Protection des enfants en mobilité : La Comade plaide des dispositifs législatifs

0

Pour des dispositifs législatifs en vue de protéger les enfants en mobilité contre la traite et d’autres traitements similaires, la Coalition malienne des droits de l’enfant (Comade), en partenariat avec l’ONG Terre des hommes/Lausanne à initié hier une conférence de plaidoyer à l’intention des plus hautes autorités du pays. Un document de plaidoyer a été remis au chef de cabinet de la Primature représentant le Premier ministre, accompagné d’un message fort du Parlement des enfants pour la cause.

Cette conférence vise, selon le président de la Comade, Amadou Bocar Téguété, à amener les institutions de la République, la première Dame du Mali et les autres acteurs à s’approprier de l’approche mobilité et à s’inscrire dans une dynamique de protection de tous les enfants concernés par la mobilité, d’offrir un cadre d’échanges et de partage sur l’approche mobilité avec une spécification des messages clés aux autorités du pays, poser les jalons d’une réflexion poussée sur la nécessité de la révision des accords sur la lutte contre la traite des enfants avec le Burkina Faso et la Guinée-Conakry et susciter une prise de conscience et un engagement des détenteurs de droits pour la mise en œuvre et le suivi d’actions de protection des enfants en mobilité.

M. Téguété a regretté que la mobilité des enfants n’entre pas dans le cadre conventionnel de la protection de l’enfance et affirmé que la prise en compte de cette réalité oblige les acteurs à ajuster leur modèle et à trouver les moyens d’intégrer la mobilité dans un cadre protecteur.

Dans le document remis aux autorités pour qu’elles agissent, la Comade prône un engagement politique affirmé et soutenu de protection des enfants en mobilité, tout en se rappelant qu’un enfant en mobilité est déjà en situation de vulnérabilité (ETM), s’il n’y a pas de filets de protection sur son trajet et à destination, l’ouverture des accords signés entre le Mali et le Burkina Faso, la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Sénégal aux autres enfants en mobilité non victimes de traite, l’organisation d’une étude nationale sur la problématique de mobilité des enfants au Mali, etc.

Dans leur message aux autorités, les enfants parlementaires ont invité le gouvernement à offrir un environnement protecteur aux enfants en mobilité et demandé de bien vouloir assurer la mise en œuvre de cette garantie.

Le chef du cabinet du chef du gouvernement a jugé nécessaire le combat de la Comade et assuré le soutien du gouvernement dans la mise œuvre des recommandations issues de la rencontre.

Maliki Diallo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER