Libération des jihadistes : Le Procureur général réduit au silence

8
Procureur Général Daniel A. Tessougué : "Quand un élu est pris en flagrant délit, il est comme un simple citoyen"
Le Procureur général , Daniel Tessougue

Suite à la libération de certains combattants des groupes armés du nord en 2013, le Procureur général Daniel Tessougué était monté au créneau pour dénoncer cet état de fait et avait même juré que tant qu’il restera Procureur général, ces bandits armés ne seront pas libérés. Pourtant, le 9 décembre dernier, quatre autres présumés jihadistes ont été libérés en échange du dernier otage français Serge Lazarevic, sans que le PG ne pipe mot !

Magistrat téméraire et rigoureux dans ses prises de décisions, le Procureur général près la Cour d’Appel de Bamako, Daniel Tessougué, puisqu’il s’agit de lui, ne cesse de surprendre les Maliens à travers ses sorties médiatiques. En effet, beaucoup se souviennent encore de ses déclarations en 2013 après la libération de certains combattants des groupes armés par nos autorités. Des déclarations qui avaient donné une lueur d’espoir aux Maliens d’autant qu’elles supposaient la fin de l’impunité dans notre pays. Pour rassurer les Maliens, le Procureur général avait dit ceci : «Je ne peux pas accepter que des voleurs de moutons soient jetés en prison et que ceux qui ont commis des massacres, des viols soient libérés parce qu’ils ont la peau blanche. Personne d’entre eux ne sera libéré. Nul n’a le droit de les libérer ! Nul ne les libérera !» Ces propos, tenus par le Procureur général près la Cour d’Appel de Bamako en 2013, avaient redonné confiance au citoyen lambda. Mais voilà qu’une année après, le PG vient d’être rattrapé par ses propos avec la libération de 4 présumés jihadistes contre celle du dernier otage français, Serge Lazarevic.

Sûr de lui, Daniel Tessougué avait juré que «tant que je resterai Procureur général, ces combattants-là ne seront pas libérés !» Le Procureur général avait même déclaré que «si le président Dioncounda Traoré annule les mandats d’arrêt contre les leaders du MNLA, il se rendra coupable de haute trahison». Malheureusement, après la libération de quatre présumés terroristes, le Procureur général demeure coi.

Muré depuis dans un mutisme incompréhensible, Daniel Tessougué doit savoir que les Maliens le regardent désormais d’un autre œil. 

Zakariyaou Fomba

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Air cocaïne …non lieu….fonds mondial….non lieu…houari houka échange contre les prisonniers maliens…non lieu tout est non lieu lorsque l’argent montre sa couleur et les magistrats ils savent identifier la couleur de loin et te donner le montant. Tessougue est moins que rien et pourtant il a fait des déclarations fracassantes dans ce pays et il est toujours proc.general!!!!! Dommage pour le pays qui est trahi de partout et quand ils veulent faire oublier leur traîtrise par le peuple, les magistrats et les politiciens nous amènent le problème du Nord , c’est pourquoi ils ne veulent pas que ce problème se règle, surtout qu’ils ont des sous traitants comme les milices gatia, gandakoy, MAA et j’en passe. Un état qui travaille avec des milices ou est la justice?????

  2. Existe t’il de magistrat au Mali?
    A cette question nous avions déjà répondus par non
    Que de pleutres individus à la solde de leurs besoins futiles.

