Mali: une centaine de victimes «d’esclavage» chassées de leur village arrivent à Bamako

35

Une centaine de personnes dont 18 femmes et 53 enfants ont trouvé refuge ce mercredi à Bamako. Installés à la cité des enfants, elles ont fui leur village de la région de Kayes sous la pression des autorités coutumières après avoir refusé leur statut « d’esclave » dicté par la tradition.

Assise sur un matelas posé à même le sol Sira Diallo a quitté pour la première fois son village de Biramabougou dit-elle sans possibilité de retour : « Ils nous ont chassé ! Ils nous ont dit que nous étions leurs esclaves, puis de respecter les us et coutumes. Nous avons refusé. »

Castes

Dans cette localité comme dans bon nombre de village de la région de Kayes et du Mali, la société est divisée en castes avec en bout de chaîne les personnes désignées comme « esclaves ». Ces derniers, tout en étant libre de leurs mouvements, refusent cette appellation et toutes les petites tâches qui leurs incombent.

Mady Sidibé s’en fait le porte-voix : « Nous sommes organisés de telle façon, que nous avons une association qui s’appelle Gambana. Gambana a pour objectif de montrer que tous les hommes sont égaux. »

Créé en 2017 sous le nom du Rassemblement malien pour la fraternité et le progrès ce mouvement lutte contre les séquelles de l’esclavage. Pour d’autres cette volonté d’émancipation est perçue comme une révolte contre les coutumes.

« On les prive de tout »

« Les gens sont ligotés, les gens sont tabassés. On les prive de tout, de leurs champs de culture, on les prive d’aller au commerce, on les prive de fréquenter les mosquées, c’est vraiment beaucoup de violations, beaucoup d’abus et beaucoup de privation », explique Aguibou Bouaré, le président du Conseil national des droits de l’homme.

SOURCE: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

35 COMMENTAIRES

  1. J’espere que nos autorites s’assumeront.
    Leurs droits coutumiers, leurs proprietes foncieres, etc., le tout leur doit revenir. Dans notre beau Mali, la terre appartient à ceux la travaille. Les esclavistes à tout bord, doivent être interpellé et reduits au strict minima.

    • Esperons que les autorites vont s’assumer sinon dans une pays Caste rien ne marchera car nous ne serons jamais UN PEUPLE n’auront jamais un meme UN BUT et pas UNE FOI

  2. LE ROI BITON DE SEGOU 12 Mai 2021 at 00:09

    ” … Bamake, vous evoquez la dialectique du maitre et de l’esclave chez Hegel.
    L’ ETAT DOIT JOUER SON ROLE EN APPLIQUANT LES LOIS EN VIGUEUR! CES GENS QUITTENT PARCE QUE SELON LE DROIT COUTUMIER, LES TERRES APPARTIENNENT AUX “MAITRES”! L’ ETAT MALIEN DOIT EGALEMENT SE RASSURER QUES CES GENS SOIENT PROPRIETAIRES DES MAISONS QU’ILS ONT TOUJOURS HABITE’ES ET DES TERRES QU’ILS ONT TOUJOURS CULTIVE’ES!!!
    MEME AU TEMPS DE LA COLONISATION, LES COLONS BLANCS AVAIENT CREE’ DES QUARTIERS LIBERTE’ POUR PROTEGER LES NOIRS QUI REFUSAIENT L’ESCLAVAGE!… ” …///…

