Ces dix footballeurs africains qui pourraient briller dans les meilleurs championnats européens

0

De Manchester à Dijon, en passant par Leipzig, Madrid ou Milan, des joueurs vont profiter de la saison 2019-2020 pour se faire un peu plus connaître.

Après la pause estivale, les championnats européens de football ont repris de plus belle (France, Angleterre, Allemagne, Espagne) ou sont en passe de commencer (en Italie le samedi 24 août). Au cours de cette saison, l’Ivoirien Nicolas Pépé, passé de Lille à Arsenal pour 80 millions d’euros, et le Sénégalais Idrissa Gueye, passé d’Everton au Paris-Saint-Germain pour 32 millions d’euros, seront particulièrement observés, au même titre que le duo infernal de Liverpool constitué de l’Egyptien Mohamed Salah et du Sénégalais Sadio Mané. Mais l’Europe, et plus précisément les cinq championnats les plus relevés, ne se limite pas à ces quelques noms ronflants. Et la saison 2019-2020 sera peut-être l’occasion, pour certains footballeurs africains, de se faire un peu plus connaître.

  • Bundesliga (Allemagne)

Le Malien Amadou Haïdara, 21 ans, a suivi une progression linéaire en évitant soigneusement de griller les étapes. Le milieu de terrain, formé à l’Académie Jean-Marc Guillou de Bamako, a d’abord rejoint le championnat autrichien, en 2016, en signant au Red Bull Salzbourg, qui l’a immédiatement prêté une saison au FC Liefering, son club filiale, afin qu’il s’y aguerrisse. Dans la ville natale de Mozart, le Malien s’est imposé comme une des pièces maîtresses des Red Bull, qui l’ont vendu 18 millions d’euros au RB Leipzig en décembre 2018. Le joueur s’est assez vite imposé dans le club allemand, qu’il a aidé à se qualifier pour la Ligue des champions. Amadou Haïdara s’apprête désormais à disputer sa première saison complète dans un des cinq meilleurs championnats du monde.

Amadou Haïdara lors d’un match de Bundesliga à Leverkusen, en Allemagne, le 6 avril 2019.
Amadou Haïdara lors d’un match de Bundesliga à Leverkusen, en Allemagne, le 6 avril 2019. HASAN BRATIC / AFP

Vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) avec l’Algérie le 19 juillet, deux mois après avoir remporté la Coupe de France avec Rennes, Ramy Bensebaïni, 24 ans, a décidé de quitter la Ligue 1 pour rejoindre la Bundesliga. Le défenseur algérien, qui est l’un des rares Fennecs sacrés au Caire à avoir été formé dans son pays, disputera la Ligue Europa avec le Borussia Mönchengladbach, où il s’est engagé pour quatre ans et 10 millions d’euros, un montant élevé pour un défenseur. Après quatre saisons en France globalement convaincantes (Montpellier puis Rennes), le Constantinois va désormais évoluer dans un bon club allemand, réputé pour sa qualité de jeu. Il y retrouve Ibrahima Traoré, le capitaine de la Guinée, ainsi que Marcus Thuram et Alassane Pléa, deux anciens pensionnaires de la Ligue 1.

Ramy Bensebaïni célèbre la victoire de Rennes contre Arsenal en Ligue Europa, le 7 mars 2019.
Ramy Bensebaïni célèbre la victoire de Rennes contre Arsenal en Ligue Europa, le 7 mars 2019. LOIC VENANCE / AFP
  • Premier League (Angleterre)

Capitaine d’une Algérie redevenue reine d’Afrique lors de la CAN 2019 en Egypte, Riyad Mahrez, 28 ans, sera forcément l’un des joueurs les plus observés de la Premier League anglaise. En 2018-2019, l’Algérien, sans être toujours titulaire, avait bénéficié de la confiance de Pep Guardiola, l’entraîneur de Manchester City, qui l’apprécie. Lors de la victoire inaugurale des champions d’Angleterre en titre, samedi 17 août à West Ham (5-0), l’ancien Havrais était titulaire, un indice laissant supposer que le coach catalan des Citizens veut faire de lui un de ses hommes de base. Avec le championnat, les coupes nationales et la Ligue des champions, Mahrez aura de toute évidence l’occasion de prouver que le titre obtenu en Egypte lui a fait passer un cap.

Riyad Mahrez lors d’un match de Ligue des champions contre Tottenham, à Londres, le 9 avril 2019.
Riyad Mahrez lors d’un match de Ligue des champions contre Tottenham, à Londres, le 9 avril 2019. ADRIAN DENNIS / AFP

Sa première saison chez les Reds conserve un goût d’inachevé. Recruté par le Liverpool FC en juillet 2017, un club qu’il n’a rejoint qu’un an plus tard, le Guinéen Naby Keïta, 24 ans, a dû s’adapter aux exigences du meilleur championnat du monde et trouver sa place au sein d’un effectif d’une grande richesse collective et individuelle. Avec 32 matchs disputés en 2018-2019, Keïta est dans la moyenne, mais il a parfois donné l’impression de ne pas évoluer à son vrai niveau. Blessé au printemps avec son club, le Guinéen l’a payé lors de la CAN en Egypte, qu’il a traversée sans jamais peser sur le jeu. Aujourd’hui, Keïta semble remis de sa blessure, avec la ferme intention de vivre une saison 2019-2020 beaucoup plus aboutie, entouré de ses amis Sadio Mané et Mohamed Salah, qui ont notoirement facilité son adaptation sur les bords de la Mersey.

Naby Keïta lors d’un match de Ligue des champions contre le Bayern Munich à Liverpool, en Angleterre, le 19 février 2019.
Naby Keïta lors d’un match de Ligue des champions contre le Bayern Munich à Liverpool, en Angleterre, le 19 février 2019. CHRISTOF STACHE / AFP
  • Ligue 1 (France)

Rares sont les joueurs nés en République démocratique du Congo (RDC) à s’exiler en Europe à 24 ans, ce qui est le cas de Ngonda Muzinga. L’ancien meneur de jeu, reconverti défenseur latéral gauche par Florent Ibenge, son ex-entraîneur à l’AS Vita Club de Kinshasa, va découvrir la France tardivement, à un âge où beaucoup d’Africains ont renoncé à leurs rêves européens. Muzinga, recruté par le Dijon FCO pour 300 000 euros, s’est fait remarquer lors de la CAN 2019 en Egypte, où il fut l’une des rares satisfactions des Léopards. Le Kinois a même poussé sur le banc de touche Arthur Masuaku, l’habituel titulaire du poste. Muzinga va devoir s’acclimater à son nouvel environnement et à un championnat dont le niveau n’a pas grand-chose à voir avec celui de RDC. Mais Florent Ibenge a confié au Monde que son protégé a « toutes les qualités pour s’imposer en Europe ».

Ngonda Muzinga lors d’un match de Coupe d’Afrique des nations contre Madagascar, à Alexandrie, en Egypte, le 7 juillet 2019.
Ngonda Muzinga lors d’un match de Coupe d’Afrique des nations contre Madagascar, à Alexandrie, en Egypte, le 7 juillet 2019. Suhaib Salem / REUTERS

Cela fait neuf ans qu’Henry Onyekuru, 22 ans, a quitté le Nigeria. Formé à l’académie Aspire, au Qatar, l’attaquant des Super Eagles a ensuite rejoint Eupen, en Belgique, où ses performances avaient convaincu les Anglais d’Everton de lui faire signer un contrat de cinq ans. Pourtant, le nouveau joueur de l’AS Monaco n’a jamais disputé la moindre rencontre avec le second club de Liverpool, qui l’a prêté à Anderlecht (Belgique) puis au Galatasaray (Turquie). Son efficacité révélée à Eupen ne s’est jamais démentie lors de ses exils forcés et cela a suffi à Monaco pour se décider à verser 13,5 millions d’euros à Everton. Onyekuru pourrait être l’une des bonnes surprises de la Ligue 1 en 2019-2020.

