Violences intercommunautaires à Gao : La CNDH condamne et recommande…

0

Dans un communiqué qui nous a été soumis, la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a condamné les violences intercommunautaires à Gao la semaine dernière. Elle a appelé les différentes parties au dialogue.

« La Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) exprime sa très vive préoccupation face à la recrudescence des violences intercommunautaires, que traverse la ville de Gao, depuis hier, faisant l’objet d’allégations de violations et d’abus graves des droits de l’homme », a regretté la structure dirigée par Aguibou Bouaré qui s’est inclinédevant la mémoire des personnes ayant perdu la vie au cours de ces évènements dramatiques et a souhaité prompt rétablissement aux blessés.

La commission a, ensuite, condamné fermement « les violations et abus des droits de l’homme perpétrés » et appelé à la désescalade de la violence.

Elle recommande, selon son communiqué, l’ouverture d’enquêtes crédibles, indépendantes, impartiales et diligentes en vue d’identifier les auteurs et complices des actes de violence et appelle à rendre publics les résultats desdites investigations. La commission réitère, précise le communiqué, son appel pressant aux autorités compétentes à assumer leurs responsabilités dans la protection des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national. Elle a invité les forces de sécurité nationale et internationales à assurer immédiatement l’ordre public dans cette ville. Àl’État, elle demande de lutter efficacement contre l’impunité sous toutes ses formes.

La CNDH a, enfin, appelé les autorités locales (traditionnelles et administratives) et tous les protagonistes à engager le dialogue en vue d’un dénouement heureux de la situation.

Il faut rappeler que cette structure soit à travers un communiqué de condamnation ou à travers des actions chaque fois que le droit de l’homme est mis en cause au Mali. Elle a combattu avec brio l’esclavage par ascendance dans la région de Kayes.

 

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here