmi lesquels les deux arrivés en tête pour le second tour. On notera aussi la réception, au siège du Patronat, du Premier ministre, pour la présentation des grands chantiers du second mandat du président de la République. A cette occasion, l’implication du secteur privé dans la réalisation des différents projets a été fortement souhaitée par le chef du gouvernement.

L’institution des “petits déjeuners professionnels” a offert l’opportunité à certains ministres de rencontrer des chefs d’entreprises, dans un cadre convivial afin de discuter avec eux des préoccupations du secteur privé relevant de leurs domaines de compétence, alors que l’organisation des “Journées de l’entreprise” vise à offrir aux différents acteurs et partenaires du secteur privé un espace d’échange et de partage d’expériences sur des thématiques précises, en vue d’impulser une nouvelle dynamique au renforcement de l’entreprise privée au Mali. Ces journées ont réuni, à chaque édition, une centaine d’entreprises et divers autres acteurs, venus de la sous-région et de la France.

Dans le train du numérique

Pour vivre dans l’air du temps dans le domaine de la communication et de l’information, le Cnpm a développé un nouveau site Web. Conçu en langue française et anglaise, il vise à mieux répondre aux attentes des membres d’une part, et des partenaires, d’autre part. Il contient des informations régulières sur les activités réalisées par le Cnpm et ses membres, de même que l’actualité économique dans notre sous-région.

Le site publie en outre les textes législatifs et règlementaires touchant le secteur privé malien. Le Patronat s’est aussi doté d’un centre de documentation en logiciel ” Wini Isis ” pour une meilleure gestion de ses archives. Cet outil contient présentement plus de 3000 références bibliographiques (ouvrages, rapports d’études, actes de colloques, articles, textes officiels).

Dans le domaine de la gestion des programmes et projets, on note : l’exécution du Programme d’appui à la croissance économique et à la promotion de l’emploi stimulées par le secteur privé (Pacepep). La gestion de ce Programme, menée à bien pendant la période concernée (2014-2018), a permis au Cnpm de prouver sa capacité à conduire efficacement des projets de grande envergure en faveur du secteur privé.

D’une enveloppe de plus de 7 milliards de Fcfa, le Pacepep s’est achevé, entre autres, avec un taux de décaissement d’environ 94 %. Par ailleurs, le renouvellement du mandat du Cnpm pour la gestion du Programme de vérification des importations (Pvi) pour la période 2018-2023, démontre toute la satisfaction que l’Etat a tirée de la gestion du Pvi par le Patronat.

Dans le domaine du partenariat, d’importants accords, aussi bien au niveau national qu’international, ont été signés. Parmi ceux-ci, les conventions avec quatre universités de Bamako dans le but de rapprocher le monde universitaire de celui des affaires, pour l’amélioration de la qualité des formations afin de favoriser l’employabilité des sortants de ces universités. C’est ainsi que la première cohorte des stages professionnels en entreprise pour 100 étudiants dans une trentaine d’entreprises a été satisfaite.

Le Patronat malien s’attache à rendre opérationnelle la convention-cadre de partenariat avec le Sommet Afrique-France. Cet accord a pour objectif général de définir les conditions de mise en place d’un partenariat entre le secrétariat général du Sommet Afrique-France 2020 et le Conseil national du patronat du Mali (Cnpm) dans le but de mobiliser les entreprises et les entrepreneurs de France et d’Afrique dans l’intérêt de chaque partie.

Avec un tel bilan et des réalisations palpables, nul doute que le président sortant, Mamadou Sinsy Coulibaly, est bien parti pour succéder à lui-même.

Ce qu’il faut surtout savoir, c’est ce le Conseil national du patronat du Mali (Cnpm) est un syndicat et comme tout syndicat, il se doit parfois de dire tout haut ce que ses membres, notamment les opérateurs économiques, pensent tout bas.

De l’avis de nombreux observateurs avertis, sur le terrain, Mamadou Sinsy Coulibaly n’a jamais déçu ses confrères. L’homme est connu pour avoir du courage et surtout le sens du sacrifice au bénéfice du collectif.

Ce Self made man qui a commencé au plus bas de l’échelle pour se hisser au sommet à force de travail et du flair de l’entrepreneur, est un des plus gros employeurs de la place.

                      La Rédaction

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here