Pour sollicitation à la candidature de Assini Goïta : Le CSDM demande « des poursuites judiciaires contre Issa Kao Djim »

4

Le Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM) dans son rôle de vieille et d’alerte citoyennes, a rencontré le week-end dernier, les hommes de médias, au cours d’un point de presse, pour leur faire part de sa préoccupation par rapport aux agissements du 4ème vice-président du Conseil national de la transition (CNT). C’était au siège  de ladite faîtière sis au 300 logements.

Le CSDM reproche à Issa Kao Djim d’avoir tenu en prélude aux  festivités de la Journée internationale de la femmes, une rencontre pour rendre hommage aux femmes maliennes. C’était par le biais d’une plateforme dénommée « Appel Citoyen pour la Réussite de la Transition (ARCT) » dont  Djim est l’initiateur et l’investigateur.

Issa Kao Djim, comme dans ses habitudes, a profité de ce créneau pour déclarer une hypothétique candidature du vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta aux prochaines élections présidentielles.

Pour le CSDM, cette démarche  de l’ex nº 10 du M5-RFP est en porte à faux avec  la Charte  de la transition.  Celle-ci dans son article  9, dit clairement : « Le Président et le vice-président de la Transition ne sont pas éligibles aux élections présidentielle et législatives qui seront organisées pour marquer la fin de la transition ».

Le CSDM ira même plus loin pour faire comprendre à Issa Kao Djim, que « cette disposition n’est pas susceptible de révision ». Mais, conscient de cette disposition de la Charte, M. Djim a affirmé, lors de la rencontre que « s’il le fallait, on modifiera la Charte de la transition, afin de permettre au colonel Assimi Goïta d’être candidat et de remporter la prochaine élection présidentielle ».

Pour le président du CSDM, Mohamed Cherif Haidara, les attitudes belliqueuses de Issa Kao Djim risquent de saper tous les efforts mis en place pour la réussite de cette transition. Et il est encore temps de le recadrer, soit par une mise en demeure ou une radiation pure simple du CNT.

Le CSDM condamne ainsi l’attitude de Issa Kaou Djim et invite les plus hautes autorités pour la stabilité du pays à engager des poursuites judiciaires contre lui.

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. binaba 15 Mar 2021 at 13:15 ;

    Moi, je défends le droit de Assimi GOÏTA d’être candidat, comme je défendrais le droit de tout CITOYEN d’être candidat s’il le souhaite et si la loi le lui permet. J’ai dit ce que j’ai constaté pour son cas.
    Le fait de la présence des ex-rebelles dans le Gouvernement, n’est pas pour moi ” jeter les bases ” de la partition du Mali.
    S’il quelqu’un est fautif à ce sujet…, c’est celui qui a autorisé la signature des Accords de Bamako issus du processus d’Alger. Car, s’il y a ambiguïtés, elles dériveraient de ces Accords là… !

    Vivement le Mali pour nous tous.

  2. ERRATUM ;

    ” … Issa Kao Djim, comme dans ses habitudes, a profité de ce créneau pour déclarer une hypothétique candidature du vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta aux prochaines élections présidentielles.
    Pour le CSDM, cette démarche de l’ex nº 10 du M5-RFP est en porte à faux avec la Charte de la transition. Celle-ci dans son article 9, dit clairement : « Le Président et le vice-président de la Transition ne sont pas éligibles aux élections présidentielle et législatives qui seront organisées pour marquer la fin de la transition »… ” …///…

    :
    Ce n’est pas juste, cet article 9… !
    Non seulement c’est pas juste, mais en plus c’est incohérent. Je dis ça parce que le rôle du Vice-Président ” n’est pas reconnu ” officiellement.
    Le Poste et le rôle de Vice-Président ne sont en quelque sorte reconnus que par ceux qui ont fait le putsch, le CNSP.
    Donc de ce fait il est considéré comme imposé…
    A preuve la CEDEAO ne l’a pas accepté.
    Et donc…, ne le reconnait pas en tant que Membre dirigeant de la TRANSITION.
    Dans ce cas, comme la CEDEAO qui est un des ACTEURS déterminants de la reconnaissance de la légitimité du Régime actuel Malien au niveau international…, ne reconnait pas le rôle du Vice-Président ( ils ont refusé qu’il puisse remplacer le Président de la TRANSITION en de défaillance ou de démission de ce dernier )…, le Vice-Président ne devrait pas être empêché d’être candidat à l ‘élection présidentielle à venir.
    Puisque son rôle de Vice- Président n’est pas reconnu par la CEDEAO donc de la COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE, Monsieur Assimi GOÏTA devrait pouvoir être candidat.
    Que le prochain Président du Mali soit un Civil ou un Militaire, n’est pas important. L’essentiel est que nous ayons un bon PRÉSIDENT qui empêchera la partition de notre pays.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  3. ” … Issa Kao Djim, comme dans ses habitudes, a profité de ce créneau pour déclarer une hypothétique candidature du vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta aux prochaines élections présidentielles.
    Pour le CSDM, cette démarche de l’ex nº 10 du M5-RFP est en porte à faux avec la Charte de la transition. Celle-ci dans son article 9, dit clairement : « Le Président et le vice-président de la Transition ne sont pas éligibles aux élections présidentielle et législatives qui seront organisées pour marquer la fin de la transition »… ” …///…

    :
    C’est juste, cet article 9… !
    Non seulement c’est pas juste, mais en plus c’est incohérent. Je dis ça parce que le rôle du Vice-Président ” n’est pas reconnu ” officiellement.
    Le Poste et le rôle de Vice-Président ne sont en quelque sorte reconnus que par ceux qui ont fait le putsch, le CNSP.
    Donc de ce fait il est considéré comme imposé…
    A preuve la CEDEAO ne l’a pas accepté.
    Et donc…, ne le reconnait pas en tant que Membre dirigeant de la TRANSITION.
    Dans ce cas, comme la CEDEAO qui est un des ACTEURS déterminants de la reconnaissance de la légitimité du Régime actuel Malien au niveau international…, ne reconnait pas le rôle du Vice-Président ( ils ont refusé qu’il puisse remplacer le Président de la TRANSITION en de défaillance ou de démission de ce dernier )…, le Vice-Président ne devrait pas être empêché d’être candidat à l ‘élection présidentielle à venir.
    Puisque son rôle de Vice- Président n’est pas reconnu par la CEDEAO donc de la COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE, Monsieur Assimi GOÏTA devrait pouvoir être candidat.
    Que le prochain Président du Mali soit un Civil ou un Militaire, n’est pas important. L’essentiel est que nous ayons un bon PRÉSIDENT qui empêchera la partition de notre pays.

    Vivement le Mali pour nous tous.

    • Du coup vous pouvez constater incompetance de votre assimi Goita puisque il a deja commence a jeter les bases de la partition du pays mais franchement quelle qualite a cet ursupateur de la victoire des autres

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here