Situation actuelle du Mali : La grande inquiétude de «AN TE A BANNA»

1
Oumar Mariko au meeting du Collectif des Associations ‘’An Tè A Banna’’: «A Sikasso, on a contraint les gens à accueillir le président IBK »

La plateforme AN TE A BANNA a pris une nouvelle orientation après le succès dans le combat contre la révision constitutionnelle, la veille citoyenne. Forte de cette idéologie, elle a organisé un meeting à la pyramide du souvenir ce samedi 25 novembre. Pour exprimer son inquiétude face à la situation qui prévaut présentement au Mali.

” IBK a, de toute évidence, échoué : Echouer de rassembler les maliens ; échouer de lutter contre l’insécurité ; échouer de régler la question du nord ; échouer tout simplement de faire vivre le Mali ” déclare le Collectif des Associations AN TE A BANNA.

En effet, ces quatre maux étaient l’objet du rassemblement des membres et sympathisants de ce collectif en faveur d’un meeting. Ainsi, le collectif estime que la situation reste la même quatre an après l’élection du Président IBK à la magistrature suprême. Pour lui, l’insécurité s’empire. Plus de 2000 morts en quatre ans. Nombre qui dépasse le bilan des 53 précédentes années (1960-2013). A cela s’ajoute, à en croire le collectif, la mauvaise gouvernance et ses conséquences. Il affirme que la dilapidation des ressources, la corruption, le gaspillage, l’injustice, sont devenus monnaie courante. Les secteurs essentiels que sont : la santé, l’éducation sont mis en mal. De plus, le climat social reste tendu. Une dizaine de grèves en 2017 dans les domaines de la santé, de la justice, de l’administration publique, des transports, de l’enseignement supérieur et fondamental. De surcroit, les traitements inhumains que subissent les Maliens de la Libye étaient au premier plan pour interpeler le Gouvernement d’agir immédiatement.

Par ailleurs, ce meeting intervient pendant que le Chef de l’Etat est en visite dans la Région de Sikasso où il est accueilli en roi, si l’on se réfère aux différentes publications de certains confrères sur place. Toutefois, Dr Oumar MARIKO, qui a été au Kénédougou quelques jours plutôt avant la visite d’IBK, voit cette mobilisation sous un autre regard. Ainsi, ce dernier affirme que les promoteurs d’écoles, les directeurs et les enseignants ont été démarchés pour faire sortir les élèves afin d’accueillir le ” roi “. De même, Dr MARIKO affirme que les associations féminines ont été mobilisées par achat de conscience. Aussi, il soutient que des tracteurs ont été mis à profit pour attirer les agriculteurs. De plus, le président du parti SADI soutient que tout un convoi de véhicules a quitté Bamako pour aller accueillir le Président de la République dans la troisième région. Comme Oumar MARIKO, beaucoup de leaders se sont exprimés devant la masse dont Tièblé DRAME. Ce dernier se projette dans l’avenir en exhortant la population de ne plus tomber dans la même erreur de 2013. C’est-à-dire le choix d’IBK.

            “Le pays va mal, le peuple malien courbe sous le poids de la misère, le peuple grogne en sourdine mais il n’en saurait être ainsi durant tout le temps. Une réaction immédiate est nécessaire pour sauver le Mali”, dixit le collectif. Mais, AN TE A BANNA, dispose-t-il encore la force de mobilisation qui l’a caractérisée en juin, juillet et août ? Pas sûr au vu de l’intervention de certains leaders tels que Soumana SACKO et Djimé KANTE. Le soleil de la dissension semble planer sur la plateforme qui a pu mobiliser quand il le fallait. Le premier a affirmé ceci : ” nous avons commencé une œuvre grandiose et nous devons le poursuivre jusqu’au bout “. Quant au second, il a interpelé les hommes politiques d’épargner la plateforme de leurs dissensions personnelles.

Yacouba TRAORE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. L’opposition malienne est si médiocre qu’elle est allée arracher cette plateforme aux jeunes qui l’ont créé. C’est clairement un meeting politique ils ont fait.Il ne faut plus appeler cette association plateforme mais l’opposition malienne désormais.

    Il y’a d’ailleurs des jeunes fondateurs qui ont animé une conférence de presse pour décrier cette politisation de la plateforme antê abana.

    Juste dire que la plateforme antê abana n’existe plus. C’est désormais l’opposition malienne. Mais connaissant la médiocrité de cette opposition le président IBK doit dormir tranquillement car 2018 est doré déjà gagné.

Comments are closed.