    :
    Non Monsieur, LES TERRES n’APPARTIENNENT Pas toujours et partout au Mali AUX “MAITRES” esclavagistes!
    Il y a des Maliens ” esclavagisés ” qui sont maîtres des terres qu’ils occupent depuis la nuit des temps. Par le truchement des guerres et des invasions…, d’autres sont venus d’ailleurs les commander sur leurs terres…
    Les protagonistes ont dû trouver des arrangements et des compromis pour vivre ensemble sans être en conflit permanent…
    Du fait que les Chefs coutumiers sont les interlocuteurs et le prolongement du POUVOIR d’ÉTAT au Mali en ZONES rurales au Mali. Ces Chefs coutumiers qui n’étaient pas ” primo-possesseurs “, ont trouvé des astuces avec l’ÉTAT, pour déposséder en quelques sorte les esclavagisés de leurs terres…
    De toute façon, chaque Malien, chaque Malienne et chaque Famille Malienne est en droit d’avoir sa Place en Territoire Malien et la conserver.
    Nos Intellectuels qui défendent les pauvres, la veuve et l’orphelin en Europe, en Amérique et dans d’autres pays développés quand ils y sont, ne doivent pas continuer à ignorer ce combat noble quand une fois ils rentrent chez eux en Territoire Malien.
    Ils sont Intellos de Gauche quand ils sont en OCCIDENT… Ils deviennent ” conservateurs ” traditionnalistes partisans de la continuation de l’esclavage par ascendance une fois qu’ils sont en Territoire Malien…
    Allez comprendre cette attitude…!

    Vivement le Mali pour nous tous.

  3. Bamake, vous evoquez la dialectique du maitre et de l’esclave chez Hegel.
    L’ ETAT DOIT JOUER SON ROLE EN APPLIQUANT LES LOIS EN VIGUEUR! CES GENS QUITTENT PARCE QUE SELON LE DROIT COUTUMIER, LES TERRES APPARTIENNENT AUX “MAITRES”! L’ ETAT MALIEN DOIT EGALEMENT SE RASSURER QUES CES GENS SOIENT PROPRIETAIRES DES MAISONS QU’ILS ONT TOUJOURS HABITE’ES ET DES TERRES QU’ILS ONT TOUJOURS CULTIVE’ES!!!
    MEME AU TEMPS DE LA COLONISATION, LES COLONS BLANCS AVAIENT CREE’ DES QUARTIERS LIBERTE’ POUR PROTEGER LES NOIRS QUI REFUSAIENT L’ESCLAVAGE!

  4. Il ne faut pas oublier que le griot est un commerçant, il vend sa prestation. Comme le client est roi, il va de soi qu’il accepte qu’on le traite d’esclave. Mais je maintiens que tradition ou pas il faut arrêter de traiter les gens d’esclave. L’esclavage est reconnue comme un crime dans tout pays digne de ce nom

  5. LE ROI BITON DE SEGOU 10 Mai 2021 at 22:27

    Je me demande s’il t’est arrivé de séjourner dans les Zones rurales…
    Aussi bien chez les Soninké, les Mandingues et les Khassonké… Sans ceux qu’ils appellent leurs esclaves et leurs ” NIAMAKALA “, la vie dans les Villages est d’un ennui mortel. Tout ce qui est animation ça vient d’eux. La musique, la danse et les contes, l’ artisanat etc…
    Dans nos Villages qui inspirent les animations dans nos Villes modernes…, sans ceux qu’ils appellent leurs esclaves et leurs ” NIAMAKALA “, il n’y a pas de vie.
    Nos cultures Mandingues, Soninké, khassonké, Peuhl ou Maure, sont véhiculées à travers le Monde par ceux qu’ils appellent leurs esclaves et leurs ” NIAMAKALA “.
    C’est pas pour rien que les Chefs traditionnels ( traditionnalistes ) s’accrochent désespérément à la continuation du maintien de l’esclavage par ascendance et le ” NIAMAKALAYA “.
    Ce sont ceux qu’ils appellent leurs esclaves et leurs ” NIAMAKALA ” qui les mettent en valeur, eux, qui se disent horon. Le mot ” horon ” venant de l’ARABE.
    Les Villages désertés par ceux qu’on appelle ” djon ” et ” niamakala “, tombent en ruine. Car, quand ils partent, les ” horon ” seuls entre eux ne restent pas.
    Maintenant…, que le POUVOIR de la TRANSITION change quelque chose ou pas… Ceux qui sont appelés esclaves et qui ont envie de se libérer du despotisme, doivent se libérer par eux même, refuser de se soumettre et surtout refuser de quitter leurs lieux de vie. Sinon, ça veut dire quoi, de se dire qu’on est Citoyen Malien…, si du jour au lendemain votre semblable Malien vient vous dire de dégager de chez vous par ce que vous refusez d’être son esclave à lui… ?
    Ils doivent ” se battre ” ( par se battre…, j’entends résister ). Rester chez soi si on en a envie. Refuser de subir…

    Vivement le Mali pour nous tous.

