Mali : saignée au sein de la CMAS de l’Imam Mahmoud Dicko

1

La coordination des Associations,  Mouvements et sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko créée au lendemain  du départ   de celui-ci   à la tête du Haut Conseil Islamique du Mali est entrain de se vider. Trois de ces proches très influents viennent de rendre le tablier évoquant   leur désaccord avec la nouvelle position du mouvement politico-religieux.  

La coordination  des Associations, Mouvements et Sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko  est entrain de vivre une grave crise avec les démissions en cascades.  Hier jeudi, ce sont trois  membres de la CMAS  qui ont officialisé leur départ. Il s’agit de l’imam Oumarou Diarra, le chargé de la communication,  Ahmad N’Doumga, et  celui chargé des questions religieuses de la CMAS, Oumar Baber Dicko.

Le premier s’était rendu célèbre en dirigeant  plusieurs fois sur ordre de l’imam Dicko la prière  du vendredi à la place de l’Indépendance.   Il explique  les raisons de sa démission  dans une lettre  adressée  au coordinateur général de la CMAS en arguant que la nouvelle évolution du mouvement politico-religieux est contraire à ses principes. « J’ai été confronté à la prise de cette décision extrêmement  douloureuse à plusieurs reprises au cours  de ces derniers temps, pour des motifs connus de tous, mais ma volonté de poursuivre en compagnonnage de plusieurs décennies au service de notre pays l’a toujours emporté. Malheureusement, je n’ai plus ni la force, ni la foi nécessaire pour garder le cap », a déclaré imam Oumarou Diarra  dans cette lettre.  Le second démissionnaire de la CMAS, Ahmad N’Doumga,  de renchérir, «  Mes  principes ne vont plus avec la méthode d’évolution  de la CMAS. » L’on ignore pour le moment les raisons qui ont motivées la démission du   troisième.

Mais, la CMAS  considérée comme l’un des mouvements fondateur du M5-RFP, fer de lance des contestations contre le régime d’IBK,  traverse depuis quelques mois une grave crise de leadership.   Les prises de position de l’actuel coordinateur  du Mouvement, le bouillant Issa Kaou Djim,   qui règne en maître absolu sur ce mouvement écartant quiconque qui ose  le contredire, est contesté par plusieurs membres de ce mouvement politico-religieux.

Certains expliquent le départ précipité  de  ces trois membres  aux rapports qu’ils entretiennent   avec le coordinateur de la CMAS  et gendre de l’imam Mahmoud Dicko.   Beaucoup  reprochent  à Issa Kaou Djim et son beau-père d’avoir   ‘’trahis l’esprit du mouvement’’  en engageant  la CMAS  à soutenir les militaires du CNSP.  Lesquels ont  déclaré d’avoir parachevé la lutte du peuple  avant de faire volte-face  en  écartant le M5-RFP dans la formation des organes de la transition.

Le coordinateur de la CMAS  ne cesse de  répéter à qui veut l’entendre que leur mouvement soutient le gouvernement  et le Président de la Transition ainsi que la formation du Conseil national de Transition sous la présidence du Colonel Malick Diaw. Cette militarisation de la transition inquiète  la classe politique malienne qui semble dans la même longueur d’onde  avec les trois démissionnaires de la CMAS. Ce mariage entre la CMAS et les militaires  n’est pas du goût de plusieurs de ses membres. Et il commence à faire des fissures  au sein de ce mouvement parrainé par l’influent imam de Badalabougou. Malgré tout, l’ex-chargé de communication de la CMAS, Ahmad N’Doumga  estime qu’il demeurera aux côtés de l’imam Mahmoud Dicko pour la suite de ses activités relatives à la mission de bons offices.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here