Développement Inclusif : Tombouctou, bientôt une vitrine en la matière 

0

Sous l’impulsion de Handicap International (HI) en collaboration avec les Collectivités Territoriales (CT), un comité de pilotage est mis en place pour coordonner les activités de trois projets intervenant dans le domaine du Développement Locale Inclusif (DLI). Ledit comité a tenu sa première réunion le lundi 11 juillet 2011 dans la salle de conférence de l’Assemblée Régionale.

La coordinatrice du volet Développement Inclusif et Promotion des Droits de Handicap International/Mali, Mme Stéphanie Baux n’a pas caché pas son ambition de faire de la région de Tombouctou une vitrine au Mali et dans la sous région en matière de Développement Local Inclusif (DLI). « Nous sommes aujourd’hui dans un tournant essentiel du DLI à Tombouctou car il s’agit, comme je le disais, de promouvoir une approche globale des projets et des activités pour faire de la Région de Tombouctou un site modèle en termes de DLI, région qui pourra être cité en exemple pour une duplication vers d’autres territoires maliens ou sous-régionaux » ; a-t-elle laissé entendre. Les trois projets membres du comité de pilotage sont : Dispositif d’Animation Inclusive en Partenariat avec l’Assemblée Régionale de Tombouctou (DAIPART) ; Projet d’Insertion Economique des Personnes Handicapées (PIEPH) ; et Développement Local Inclusif de la Cellule d’Echange et de Partenariat Afrique de l’Ouest Madagascar (DLI-CEPRAOM). Les deux premiers projets sont des initiatives de Handicap International Bureau de Tombouctou et le troisième, une initiative de l’Assemblée Régionale de Tombouctou. Il s’agira pour le comité de pilotage de coordonner et d’orienter les activités de ces trois projets afin de la prise en compte de toutes les franches de la société dans les programmes et projets de développement dans le cercle de Gourma-Rharous et dans la commune urbaine de Tombouctou. L’objectif final c’est de faire en sorte que les personnes en situation de handicap et d’autres personnes vulnérables soient prises en compte dans l’élaboration des plans de développement locaux. Ainsi, les PDSEC et les chartes de territoire prendront en compte les spécificités des personnes handicapées et les services techniques de l’Etat dans le cadre de l’accomplissement de leurs missions feront de même.

Les activités des projets membres du comité de pilotage s’adresseront principalement aux Collectivités Territoriales (CT), aux Services Techniques (ST), à la société civile et aux Organisations de Personnes Handicapées (OPH). Ceci est d’autant plus pertinent que les élus et le personnel des collectivités territoriales ignorent pour la plupart la situation des Personnes Handicapées, leurs priorités et leurs droits ; les Services Techniques en charge de la prestation des services de bases ne sont pas sensibilisés à la problématique du handicap, et n’ont pas l’expertise nécessaire pour rendre les services inclusifs ; les Organisations des Personnes Handicapées ont, elles aussi, une connaissance limitée des textes relatifs aux droits des PH et des outils à leur disposition pour les promouvoir. Rappelons que la zone d’intervention de Handicap International dans la région de Tombouctou est constituée par les communes du cercle de Gourma-Rharous et la commune urbaine de Tombouctou.

Madame Stéphanie Baux a expliqué dans son discours que trois axes d’intervention sont priorisés par ces projets. Ces axes sont :l’accessibilité universelle aux services de base à travers les services de santé, d’éducation, d’Etat civil et de l’eau/ assainissement (un certain nombre de projet porté par HI vont dans ce sens : SR, AUSB, DECISIPH mais aussi les projets qui font l’objet de ce COPIL) ; l’animation inclusive du territoire qui apporte un appui technique aux CT à travers la réalisation de diagnostics territoriaux, l’appui à l’élaboration de PDSEC et de chartres, la formation des élus et des ST, et la promotion d’échanges d’expérience ; le renforcement des capacités des Organisations des Personnes Handicapées (OPH) et des Personnes en Situation de Handicap (PSH) à travers l’appui à la vie associative et aux plaidoyers pour les OPH et la promotion de l’insertion professionnelle pour les PSH. Elle a invité les membres du comité à  « prendre des initiatives pour que le DLI ne soit plus un concept mais une application concrète au quotidien, pour que l’inclusion de la diversité, notamment la prise en compte des besoins des PSH (Personnes en Situation de Handicap), devienne un réflexe dans l’ensemble de vos politiques et de vos programmes de développement ; pour que tous les nouveaux bâtiments publics construits prennent en compte l’accessibilité des PSH ; pour que toutes actions entreprises, dans les domaines de l’emploi, de la santé, de l’éducation, de l’eau et de l’assainissement, soient inclusives » ; a-t-elle martelé avec un ton bien appuyé.
 
L’atteinte des OMD par le Mali passe par le Développement Inclusif !

L’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l’horizon 2015 passera par l’intégration des personnes handicapées et d’autres personnes vulnérables dans le processus de développement. C’est-à-dire par la prise en compte de leurs spécificités dans les actions développement. C’est en tout cas la conviction de la coordinatrice du Volet Développement Inclusif et Promotion des Droits de Handicap International/Mali, Mme Stéphanie Baux. Elle l’a fait savoir lors de la cérémonie officielle d’ouverture de la première réunion du comité de pilotage qui coordonne les activités de tous les projets intervenant dans le développement inclusif dans la région de Tombouctou en ces termes : « Le plus important est d’impliquer les personnes handicapées et les groupes vulnérables dans la planification de projets et de les consulter quant aux particularités devant être incluses pour qu’elles puissent bénéficier des activités prévues. Ce n’est qu’en cela que le Mali parviendra à atteindre les OMD et arrivera à lutter efficacement contre la pauvreté sans oublier une partie de sa population, parmi la plus vulnérable ».

A noter que la cérémonie d’ouverture officielle de la réunion du comité de pilotage a vu la présence des autorités régionales et locales des zones d’intervention des trois projets, en occurrence, le cercle de Gourma-Rharous et la commune urbaine de Tombouctou.

Le coordinateur du site de Tombouctou de Handicap International, monsieur Birama Coulibaly nous a informé qu’à la fin des travaux, deux recommandations ont été formulées. Il s’agit de la création d’un dispositif régional de suivi évaluation des actions du développement local inclusif et la prise d’une décision de l’assemblée de régionale de Tombouctou portant création officielle du comité de pilotage.
M’pè.

PARTAGER