Éliminatoires CAN-cadets, Mali-Burkina Faso Aiglonnets, l'avantage du bilan

0

L’E. N. n’a perdu qu’une fois en 7 matches, totalisant 6 victoires pour 19 buts marqués et 4 encaissés.

Le match est délicat à négocier, mais les calculs sont simples pour les Aiglonnets. Ils doivent impérativement s’imposer ce dimanche face aux Étalons cadets du Burkina Faso pour préserver toutes leurs chances de qualification à la phase finale du 7è Championnat d’Afrique des nations prévue en 2007 au Togo. En tout cas voila un match piège pour Bassirou Dembélé et ses camarades qui auront en face des adversaires qui rêvent comme eux d’effectuer le voyage de Lomé. Les Aiglonnets sont déjà avertis après l’échec de leurs aînés (les Aiglons) au dernier tour éliminatoire de la CAN-Junior contre la Gambie. Leur mission consistera à essuyer les larmes des supporters qui comprendront difficilement l’absence de notre football de catégorie d’âge aux deux grands rendez-vous de 2007 (Championnats d’Afrique Junior et Cadet). Pour ce faire, les nôtres devraient se mettre à l’abri dès la manche aller comme ils l’ont fait face aux Malawites au tour précédent en s’imposant par un score confortable.

Installés au stade du 26 Mars seulement au début de cette semaine, les Aiglonnets semblent avoir digéré les désagréments causés par l’administration des sports par rapport à leur mise au vert. La direction nationale des sports a voulu coûte que coûte loger l’équipe contre son gré dans un hôtel alors que les joueurs souhaitaient élire domicile soit au stade du 26 Mars, soit au centre de Kabala. La vingtaine de jours prévus pour l’internat n’a pu être respectée puisse que chacune des parties était restée sur sa position. Et c’est seulement le lundi que la direction nationale des sports a finalement lâché du lest et accepté de prendre en charge la nourriture des jeunes. "Je pense que les garçons ont oublié ces problèmes. Nous leur avons expliqué que c’était à l’équipe de poser le problème d’hôtel et non le département. Les deux infrastructures (stade du 26 Mars et Kabala, ndlr) appartiennent au ministère et les joueurs disent qu’ils se sentent bien au stade du 26 Mars ou à Kabala. Bon tout est rentré dans l’ordre et l’équipe ne pense qu’au match de dimanche contre le Burkina Faso", assure l’entraîneur national Ibrahim Diallo.

Une rencontre qui s’annonce comme un grand test pour les Aiglonnets après leur promenade de santé du premier tour face au Malawi dominé aussi bien à l’aller (3-0 à Bamako) qu’au match retour à Lilongwé (2-0). Compte-tenu de la proximité géographique et de la valeur même de la sélection burkinabé, l’opposition de dimanche est théoriquement équilibrée et s’annonce plus passionnante. Toutefois, les nôtres disposent d’arguments convaincants pour déjouer les pièges des protégés de l’ancien entraîneur du Djoliba, Sidiki Diarra. En tout cas, le bilan des Aiglonnets plaident en faveur du Mali : 7 matches, 6 victoires pour seulement une défaite (4-2 en amicale contre la Côte d’Ivoire à Abidjan), 19 buts marqués contre 4 encaissés.

Excepté le sociétaire de l’académie de l’ASEC, Moussa Guindo qui a opté pour le Mali après avoir été longtemps courtisé par Alain Gouaméné l’entraîneur des Éléphanteaux, l’effectif de l’E.N. reste inchangé et on retrouvera les mêmes joueurs qui ont commencé la campagne avec le coach Ibrahim Diallo. La sélection du Faso elle, est majoritairement composée de pensionnaires de l’École de football, Planète champion qui ont déjà un vécu continental et qui auront à coeur de faire un bon résultat à Bamako en attendant le match retour. Les nôtres doivent surtout avoir présents à l’esprit que le manque de concentration devant les buts adverses et l’incapacité à gérer les moments chauds de la rencontre peuvent être préjudiciables à l’équipe.

Car si la bonne humeur collective et la grande solidarité ont toujours permis aux Aiglonnets de surmonter les handicaps, force est d’admettre que l’équipe ne brille pour l’instant que par intermittence et n’a pas totalement convaincu les supporters. Espérons donc que Bassirou Dembélé et ses camarades joueront à leur meilleur niveau face aux Burkinabé et qu’ils nous gratifieront d’un spectacle digne de leur talent.

M. N. TRAORÉ

Dimanche 26 novembre au Stade Modibo Keïta
17h : Mali-Burkina Faso
Arbitrage du Sénégalais Cheick Tidiane Seck assisté de ses compatriotes Mamadou Doye et Mahamadou Bobo Ba
Commissaire : Rachid Mekhoufi (Algérie).

Commentaires via Facebook :

PARTAGER