L’Adema et la présidentielle de 2012 : La riposte des pro-Modibo s’organise

0

Malgré la désignation de Dioncounda Traoré comme candidat officiel, l’Adéma/PASJ n’est pas encore sortie de l’auberge. Les partisans de la candidature de Modibo Sidibé entendent s’appuyer sur la base, pour faire appliquer leurs consignes.

La Commune III,  Ségou, Sikasso et Bafoulabé sont désormais considérées comme des zones de contestation du choix du comité exécutif de l’Adéma/PASJ qui a définitivement tranché  depuis le samedi dernier, en faveur du  président Dioncounda Traoré comme candidat officiel du parti à la prochaine présidentielle. Après avoir accusé le coup, les partisans  de l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé qui ne s’avouent pas encore vaincus, ont réagi en donnant  des consignes contraires à la position officielle du comité exécutif. Leur contre-attaque s’appuie sur  les structures locales précitées.

En effet, le choix de Dioncounda Traoré est loin de faire l’unanimité au sein de certaines structures locales de Bamako, Ségou et Sikasso.

Ainsi, en Commune III, on ne s’en cache plus. D’ailleurs, depuis plusieurs semaines, on assiste à un bras de fer entre les jeunes divisés entre le camp  de Dioncounda Traoré et celui de Modibo Sidibé. Un conflit qui est déjà à l’origine de la suspension le 7 juillet 2011 du secrétaire général, Dr. Faran Sinaba et de son secrétaire adjoint aux finances, Mody Sidibé par Lassana Diakité et ses partisans à l’issue d’une  réunion extraordinaire au cours de laquelle,   leur soutien  à Modibo Sidibé déclaré persona non grata par le comité exécutif du parti de l’abeille, a été dénoncé. N’empêche que malgré la suspension dont ils font l’objet, ils continuent à se réunir et à soutenir l’ex-PM à qui, affirment-ils, depuis le 24 mars 2011 à l’unanimité, les membres de la section des jeunes de la Commune III, ont  décidé d’apporter leur soutien total.  Une correspondance a même été adressée selon leurs dires, au secrétaire général de la section Adama Sangaré, pour l’informer de cette décision prise par elle, lors de sa réunion extraordinaire du 23 mars 2011 au siège du parti à N’Tomikorobougou. En Commune III, la division de l’Adéma est un secret de polichinelle et chaque weekend, des réunions se tiennent avec l’ancien PM, au vu et au su de tous.

Il en est de même à Ségou. Quelques heures après l’officialisation du choix porté sur Dioncounda, de nombreux membres de la section suivant les consignes de  Zoumana Mory Coulibaly, fervent partisan de l’ancien PM, ont tenu une réunion pour expliquer que les donnés demeurent les mêmes. Et le trésorier général de la section de la Cité des Balanzans reçoit depuis samedi dernier, des délégués des structures de l’intérieur de la 4e région.

A Sikasso, on soutient que le ministre Tiémoko Sangaré, plusieurs fois accusé de tentative de retournement des structures locales du parti, est toujours à l’œuvre en faveur de l’ancien collaborateur des présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré. Il s’était déjà illustré en   extorquant les signatures des secrétaires généraux sans passer par les conférences nationales pour réclamer un report des primaires afin de se donner le temps et les moyens d’imposer le champion de leur frère régional.

A ces rencontres, on rappelle que Dioncounda en déclarant que  la 3e région  ne représentait que 21% de l’électorat avait choqué plus d’un. Dans sa ville natale de Bafoulabé, Modibo Sidibé s’attèle à s’attirer les faveurs de l’Adéma/PASJ. Comme nous l’avions souligné dans notre édition d’hier, l’Adéma n’est pas loin de revivre le scénario de la présidentielle de 2002 avec le candidat officiel lâché au profit de l’actuel président de la République.
Abdoul Karim Maïga

PARTAGER