POUR VIOLENCES CONJUGALES: El Hadji Diouf arrêté puis relâché sous caution et convoqué avant-hier mercredi

0
EL-Hadji Diouf a été arrêté pour avoir battu son épouse dans leur domicile, alors qu’il était ivre soutient le tabloïd "The Sun". On dit que le joueur de Bolton a semé le désordre dans la maison et demandé à son épouse Valérie de sortir. Aux dernières nouvelles, les sites et tabloïds anglais dont "The Sun", révèlent qu’il a été libéré. Mais il devrait se présenter aujourd’hui à la police.
 
Selon les sites anglais spécialisés en sports, Diouf est revenu ivre samedi 4novembre, la nuit après la défaite 1-0 de son équipe dans le derby local face à Wigan. La police a été appelée par Valérie à leur domicile à Bolton à 6h45mn dimanche. Où elle a procédé à l’arrestation de l’attaquant de Bolton.
Son épouse soutient qu’elle a une lèvre fendue. Elle a même rejoint sa famille basée en France. Diouf a été emprisonné puis libéré sous caution et doit retourner à la police aujourd’hui pour voir s’il sera accusé de coups et blessures. L’international sénégalais -ancien meilleur footballeur africain de l’année- a été en proie à des troubles après avoir craché sur des supporteurs et des joueurs. Et il a également été arrêté précédemment pour conduite en état d’ivresse.
Son épouse Valérie l’a rejoint tout récemment à la maison conjugale de Bolton en provenance de France où il évoluait au club de Lens. Il a signé pour Liverpool lors d’un transfert dont le coût s’élevait à 10 millions de livres en 2002. Mais les rouges ont libéré Diouf deux ans après une série d’incidents malheureux de mauvaise conduite?
Dans une de ces nombreuses frasques, il a été condamné à payer 5 000 livres par le procureur de la cour de Glasgow. Il avait craché sur les supporteurs du Celtic Glasgow lors d’un match de ¼ finale de la coupe de l’Uefa. En novembre dernier, Diouf a été condamné à payer 500 livres par un magistrat pour avoir craché sur un supporter de Middlesbrough âgé de 11 ans. Et on lui a accordé l’assistance judiciaire en dépit de gagner 40 000 livres par semaine.
Bientôt, il sera condamné par la FA pour avoir craché sur Arjan De Zeeuw de Portsmouth. Et au début de cette année, Diouf a été accusé d’avoir craché sur un vendeur dans les environs de Chinawhite club de Londres. Mais ce dernier incident pourrait sonner la fin de la carrière de Diouf dans le football anglais.
Bien que son épouse Valérie, plus tard, ait laissé tomber sa plainte, la police de Manchester a rassemblé les photos et preuves médicales. Des sources indiquent que les charges peuvent être considérées comme des violences conjugales. Un porte-parole de la police signifie que : La "police a été appelée à une adresse à Bolton après qu’on lui a rapporté des scènes de violence. Un homme de 25 ans a été arrêté". La police étudie également le cas du joueur de Liverpool Momo Sissokho qui est accusé de malmener un homme dans une bataille à 3h30mn à la sortie d’un fast food situé à Wavertree à Liverpool.                                 
Source Walf
 
 
 
… Et il dément son incarcération
 
Accusé de violence conjugale, le Lion sort de ses gongs et apporte la réplique. El Hadji Diouf réfute catégoriquement toutes les allégations portées contre sa personne et dément formellement tout incarcération par la police. Le problème selon lui, n’est lié qu’à son statut de star. Et au Sénégal, les gens trouvent du plaisir à parler des personnes célèbres. "Si ce n’est pas Youssou Ndour, c’est Wade ou El Hadji Diouf", constate le ballon d’or sénégalais. Qui affirme avoir tiré les leçons de la défaite contre le Burkina et demande que le différend ministère-fédération soit résolu le plus vite possible.
 
Avez-vous pas des regrets par rapport aux événements qui se sont déroulés le week-end dernier entre vous et votre femme ?
Déjà, je n’ai pas de regret. Ce que les gens disent à Dakar est absolument faux. Les gens sont pressés d’entendre parler d’El Hadji Diouf, de Rooney ou de David Beckham. Mais c’est comme ça, c’est la vie, nous devons tout cela à notre statut de star. Le plus important est qu’on vit bien tout cela. De toute façon, je n’ai pas agressé et je n’ai pas tué quelqu’un. Je suis bien dans ma peau. Je suis une personne célèbre, il faut que les gens parlent de moi. Au Sénégal si ce n’est pas El Hadji Diouf, c’est Youssou Ndour si ce n’est pas Youssou Ndour, c’est le Président Wade. Les gens sont pressés d’entendre des choses sur nous. C’est normal. On le vit bien. Que les gens ne s’inquiètent, pas je n’ai jamais été incarcéré. Je suis toujours à la maison et je suis bien avec ma femme et comme l’on dit les chiens aboient, la caravane passe.
 
Qu’est-ce qui s’est réellement passé entre vous et votre femme ?
Ce qui s’est passé réellement, c’est ce qui se passe parfois dans toutes les familles. Il n’y a rien de très grave, c’est une dispute dans un couple.
On dit que vous avez même blessé votre femme…
Ma femme n’est jamais partie à l’hôpital. Elle est toujours à la maison. Moi non plus, je n’ai jamais été à la police comme on le dit.
 
