Processus de révision des listes électorales et les réformes constitutionnelles : 50 associations du Réseau APEM appellent à des élections équitables

0

Chaque organisation impliquée dans le processus électoral doit jouer pleinement son rôle pour que les citoyens se sentent concernés par la chose électorale et que le taux de participation soit élevée à hauteur de souhait. Ce qui permettra d’avoir des élections équitables. Ainsi se résument les préoccupations des responsables du réseau d’ONG d’appui au processus électoral au Mali (APEM),  qui étaient en conférence publique hier, jeudi 24 novembre 2011 à la Pyramide du Souvenir. Rencontre organisée en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert.

La cérémonie d’ouverture de cette conférence publique s’est déroulée en présence  du président du réseau APEM, Ibrahima Sangho, de la  Représentante Résidente de la Fondation Friedrich Ebert, Mme Annette Lohmann et son collaborateur, le directeur de cette fondation, Dr Salabary Doumbia.

Pour le président du réseau APEM, qui regroupe 50 associations et organisation non gouvernementales (parmi les plus représentatives), après 20 ans de vie démocratique marquée par l’organisation de quatre élections générales (1992, 1997, 2002 et 2007) et plusieurs élections communales et partielles, avec des fortunes diverses, de la contestation à l’acceptation des résultats, le Mali est aujourd’hui à un tournant décisif de son parcours démocratique et institutionnel. Au regard de ce parcours, a poursuivi Ibrahima Sangho, les plus hautes autorités du Mali ont mis en place un comité d’orientation du cadre politique et institutionnel par le décret n°072/PRM du 07 février 2008. "Ce comité a eu la charge de mener une large consultation auprès de l’ensemble des acteurs de la vie publique et politique (partis politiques, organisations de la société civile, institutions, personnes ressources) devant aboutir à la relecture des textes fondamentaux (Constitution, charte des partis politiques, code électoral et statut de l’opposition). Le Réseau APEM s’est réjoui du fait que ce comité a été érigé en ministère de la Réforme de l’Etat le 6 avril 2011… afin d’inscrire les futures initiatives et actions dans le cadre d’une véritable légitimité des élections ", a-t-il expliqué.

Pour le président du réseau APEM, il faut, à travers de telles conférences et échanges, favoriser la participation massive et responsable des populations au processus de mise à jour du fichier électoral et de mise en œuvre du référendum constitutionnel.

"Nous entendons également accroître et renforcer la confiance de l’ensemble des acteurs de la classe politique à la crédibilité des différents processus liés à la révision des listes électorales et au référendum… C’est ensemble, main dans la main, que nous parviendrons à des élections libres, transparentes, équitables et crédibles en vue d’un Mali démocratique, uni et fort en 2012 ".

Dans son intervention, la patronne de la Fondation Friedrich Ebert au Mali a souligné que c’est avec un vif intérêt que sa structure apprécie l’organisation de cette rencontre d’échanges et de réflexion sur le processus électoral et le projet de révision constitutionnelle au Mali.

"Le Mali s’apprête dans quelques mois à vivre un moment très important de l’exercice de la démocratie qui sera marqué par les prochaines élections générales, avec cette fois-ci les opérations couplées du premier tour de la présidentielle et du référendum constitutionnel. C’est encore une fois l’occasion pour le peuple malien de tester sa capacité à confirmer ses expériences dans l’organisation et la tenue d’élections démocratiques, transparentes et crédibles ", a déclaré Mme Lohmann.

Elle a expliqué que le réseau APEM, dans son élan d’anticipation sur les événements, s’engage dans un débat utile au processus électoral. "La question des listes électorales et de la mise en œuvre du référendum constitutionnel sont des sujets éminemment importants. C’est pourquoi nous n’avons pas hésité à soutenir cette initiative. Cette conférence s’inscrit en droite ligne de la volonté de la Fondation Friedrich Ebert d’appuyer la capacité professionnelle du réseau APEM pour le renforcement du processus de démocratisation au Mali ", a indiqué Mme Annette Lohmann.

La Représentante Résidente de la Fondation partenaire a souligné que la mission d’information, de sensibilisation et d’éducation du citoyen ainsi que son implication dans la réussite du processus électoral, les partis politiques et les organisations de la société civile doivent jouer pleinement leur  rôle pour que tous les citoyens se sentent concernés par la chose électorale et que le taux de participation soit élevé à hauteur de souhait. "Cela est aussi important pour la légitimité des institutions démocratiques", a relevé Mme Lohmann. La Fondation Friedrich Ebert continuera, pour sa part, a-t-elle assuré, à renforcer la capacité civique des citoyens afin que ceux-ci " participent efficacement au succès des élections transparentes, justes et crédibles, gage de la stabilité politique et d’une démocratie apaisée ".

Signalons que plusieurs experts sont intervenus au présidium de cette conférence pour des communications de haute facture suivies de débats sur la problématique de la révision des listes électorales, les innovations proposées au texte constitutionnel, etc. Les représentants de plusieurs partis politiques ont pris part à cette rencontre.

Bruno D SEGBEDJI

 

 

PARTAGER