  3. Corruption, Vol, Mensonge et Impunité au Mali en 2014
    Dieu a maudit une gouvernance caractérisée par le mensonge, le vol, la trahison, l’injustice et l’impunité en ces termes : « En effet, la Parole contre la plupart d´entre eux s´est réalisée: ils ne croiront donc pas. Nous mettrons des carcans à leurs cous, et il y en aura jusqu´aux mentons: et voilà qu´ils iront têtes dressées. Et Nous mettrons une barrière devant eux et une barrière derrière eux; Nous les recouvrirons d´un voile: et voilà qu´ils ne pourront rien voir. » (Coran, Sourate 36, Yâ Sin, Versets 7 à 9).
    Au Mali, il y a eu le scandale de Kidal au mois de mai 2013 où des centaines de maliens ont perdu la vie, les scandales de détournements et de surfacturations dans des marchés octroyés par le Gouvernement. Les rapports de la Cour Suprême et du Vérificateur Général ont été publiés. L’avion de ATT appartient bel et bien au peuple malien. Et c’est bien l’avion d’El Hadj IBK, qui n’appartient pas au peuple malien. Et puis, on a parlé d’échange de prisonniers terroristes, sanguinaires, mafieux, voleurs et violeurs contre un otage français. « L’amitié pour son pays, la France, et notre honneur nous commandaient de prendre toute notre part dans sa libération », a avoué un communiqué de la Présidence de la République. On parle de : Houka Houka, Mohamed Aly Wadoussène, Haïba Ag Acherif, Oussama Ben Gouzzi (tunisien) et Habib Ould Mahouloud (Sahara Occidental). Le surveillant Adjudant Kola SOFARA est mort pour rien ! Et le prix du sang ? Alors, c’est quoi cette gouvernance : Mensonge, Trahison, Injustice et Impunité ?
    De même, le Premier ministre Moussa Mara a dit le 28 avril 2014, lors de la présentation de la Déclaration de politique générale du Gouvernement, devant les élus de la Nation et le peuple malien: « Nous organiserons les élections communales et régionales courant dernier trimestre 2014 pour doter nos collectivités d’organes exécutifs forts et légitimes à même de faire franchir à notre système de décentralisation une étape majeure d’approfondissement. » On est en fin d’année 2014. Pas d’élections communales. Les opérations d’achèvement et de pérennisation du RAVEC lancées le 1er octobre 2014 pour un mois, ont été finalement prolongées jusqu’au 31 décembre 2014. On se noie, finalement !
    Cas du réseau Apem
    Un magistrat, fonctionnaire de l’Etat malien connu pour les sales besognes, a été recruté pour créer un bureau parallèle du réseau Apem. Il s’appelle Dramane Diarra (ancien Juge de Ouéléssébougou). Dramane Diarra a ainsi initié trois procédures judiciaires différentes et farfelues, pour abattre le réseau Apem.
    Le Réseau ONG d’appui au processus électoral au Mali (réseau Apem) est cette entité de la société civile malienne, qui a accomplit des prouesses dans l’accompagnement de l’élection présidentielle et des élections législatives de 2013 au Mali.
    Son beau-père en la personne du magistrat Toubaye Koné, Président du tribunal de la commune IV a été mis à contribution. A la suite de Toubaye Koné, il y a aussi le juge Issa Traoré, Président du Syndicat autonome de la magistrature (SAM), qui a été recruté. Il avait aidé Toubaye Koné dans l’échec de la grève des magistrats contre le Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Me Mohamed Ali Bathily. Le juge Issa Traoré, Président du Syndicat autonome de la magistrature (SAM), a envoyé deux juges démolir le réseau Apem. Il s’agit de Ibrahima Berthé, magistrat, et de Cheick Mohamed Chérif Koné, magistrat, avocat général près la Cour suprême.
    L’article 29 du Code de procédure civile dit que si un magistrat ou un auxiliaire de justice est impliqué dans une affaire judiciaire, c’est le 1er président de la Cour d’appel qui doit être saisi pour désigner la juridiction qui va statuer sur la dite affaire. Le juge Toubaye Koné a mis cette disposition légale dans sa poche, quand bien même le bureau de Dramane Diarra est truffé de magistrats et d’un avocat en la personne du président de l’AMDH ; Me Moctar Mariko. Le juge Toubaye Koné a estimé que cela ne le concerne pas, parce que bénéficiant de la haute protection du numéro 2 du Gouvernement de la République du Mali.
    Le Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Me Mohamed Ali Bathily a été informé, le 17 février 2014. Sourd, aveugle et muet.
    Le premier président de la Cour d’appel, Moussa Sara Diallo, qui a résisté aux assauts de la mafia, a été relevé de ses fonctions. Les autres juges, membres de la mafia, ont eu des promotions. Au lieu de les déshabiller tout simplement, comme cela se fait dans tout Etat de droit digne de ce nom !
    Le Premier ministre, chef du gouvernement, Moussa Mara a été, lui aussi, informé le 3 juin 2014. Sourd, aveugle et muet. Lui, auparavant, si prompt à répondre aux lettres à lui adressées !
    C’est ce qu’on appelle meurtre entre petits copains et petits coquins, en 2014 au Mali. Des hommes qui se comparent au Bon Dieu et qui défient Allah. Et pourtant, il n’y a de Force et de Puissance qu’en Allah, l’Exalté, le Tout Puissant (Walâ Hawla walâ Qouwata illâ Bi LLâhhil ‘Aliyyil Azzîm). « L´homme ne voit-il pas que Nous l´avons créé d´une goutte de sperme? Et le voilà devenu un adversaire déclaré! » (Coran, Sourate 36, Yâ-Sin, verset 77) ?

    🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 ➡ ➡ ➡ ➡ ➡ ➡

  4. Pour accuser mon COUSIN DANIEL TESSOUGUE.IL faut au préalable prouver sa responsabilité dans cette mesure.LE SOUCI DE DANIEL TESSOUGUE ETAIT LE RESPECT DU DROIT DANS NOTRE PAYS.CEUX QUI SONT RESPONSABLES SONT CONNUS/MERCI

  5. @Zakariyaou Fomba. Vous trouvez peut être “juste” qu’Abdine GUINDO qui a conduit les paras à l’abattoir soit libre(puisque son avocat est le ministre Me Bathily)!Que Mala Konaré qui a activement pris part aux événements soit aujourd’hui à Adis ABABA…pendant que des fils de pauvres comme SANOGO-KONARE-Yamoussa CAMARA-Seyba DIARRA-SAMAKE…croupissent en prison!La libération des terroristes en échange de vies de français avait déjà trouvé de l’injustice en place.Comme vous n’avez pas combattu ça, alors il peuvent en faire autant qu’ils veulent
    puisque il n’y a pas de “priorité” dans l’injustice. 😉

Comments are closed.