  6. LE ROI BITON DE SEGOU 10 Mai 2021 at 22:27

    Je me demande s’il t’est arrivé de séjourner dans les Zones rurales…
    Aussi bien chez les Soninké, les Mandingues et les Khassonké… Sans ceux qu’ils appellent leurs esclaves et leurs ” NIAMAKALA “, la vie dans les Villages est d’un ennui mortel. Tout ce qui est animation ça vient d’eux. La musique, la danse et les contes, l’ artisanat etc…
    Dans nos Villages qui inspirent les animations dans nos Villes modernes…, sans ceux qu’ils appellent leurs esclaves et leurs ” NIAMAKALA “, il n’y a pas de vie.
    Nos cultures Mandingues, Soninké, khassonké, Peuhl ou Maure, sont véhiculées à travers le Monde par ceux qu’ils appellent leurs esclaves et leurs ” NIAMAKALA “.
    C’est pas pour rien que les Chefs traditionnels ( traditionnalistes ) s’accrochent désespérément à la continuation du maintien de l’esclavage par ascendance et le ” NIAMAKALAYA “.
    Ce sont ceux qu’ils appellent leurs esclaves et leurs ” NIAMAKALA ” qui les mettent en valeur, eux, qui se disent horon. Le mot ” horon ” venant de l’ARABE.
    Les Villages désertés par ceux qu’on appelle ” djon ” et ” niamakala “, sont tombent en ruine. Car, quand ils partent, les ” horon ” seuls entre eux ne restent pas.
    Maintenant…, que le POUVOIR de la TRANSITION change quelque chose ou pas… Ceux qui sont appelés esclaves et qui ont envie de se libérer du despotisme, doivent se libérer par eux même, refuser de se soumettre et surtout refuser de quitter leurs lieux de vie. Sinon, ça veut dire quoi, de se dire qu’on est Citoyen Malien…, si du jour au lendemain votre semblable Malien vient vous dire de dégager de chez vous par ce que vous refusez d’être son esclave à lui… ?
    Ils doivent ” se battre ” ( par se battre…, j’entends résister ). Rester chez soi si on en envie. Refuser de subir…

    Vivement le Mali pour nous tous.

  7. Comme je l’ai toujours dit, ce problème est plus complexe qu’il ne le paraît. Le combat de ces idiots d’esclaves est tout à fait légitime mais seulement ils ne combattent pas ceux qui devraient l’être. Si j’étais un descendant d’esclave j’allais d’abord déclarer la guerre à ceux qui disent à haute voix qu’ils sont esclaves. Si aujourd’hui un Griot ne veut plus être appelé comme tel, il doit commencer par combattre ceux-là qui se disent Griots et roulent sur l’or aux dépens des soi-disant Nobles mille fois plus pauvres qu’eux.

  8. ROI BOUFFON, certes l’esclavage a existé chez nous avant l’islam mais force est de reconnaître que c’est l’islam qui l’a réglementé et l’a mis en valeur. Dire que c’est les Arabes qui qui sont à blâmer et non l’islam, c’est comme dire “ la Mecque est proche, l’Orient est loin “.

