La collaboration est essentielle pour stimuler le commerce en Afrique, selon DHL

0

 

Charles Brewer
Charles Brewer

15 juin 2015 : Des dirigeants d’entreprise du monde entier se sont rĂ©unis la semaine dernière au Cap Ă  l’occasion du Forum Ă©conomique mondial sur l’Afrique, sous le thème Alors et Ă  prĂ©sent : RĂ©imaginer l’avenir de l’Afrique. Selon Charles Brewer, directeur gĂ©nĂ©ral de DHL Express Afrique subsaharienne, le thème du forum Ă©tait on ne peut plus appropriĂ© compte tenu de la montĂ©e en puissance de l’Afrique au cours des dernières dĂ©cennies.

 

Participant Ă  divers dĂ©bats organisĂ©s lors de la confĂ©rence, M. Brewer a dĂ©clarĂ© que, bien que l’Afrique soit l’une des dernières frontières de la croissance et du dĂ©veloppement Ă©conomiques, les dirigeants devaient dĂ©finir sans attendre la meilleure approche pour permettre au continent d’aller de l’avant et consacrer tous leurs efforts Ă  sa mise en Ĺ“uvre. Pour veiller Ă  ce que l’Afrique dispose des moyens pour poursuivre et amplifier sa dynamique de croissance actuelle, les chefs d’entreprise, le gouvernement et la communautĂ© doivent collaborer en vue de faciliter les Ă©changes commerciaux avec l’Afrique.

 

Selon M. Brewer, l’augmentation du nombre de petites et moyennes entreprises (PME) constitue un moteur de croissance puissant pour le continent. « La rĂ©gion offre d’innombrables opportunitĂ©s inexploitĂ©es, qui peuvent permettre aux PME de corriger les lacunes actuellement non comblĂ©es par les grandes entreprises. L’industrie manufacturière Ă  grande Ă©chelle est encore Ă  un stade quasi embryonnaire en Afrique et, Ă  ce titre, il y a clairement un potentiel pour les PME du secteur manufacturier. »

 

Établi en Afrique en 1978, DHL est aujourd’hui prĂ©sent dans chaque pays et territoire africains, et l’entreprise connaĂ®t très bien les enjeux et les caractĂ©ristiques propres au continent. Selon M. Brewer, c’est la capacitĂ© de l’Afrique Ă  renforcer la connectivitĂ© et les Ă©changes interafricains qui lui offrira les meilleures chances d’aller de l’avant.

 

Il Ă©voque le dernier indice de connectivitĂ© mondiale de DHL, qui a montrĂ© que l’Afrique Ă©tait le continent le moins connectĂ© au monde en termes de facilitĂ© de dĂ©placement des personnes, de commerce, d’information et de finance. « Tous les pays africains devraient donc consacrer leurs efforts au dĂ©veloppement de la connectivitĂ© sur le continent et Ă  la mise en place de relations commerciales », prĂ©cise-t-il.

 

Lors d’un dĂ©bat[1] sur l’Avenir du commerce organisĂ© dans le cadre du Forum Ă©conomique mondial sur l’Afrique, les participants ont soulignĂ© le fait que seuls 12 % de l’ensemble des Ă©changes commerciaux des pays africains s’effectuent avec d’autres pays africains et que le continent ne reprĂ©sente que 3 % de la valeur ajoutĂ©e du commerce mondial.

 

« L’Afrique doit lever les obstacles qui entravent les activitĂ©s des entreprises et ĂŞtre en quĂŞte permanente de nouveaux accords commerciaux dans la rĂ©gion, car ces derniers pourraient augmenter considĂ©rablement le niveau des Ă©changes. L’Afrique a dĂ©jĂ  bĂ©nĂ©ficiĂ© de plusieurs partenariats commerciaux comme la CommunautĂ© d’Afrique de l’Est (CAE) et la CEDEAO, en attendant le lancement imminent de l’Accord de libre-Ă©change tripartite (ALE). Ces Ă©volutions sont importantes pour l’Afrique et il est essentiel de poursuivre ces relations de collaboration et, surtout, de les mettre en Ĺ“uvre de manière cohĂ©rente. »

 

« Le gouvernement et le secteur privĂ© doivent de ce fait travailler ensemble pour crĂ©er un environnement durable et solidaire et chercher des solutions facilitant les activitĂ©s commerciales et l’Ă©panouissement de l’environnement commercial. Assister Ă  un forum tel que le Forum Ă©conomique mondial enrichit forcĂ©ment vos connaissances, mais pour moi, son apport le plus prĂ©cieux est le fait qu’un grand nombre de discussions remettent en question vos convictions et vos valeurs. Ă€ titre d’exemple, les sessions concernant l’Ă©galitĂ© homme-femme dans l’entreprise, la numĂ©risation de l’Afrique et le fait d’ĂŞtre une entreprise socialement responsable fournissant une valeur partagĂ©e et solidaire m’ont vraiment rappelĂ© l’importance de ces enjeux. Ces sujets ont toujours Ă©tĂ© en tĂŞte des prioritĂ©s de DHL, mais il est toujours passionnant d’entendre comment d’autres organisations gèrent ces questions et d’en tirer des enseignements », conclut M. Brewer.

 

PARTAGER