Henry Onyekuru lors d’un match de Ligue Europa entre le Galatasaray et Benfica à Istanbul, le 14 février 2019.
Henry Onyekuru lors d’un match de Ligue Europa entre le Galatasaray et Benfica à Istanbul, le 14 février 2019. OZAN KOSE / AFP
  • Liga (Espagne)

Le Togolais Djené Dakonam, 27 ans, est considéré comme l’un des meilleurs joueurs à son poste dans l’exigeant championnat d’Espagne, réputé éprouvant pour les défenseurs. Si le Getafe CFs’est qualifié pour la Ligue Europa, le club de la grande banlieue de Madrid le doit en partie à celui que Claude Le Roy, le sélectionneur des Eperviers, tient en estime. Sur les tablettes de plusieurs grands clubs européens, dont Arsenal et le FC Séville, Djené Dakonam vaut aujourd’hui près de 40 millions d’euros, un chiffre qui fait évidemment réfléchir. Mais il est fort probable que l’ancien joueur du Coton Sport de Garoua (Cameroun) quittera au plus tard l’été prochain les Azulones pour un club plus ambitieux.

Djene Dakonam lors d’un match de Liga contre Séville à Getafe, en Espagne, le 21 avril 2019.
Djene Dakonam lors d’un match de Liga contre Séville à Getafe, en Espagne, le 21 avril 2019. BENJAMIN CREMEL / AFP

Plus les années passent, et plus le Ghanéen Thomas Partey, 26 ans, s’épanouit à l’Atletico Madrid. Formé chez les Colchoneros, qui l’avaient prêté deux saisons de suite à Majorque et Almeria afin qu’il y gagne du temps de jeu, le milieu de terrain des Black Stars a pris une dimension supplémentaire à partir de la saison 2017-2018, quand Diego Simeone, l’entraîneur de l’Atletico, lui a davantage accordé sa confiance. Partey sera encore une fois un des joueurs de base d’une équipe qui cherchera, comme tous les ans, à bousculer l’ordre établi en Liga, incarné par la toute-puissance du Real Madrid et du FC Barcelone.

Thomas Partey lors d’un match de Liga entre l’Atletico Madrid et le Deportivo Alaves à Vitoria, en Espagne, le 30 mars 2019.
Thomas Partey lors d’un match de Liga entre l’Atletico Madrid et le Deportivo Alaves à Vitoria, en Espagne, le 30 mars 2019. ANDER GILLENEA / AFP
  • Serie A (Italie)

Il n’a que 22 ans, mais l’Ivoirien Franck Kessié est déjà considéré comme un des patrons du milieu de terrain des Eléphants et des Rossoneri. Après son arrivée à l’Atalanta Bergame en 2015, l’ancien joueur du Stella Club d’Adjamé n’a cessé de progresser, à tel point que le Milan AC n’a pas hésité à débourser 30 millions d’euros pour l’attirer chez lui. L’an dernier, il a agrémenté ses solides prestations par une efficacité assez rare pour un joueur évoluant à son poste (sept buts). Kessié, qui est considéré comme le véritable successeur de Yaya Touré en sélection, sera cependant privé de Coupe d’Europe cette saison, le Milan AC ayant été exclu en application du fair-playfinancier.

Franck Kessié lors d’un match de Serie A contre Bologne à Milan, en Italie, le 6 mai 2019.
Franck Kessié lors d’un match de Serie A contre Bologne à Milan, en Italie, le 6 mai 2019. MIGUEL MEDINA / AFP

L’international marocain Mehdi Bourabia, 28 ans, est un véritable miraculé et sa présence en sélection nationale lors de la CAN 2019 et dans un club du championnat d’Italie est une revanche sur le sort. Car entre 2011 et 2013, il n’a pas pu jouer à cause d’une pubalgie. Relancé lors de son passage à Lille, aperçu en Bulgarie et en Turquie, le milieu de terrain a franchi un cap supplémentaire en signant à l’été 2018 à l’US Sassuolo, où il s’est rapidement imposé. Hervé Renard l’avait alors convoqué pour la première fois en sélection marocaine. Vahid Halilhodzic, son successeur, qui apprécie ce type de joueur, devrait lui aussi miser sur le milieu marocain.

Mehdi Bourabia lors d’un matche de Ligue Europa entre Konyaspor et le  Vitoria SC à Guimaraes, au Portugal, le 7 décembre 2017.
Mehdi Bourabia lors d’un matche de Ligue Europa entre Konyaspor et le  Vitoria SC à Guimaraes, au Portugal, le 7 décembre 2017. Miguel Vidal / REUTERS

Source: https://www.lemonde.fr

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here