Lutte contre l’insécurité alimentaire : La CEDEAO lance le système d’information intégré sur le secteur agricole “ECOAGRIS”

0
0

Avec l’avènement de la politique agricole commune des pays de la CEDEAO et au regard des insuffisances des dispositifs d’information existants, la CEDEAO, en collaboration avec les institutions partenaires, a décidé de mettre en place un système d’information intégré sur le secteur agricole dénommé “ECOAGRIS”.
La CEDEAO a lancé le vendredi 9 mars à l’hôtel Salam, son Système d’information sur le secteur agricole, ECOAGRIS dans le cadre du programme régional de facilité alimentaire UE-FIDA-CEDEAO. Le but est de disposer d’informations actualisées et fiables sur l’agriculture de l’Afrique de l’Ouest en vue d’une meilleure formulation et d’un suivi des politiques et stratégies de développement agricoles.
Le système est un outil de promotion des échanges commerciaux entre tous les acteurs du monde agricole de l’union régionale.
L’objectif ultime est d’aider la CEDEAO à se doter de moyens pour soutenir et gérer efficacement les interventions régionales dans le cadre de la Politique agricole commune (ECOWAP) et plus particulièrement à mieux gérer les questions de sécurité alimentaire en Afrique de l’ouest. L’Union européenne, le FIDA et l’UNOPS apportent un appui.
ECOAGRIS s’inscrit dans les grandes problématiques sur l’agriculture mondiale et dans le Plan d’action du G20 sur la volatilité des prix agricoles. En effet, en juin 2011, les ministres de l’Agriculture du G20 avaient décidé notamment de lancer le Système d’information sur les marchés agricoles (SIMA) pour accroître la transparence du secteur. Une décision actée lors du sommet du G20 de Cannes en novembre.
Ce programme est en cours de réalisation au Benin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Mali, au Niger et au Sénégal.
Véritable outil d’intégration régionale, la finalité de ECOAGRIS est d’amener les décideurs à disposer et à utiliser des données, informatiques et analyses fiables, pour la formulation et le suivi des politiques et stratégies de développement agricoles, une meilleure gestion des questions de sécurité alimentaire en Afrique de l’ouest et la promotion des échanges commerciaux de produits agro-alimentaires. Compte tenu de l’importance que revêt ce programme qui permettra de doter le Mali et la région d’un instrument de suivi des performances de l’agriculture nationale et régionale, le Chef de Cabinet du ministère de l’Agriculture, Ousmane Ag Rhissa a invité les experts à ne ménager aucun effort pour sa réussite.
Au cours de cette cérémonie, un chèque de 50 millions de FCFA a été remis au ministère de l’Agriculture pour la mise en œuvre du Programme. Ce montant permettra l’achat des outils informatiques pour la mise en œuvre effective des projets voire leur bon déroulement.
Bandiougou DIABATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.