Le ministre Barthélémy Togo lors de la remise du Rapport sur l’éducation pour tous : “La bataille pour atteindre la scolarisation universelle est loin d’aboutir”

2

 

Le ministre de l'Education recevant le rapport des mains du Représentant de l'Unesco. Il le remettra au président de l'Assemblée nationale
Le ministre de l’Education recevant le rapport des mains du Représentant de l’Unesco. Il le remettra au président de l’Assemblée nationale

La rencontre, présidée par le président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Issiaka Sidibé, a enregistré la présence du ministre de l’Education nationale, Kénékouo dit Barthélémy Togo, du Représentant de l’UNESCO au Mali, Lazare Eloundou et d’autres personnalités. L’occasion a permis au ministre de l’Education d’expliquer que la bataille pour atteindre la scolarisation universelle est encore très loin d’être gagnée.

Après avoir reçu le rapport des mains du ministre de l’Education, qui l’avait, lui-aussi reçu des mains du patron de l’UNESCO au Mali, le président de l’Assemblée Nationale a déclaré que même si les objectifs de l’Education pour tous en 2015 sont loin d’être atteints, des efforts ne cessent d’être faits. Il a souligné que le premier objectif de l’EPT, l’éducation et la protection de la petite enfance sont en net progrès. “ A l’échelle mondiale, les taux de mortalité infantile ont baissé de 50%, la nutrition infantile a été considérablement améliorée, mais, surtout, près de deux tiers des enfants en âge préscolaire sont scolarisés dans l’enseignement préprimaire “, a-t-il déclaré.

Pour l’honorable Issiaka Sidibé, l’enseignement primaire universel, le deuxième objectif, s’est fortement amélioré, lui qui connaît en 2015 un taux net de scolarisation de l’ordre de 93 % à l’échelle mondiale (contre 84 % en 1999) et un accroissement d’au moins 20 points en Afrique subsaharienne entre 1999 et 2012. Cette embellie générale, dira-t-il, ne doit cependant pas nous faire oublier le cas spécifique du Mali, qui enregistre plutôt un blocage, voire un recul vers l’atteinte de cet objectif dû notamment à la crise politico-sécuritaire qu’a connue le Mali.

Et le président de l’Assemblée nationale d’ajouter que l’objectif portant sur la réduction de l’analphabétisme de moitié n’a pas été atteint. Son taux a seulement légèrement reculé de 18 % en 2000 à 14 % en 2015. Sans compter que les autres objectifs portant sur l’égalité des sexes par rapport à l’accès à l’école, la qualité de l’éducation sont plus ou moins en recul.

Pour sa part, le Représentant de l’UNESCO au Mali, Lazare Eloundou, a reconnu les efforts qui sont faits par les Etats, dont le Mali en insistant toutefois qu’il faut aller à une meilleure orientation des budgets de l’éducation. Il a aussi déploré que d’énormes progrès restent à faire pour améliorer les données de l’éducation.

Il n’a pas manqué de déplorer la pénurie des enseignants formés, notamment en Afrique subsaharienne, le fardeau de l’éducation pour les populations pauvres avec la problématique des écoles communautaires, les conflits comme blocage à l’accès à l’école, etc. “Le budget de l’éducation doit être une priorité “, a-t-il martelé.

Après avoir brossé le tableau statistique des données de son département au Mali, le ministre de l’Education nationale, Kénékouo dit Barthélémy Togo, s’est appesanti sur la problématique des enseignants qualifiés. “Le nombre d’enseignants qualifiés, c’est-à-dire sortis d’une école de formation de maîtres est moins important au premier cycle de l’enseignement fondamental, comparé à celui du second cycle”.

Et d’ajouter que si le recours à la stratégie alternative de recrutement du personnel enseignant (SARPE) et le recrutement d’enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales ont contribué à améliorer le taux d’encadrement, des efforts restent à faire pour l’amélioration de la qualité des enseignements/apprentissages.

Signalons qu’un enseignant chevronné, Mamadou Coulibaly a témoigné sur les difficultés qu’éprouvent les enseignants. Ils doivent, a-t-il indiqué, aimer ce noble métier comme un sacerdoce et surtout résister aux tentatives de corruption et de fraudes.                               

   Bruno  D SEGBEDJI

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. nous aurons un jour à répondre de ce que nous avons fait de l’éducation./. 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥

Comments are closed.