La Gambie quitte le tournoi par la petite porte

0

Les Gambiens se sont fait éliminer après leur coup de folie, dimanche lors de leur deuxième sortie contre le Sénégal. On jouait la 55è minute de la partie, le Sénégal venait d’établir la parité par Sidy N’diaye (48è) après l’ouverture du score dès la 14è minute par l’attaquant gambien Alhaji Masa Camara. Les esprits des Scorpions espoirs sont chauffés et le latéral, capitaine Ousmane Colley fauche sèchement l’attaquant sénégalais qui tentait de s’infiltrer sur le flanc droit. Il écopera d’un deuxième carton jaune synonyme d’expulsion. Avec la complicité de son banc de touche, le joueur gambien refuse alors de rejoindre les vestiaires comme il se doit. Et au bout d’une interruption de plus de dix minutes, le référé central Mohamed Soumah de la Guinée, met fin à la rencontre, convaincu que les Gambiens n’étaient pas prêts à reprendre le jeu. La Gambie quitte ainsi par la petite porte cette compétition, laissant la voie libre aux Maliens, Sénégalais, Guinéens et Mauritaniens de disputer les premiers rôles.

L’attitude des Gambiens n’a pas surpris outre mesure les organisateurs et le public maliens. Samedi déjà, les Scorpions espoirs avaient donné le ton à l’ouverture des jeux, en refusant d’abord de défiler, puis en tentant de prendre carrément en otage le démarrage des jeux, ignorant au passage la présence dans les gradins du Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga et des membres du gouvernement, des responsables sportifs de l’ACNOA et leurs homologues de la Zone II du CSSA. L’équipe gambienne refusa de disputer le match d’ouverture en exigeant le remboursement, séance tenante, des frais de transport Banjul-Dakar qui s’élevait à 3 millions de F.cfa. La délégation gambienne est demeurée sourde à toute forme de médiations.

Le fait que les organisateurs aient émis des réserves sur le tarif de 30.000 F.cfa par personne comme frais de transport par bus entre Banjul et Dakar (selon des sources concordantes, l’aller-retour entre les deux capitales coûte 10.000 F.cfa par taxi), a été interprété par les Gambiens comme un refus de remboursement de leur transport. L’attente a duré deux bonnes heures, mais malgré tout, le Premier ministre et les autres officiels sont restés jusqu’à la fin du match.

M. N. T

Commentaires via Facebook :

PARTAGER