Donc qu’est-ce qui vous a valu contre convocation à la police ?
C’est la presse qui me l’apprend. Ma femme, au nom de l’amour qu’elle a envers moi, ne déposera jamais une plainte contre moi. Tout cela c’est des ragots de la presse, mais je le vis bien. Pas de la presse anglaise mais sénégalaise ; parce qu’ici, les gens ont autre chose à faire. Je n’ai jamais été à la police, je suis à la maison avec mes enfants et mon épouse. Entre ma femme et moi, on n’a jamais eu de problème grave et on n’en aura jamais parce qu’on s’aime. Ce qui s’est dit dans les journaux sénégalais sont des faux problèmes.
 
Et pourtant, les journaux sénégalais n’ont fait que reprendre la presse anglaise…
Seuls les journaux sénégalais ont dit que j’étais retenu pendant 48 heures en garde-à-vue. Ce qui est absolument faux. Je me suis entraîné le dimanche, le lundi, le mardi et aujourd’hui mercredi (avant-hier). Les journaux sénégalais ont dit que ma femme était à l’hôpital, ils ont même dit qu’elle est rentrée à Paris. Ce qui est faux, elle est ici à mes côtés. Cela fait six ans qu’on est ensemble et on n’a jamais eu de problème. Si j’étais un mauvais garçon, elle allait divorcer de moi depuis très longtemps. Tout ce que les journaux ont dit c’est des conneries, ce qui je comprends bien parce que je fais marcher leurs chiffres d’affaires. Entre ma femme et moi c’est comme David Beckham et Victoria Beckham. Les gens voient des problèmes partout dans leur couple mais ce que j’aime en eux, c’est qu’ils sont toujours ensemble et c’est pareil entre ma femme et moi.
 
Selon la presse anglaise vous avez été convoqué à la police ce mercredi et vous devez répondre à une autre convocation le 14 novembre…
(Il coupe). S’ils m’ont vu à la police, ils n’ont qu’à sortir les photos. Je n’ai pas franchi la porte de ma maison aujourd’hui (hier). Je me suis bien reposé pour pouvoir penser à mon match décisif du week-end prochain.
Ces faits-divers ne vont-ils pas écorner votre image ?
Les gens qui m’aiment et ma famille savent qui je suis. Par contre, il y aura toujours des jaloux qui vont continuer à parler. Je ne leur prête même pas attention. Je suis un football et je fais plaisir aux gens qui m’aiment. Je fais mon boulot très bien et je fais plaisir à mes parents. C’est ça le plus important. Les aigris et les jaloux, je n’ai pas de temps à leur consacrer. Ces faits-divers dont les gens font état ne me retardent nulle part. Je pense à mon football chaque jour que Dieu fait.                            
Source L’Obs
 
 
Fatou DIOUF (Mère du joueur de Bolton)
El Hadji Diouf et son épouse sont en train de se retrouver
 
Réagissant aux problèmes de son fils avec la police britannique, Fatou Diouf dite Ndioufa estime qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Le différend qui a opposé El Hadji Diouf et son épouse et qui est à l’origine des démêlés du joueur de Bolton avec la police, est dans l’ordre normal des choses dans un couple qui se respecte, a-t-elle expliqué en substance. Dans l’entretien qu’elle nous a accordé dans sa villa sise au quartier Vauvert, Ndioufa explique que le président Abdoulaye Wade et son fils sont des individus dont les moindres faits et gestes sont amplifiés.
 
Walf : Les démêlés avec la police britannique de votre fils, El Hadji Diouf, font l’actualité au Sénégal. Qu’en est-il réellement ?
Fatou Diouf : D’abord, il n’a jamais été question de prison pour mon fils, contrairement à ce qui a été dit. Je ne souhaite d’ailleurs pas que mon fils aille en prison. Tout ce que je lui souhaite, c’est d’avoir ce qu’il y a de mieux dans la vie. Il s’agit d’une dispute entre les membres d’un couple. Les enfants sont en train de se retrouver, il n’y a pas donc le feu.
 
Vous avez parlé avec votre fils au téléphone. Que s’est-il passé selon la version qu’il vous en a donnée ?
Les choses se sont passées bizarrement. Comme dans tout ménage, il y a des hauts et des bas. Mais les choses ne se sont pas passées comme on les présente ici, au Sénégal. Me basant sur ce que j’ai vu sur le net, on a amplifié les choses. En Europe, en Angleterre surtout, l’affaire ne fait pas l’actualité comme au Sénégal. El Hadji est parti aux entraînements ce matin (Ndlr, mardi 7 novembre). Et c’est ce qui m’a surtout soulagé. Parce que s’il y avait des menottes et était en prison comme on l’a annoncé, il ne serait pas parti aux entraînements. Je viens à l’instant de raccrocher avec lui, il est reparti aux entraînements (l’entretien s’est passé dans l’après-midi d’hier, Ndlr).
 
Avez-vous parlé avec son épouse ?
Oui. Et c’est son épouse qui m’a soulagée la première. Puisqu’ils ont mangé ensemble. El Hadji Diouf a mangé chez lui avec sa femme et sa fille. Donc, je ne vois pas où est le problème. C’est juste une dispute entre époux comme il en existe dans tous les foyers. Il y a un tollé parce que c’est El Hadji Diouf.              
Propos recueillis par Gabriel Barbier Walf

Commentaires via Facebook :

PARTAGER