Congrès extraordinaire des évêques : « Le Mali ne peut se construire sans le pardon »

4
Tous les pèlerins maliens rentrés à Bamako sains et saufs
Le Ministre Thierno Hass Diallo

La conférence épiscopale du Mali a reçu la visite de courtoisie du ministre des Affaires religieuses et du Culte, M. Thierno Amadou Omar Hass DIALLO, à l’Archevêché de Bamako, ce jeudi 11 avril 2018.

« Nous sommes heureux de vous accueillir en frère », a lancé le Cardinal Eminence Jean ZERBO pour souhaiter la bienvenue au ministre DIALLO dans les locaux de l’Archevêché de Bamako.

« Les évêques du Mali ont tous répondu présent à cette conférence épiscopale », s’est réjoui Son Eminence Cardinal ZERBO, en guise de propos liminaire.

« Merci pour votre constante attention à l’endroit de toutes les communautés religieuses de notre pays », a conforté le Président de ladite conférence épiscopale, Jonas DEMBELE.

« Nous avons su cultiver un vivre ensemble harmonieux parce que nous croyons en un seul Dieu qui aime et qui se nomme Amour », s’est félicité l’Evêque de San.

« Aujourd’hui, ce n’est cependant pas facile de risquer une parole avec cette floraison de réseaux sociaux et autres médias en ligne », a-t-il reconnu, avant de souligner la détermination des évêques du Mali de risquer leur parole au terme de la présente rencontre.

Car, est convaincu le Président de la Conférence épiscopale,« le Mali ne peut se construire sans le pardon ».

« Nous continuons de prier pour le Mali, ses dirigeants et ses citoyens afin de maintenir le vivre ensemble qui caractérise notre société dans sa diversité », a prêché l’Evêque de San, pour conjurer le mauvais sort qui s’abat sur notre pays.

« Vous êtes des repères pour nos communautés en prêchant la parole pure, la bonne parole, permettant à chaque fidèle-citoyen d’avoir un cœur d’amour, de pardon, d’apaisement et, surtout, de patriotisme», a complimenté le ministre des Affaires religieuses et du Culte.

« Nous devons taire nos divergences pour cultiver l’unité et l’appartenance à une même Nation », a exhorté le ministre DIALLO, après avoir réitéré, au nom de SEM Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat, la présence de l’Etat auprès de toutes les communautés religieuses de notre pays.

« Je sais que votre conférence épiscopale débouchera sur des réflexions profondes portant sur l’actualité brûlante et l’état réel de la Nation, dont les recommandations fortes serviront de substrat éclairé à l’action salvatrice du Gouvernement pour conforter le vivre ensemble dans notre pays », a confié le ministre des Affaires religieuses et du Culte.

Son Eminence Cardinal Jean ZERBO dit avoir pris bonne note de cette exhortation, avant de réitérer ses remerciements à l’adresse du ministre DIALLO, dont il a salué le sens de l’écoute et de la responsabilité pour « ne pas faire du phénomène religieux une source de conflits » entre Maliens.

Avant de quitter l’Archevêché, le ministre DIALLO s’est vu remis par Son Eminence Cardinal ZERBO une compilation des recommandations des différentes conférences épiscopales, dont celle de constituer un « Fonds de solidarité ».

Source : CCOM/MARC

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Pardonner de voleurs de denier publique cone IBK le president specialiste en surfacturation, c’est un crime contre Dieu.

  2. Nous devons demander au tres Haut de donner le sentiment de regret ,de repentir a ceux qui ont viole les droits humains et qui l’ont offence par leur haine.Pour que le Pardon soit suivi de Paix et d’Amour !

  3. En effet, Monsieur le ministre, il faut que l’on pardonne aux voleurs et aux irresponsables de ce pays. ceux qui ont mis à profit leurs fonction et leur statut pour détourner nos maigres ressources à des fins de caprices puériles.
    Pardonner à ceux qui profite de la foi de nos compatriotes pour les manipuler et les maintenir dans l’obscurantisme réligieux.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here