    • L’ESCLAVAGE EN MILIEU NOIR EST UNE REALITE’!!!!! PLUSIEURS NOIRS N’ONT ABSOLUMENT AUCUNE PITIE’ DE LEURS SEMBLABLES!!!! NOUS SOMMES LES PREMIERS RESPONSABLES DE TOUS LES MALHEURS QUI NOUS ARRIVENT!!!! POURQUOI LE CONTINENT AFRICAIN A TOUJOURS DES PROBLEMES? TOUJOURS DES TUERIES ICI ET LA’ EN AFRIQUE!!!! LA PITIE’ QUE LES BLANCS ET LES ARABES ONT POUR NOUS, EST PLUS GRANDE QUE LA PITIE’ QUE NOUS AVONS POUR NOUS MEMES!!!!!
      IL FAUT CESSER DE BLAMER LES ARABES, L’ISLAM ET LES BLANCS!!!
      DES PAUVRES QU’ON EXPLOITE ET RENVOIE DE LEUR VILLAGE! OU’ EST L’ETAT MALIEN!!!! QUI VA DEFENDRE LES DROITS DE CES CITOYENNES ET CES CITOYENS MALIENS? FAUT-IL FAITE APPEL A’ AMADOU KOUFFA ET IYAD?
      LE MALI EST INDEPENDANT DEPUIS 1960! CES IMBECILITE’S NE DOIVENT PAS Y EXISTER!
      L’ETAT DOIT JOUER SON ROLE!

  9. Le monde vous regarde!!!Je compte sur la justice malienne pour regler ce probleme immediatement. Si on ne fait rien au niveau de notre faso pour retablir les victimes dans leurs droits, je serais oblige’ d’impliquer certains milieux americains! Ce ne serait pas bien pour notre faso et son image!
    PRESIDENT BAH NDAW, PM MOCTAR OUANE, LE MINISTRE DE LA JUSTICE ET LE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE, JE VOUS PRIE DE BIEN VOULOIR INTERVENIR DANS CE CAS POURQUE LE DROIT SOIT APPLIQUE’!!!

    • Les milieux Américains ont-ils fini de régler leur problème racial pour qu’ils viennent foutre leur nez dans notre cuisine interne ? Si l’Occident ne veut pas que nos Bambaras soient appelés esclaves, qu’il ouvre ses portes pour accueillir en réfugiés ! Autrement tu resteras mon SOURANKOMÈ-maison. 🤣🤣🤣😂😂

        • Non tonton Coulibaly,
          Quand quelqu’un dit que tu es son esclave, notamment un soninke, il faut le laver.
          Dis lui comment les autres voient les soninkes à l’extérieur, rappelle lui que leurs enfants remplissent les prisons d’Europe et d’Amérique, parle lui de la tier-mondialisation des quartiers à l’étranger par leurs progénitures…je m’arrête là parce que j’ai trop à dire

          Nous sommes sauvés, nous ne sommes pas soninke un peuple pro esclavagiste . Ça c’est la honte au 21 eme siècle.
          Blague de mauvais goût doit s’arrêter maintenant

          • kenedougou, mes parents maternels soninkou sont tres cons!!!
            OUTE’ FOY KALAMA!
            Cherie Mamou Sacko, mogo chi ma itogo fo!!! rire!!!

  10. Esclavagisme n’existe plus au Mali depuis plus de 70 ans ou plus, la région de Kayes chaque famille travaille sur leur propre compte, le nom restera toujours personne ne peut changer le nom .

  11. On se fiche de savoir si l’islam condamne ou non l’esclavage, on veut connaître la position de l’état malien. On veut qu’il prenne des décisions fermes et adopte une position claire et sans ambiguïté sur ce problème. Il faut punir sévèrement les personnes qui pratiquent l’esclavage dans ce pays .
    Tout cela est possible parce qu’il n’y a pas d’état au Mali juste dés pilleurs

    • La réponse de l’État est claire et limpide face à la pratique de l’esclavagisme au Mali, sauf que dans ces différentes histoires qui défrayent la chronique ont ne parle pas de pratique. Tout le problème vient du fait que l’on continue de les appeler esclaves et ils ne veulent pas de ce statut. Si demain l’état prenait une mesure contre ceux qui parlent d’esclaves, la même mesure sera appliquée à ceux qui parlent de griots, de forgerons, de cordonniers, etc….

      Ce pour quoi on blâme l’état est le fait de ne pas intervenir quand on les prive de Mosquées ou de marchés. Il ne serait pas facile pour un état de se saisir d’une affaire d’appellation ou d’insulte.

      • Yugubane,

        Il y a des injures à caractère raciale, et l’état a l’obligation de protéger tous ces citoyens.
        Traiter quelqu’un d’esclave est profondément raciste. C’est lui dire que compte tenu de sa naissance il est inférieur et sera toujours inférieur. Où est la méritocratie.
        Je suis issue d’une famille noble mais jamais je n’ai dit à quelqu’un qu’il était mon esclave . Nous sommes au 21 eme siècle

        • Nous sommes au 21 ième siècle ? Je dirais la même chose si on était dans un État sérieux. L’état vient de signer un accord avec les adeptes d’une religion diabolique qui veut nous faire vivre le Moyen-âge d’Arabie. Ils ont le choix d’appliquer la charia comme ils le veulent sur des populations qui n’ont rien demandé. Pourquoi le même État se mettrait en quatre pour venir au secours des gens qui refusent d’être appelés esclaves, griot ou autre ?

          AU MALI, dire à quelqu’un qu’il est ton esclave n’a rien d’insultant ou de raciste. On se le dit entre cousins. 💡💡💡

        • Kénédougou si tu dis je cite : je suis issue d’une famille noble fin de citation, cela sous entend qu’il y a des gens qui ne sont pas issus de famille noble et c’est horrible.
          Vous comprenez maintenant pourquoi on perd les guerres, une bonne partie des populations espère en douce qu’on les perde et elle n’a pas tort.
          A mon sens, être noble c’est de ne pas accepter d’être inferieur à quelqu’un et aussi de ne pas accepter d’être supérieur a quelqu’un même dans la pensée.
          Et je me permets même de corriger une idée répandue chez nous ici, qui veut qu’être patriote c’est aimer le pays. Non, être patriote c’est aimer les maliens.

  12. Kinguiranke 10 Mai 2021 at 15:35 ;

    Je suis d’accord.
    Ce n’est pas parce que les ARABES ont pratiqué l’esclavage que cela est autorisé par l’ISLAM.
    Nos Sociétés islamisées prennent exemple sur les ARABES, ils confondent CULTURES ARABES et ISLAM. Nous avons beaucoup emprunté aux autres cultures. Pour les histoires de Castes…, on a imité les INDIENS. On a adopté comme des religions, sans prendre de recule tout ce qui nous distingue les UNS des AUTRES et qui arrange nos gouvernants.
    Vivement qu’on se réveille enfin.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  13. Kinguiranke 10 Mai 2021 at 15:35 ;

    Je suis d’accord.
    Ce n’est pas parce que les ARABES ont pratiqué l’esclavage que cela est autorisé par l’ISLAM.
    Nos Sociétés islamisées prennent exemple sur les ARABES, ils confondent CULTURES ARABES et ISLAM. Nous avons beaucoup emprunté aux autres cultures. Pour les histoires de Castes…, on a imité les INDIENS. On adopté comme des religions, sans prendre de recule tout ce qui nous distingue les UNS des AUTRES et qui arrange nos gouvernants.
    Vivement qu’on se réveille enfin.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  14. Au Mali c’est la societe castee qui dicte sa volonte a l’Etat alors nous allons vers la catastrophe car il n ‘y aura jamais de justice au Mali et le Mali restera divise pour toujours et ne sera jamais une Republique ou une Nation!

    • L’islam condamne l’esclavage mais ce sont les Arabes qui adorent l’esclavage et sement la confusion totale, il faut faire la difference entre les deux!

  15. Que fait l’État dans tout ça ? Au lieu de s’acharner sur des fils de vauriens comme Ras BATH, qui d’ailleurs ne fait que leur dire la vérité, la justice Malienne devait cesser d’ignorer les violations graves de droits de l’homme qui persistent dans le pays. Il paraît que ces Bambaras sont libres de leurs mouvements mais seulement refuseraient de reconnaître leur statut d’esclave, ce qui ferait de cette affaire une simple peccadille auprès des milliers d’assassimats au nom de la religion. Ne parlons même pas de ces milliards détournés qui conduisent à la mort des dizaines de milliers de Maliens sans que personne ne rende de compte.

    Les Maliens ont pris l’habitude de dire que les politiciens ont déçu. Ont s’est tellement mis à répéter ça à tu-tête que personne ne se demande si au-delà des hommes politiques d’autres couches ont failli….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here