Mme Tandina Lala Dicko, porte-parole du Conseil national des femmes du Mali : «Notre ambition, c’est d’être la faitière des faitières au Mali»

0

Une nouvelle faîtière des organisations féminines du Mali a vu le jour le mardi 15 octobre dernier au siège du Conseil national de la jeunesse du Mali. Elle s’appelle le Conseil national des femmes du Mali (CNF) qui regroupe déjà plus d’une dizaine d’associations.

La signature du protocole d’accord de création entre les différentes associations membres de ce regroupement s’est déroulée le mardi en présence des responsables de ces structures. Avec la création, il s’agit, selon la porte-parole de cette organisation, Mme Tandina Lala Dicko, de donner à leurs sœurs toutes les places qui leur reviennent non seulement au niveau des instances de prise de décision, mais aussi dans les débats d’intérêts nationaux comme la paix, la cohésion sociale, la réconciliation nationale et le Dialogue national inclusif.

“Nous sommes une organisation apolitique ouverte à toutes les autres qui partagent les mêmes ambitions que nous à savoir donner à la femme malienne toute sa place dans la société”, a soutenu Mme Tandina Lala Dicko.

La signature de cette convention a été suivie d’une conférence de presse où les initiatrices de ce projet ont dévoilée les premières actions qui vont consister à descendre sur le terrain non seulement dans la capitale mais aussi au niveau des régions.

“Une chose est sûre nous sommes une faîtière, nous ne pouvons pas nous ajouter à une autre. Et d’ailleurs notre ambition, c’est d’être la faitière des faîtières organisations féminines du Mali”, a précisé Mme Tandina avant de révéler que l’assemblée générale de ce regroupement est prévue au plus tard au mois de mars 2020 qui sera mise à profit pour mettre en place un bureau.

Il faut rappeler que le CNJ-Mali est membre de cette faîtière et c’est son président Souleymane Satigui Sidibé qui a apposé sa signature au nom de la jeunesse malienne.

“Nous ne pouvons que saluer la création d’une telle faitière. Pour la petite histoire lors des débats du Dialogue national inclusif au CICB, lorsqu’on a demandé à nos mamans de désigner une représentante ça été la croix et la bannière ; toute chose qui prouve la nécessité d’une telle organisation. En tant que président du Conseil national de la jeunesse, une des organisations les plus représentatives du pays, nous mettrons toute notre expertise à votre disposition”, a rassuré Souleymane Satigui Sidibé.                      Kassoum Théra

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here