Structures étatiques de Santé au Mali : Ces médecins payés pour rien

13

Ils sont nombreux, ces médecins et autres agents de Santé formés aux frais de l’Etat et qui désertent les hôpitaux publics au profit d’établissements privés ?

medecinPourtant, tous, ils sont grassement payés par l’Etat afin d’apporter des soins de qualité à tous les malades.

S’il y a un secteur d’activités des plus sensibles dans un pays, c’est bien celui de la Santé.

C’est pourquoi, dans tous les Etats modernes, des efforts constants sont déployés pour mettre les médecins et autres agents de la Santé dans des conditions acceptables de travail.

Et, au Mali, personne ne peut nier les efforts fort remarquables que déploient nos plus hautes autorités, en faveur de la Santé Publique.

L’inauguration du service de l’accueil des urgences du CHU Gabriel Touré, la construction de l’hôpital régional de Sikasso, et de nombreuses autres structures (CESCOM et autres) à travers le pays en sont des preuves.

Cependant, combien de fois, par des bistouris maladroits, inexpérimentés et incompétents, des procédés anachroniques, nombre de patients ont rejoint leur dernière demeure ?

Combien, sont-ils, nos concitoyens “assassinés” par l’incompétence, l’irresponsabilité, la hâte de terminer un travail, souvent mal commencé, dans nombre de nos structures de Santé ?

Combien sont-ils, ces parents de patients morts (ou plutôt tués) dans nos différentes structures de Santé et qui se sont à jamais résignés, alors que, les leurs leur ont été arrachés à leur affection à cause de la négligence d’hommes et de femmes comme eux ?

En effet, les négligences dans l’exercice de la fonction médicale au Mali sont légion. Au point que, plusieurs patients ou leurs proches (nantis généralement) rechignent à aller dans nos structures sanitaires publiques.

Ils choisissent les cliniques privées. Très chères, mais tout de même, rassurantes.

Alors même que, nos médecins et autres agents de santé sont gracieusement et colossalement payés par l’Etat pour, non seulement accomplir la mission qui est la leur (apporter les meilleurs soins possibles aux patients), mais aussi, transmettre leurs expériences et savoirs aux internes [NDLR : étudiant en médecine]. Hélas ! La plupart des médecins maliens (surtout à Bamako) généralistes ou spécialistes n’exercent, depuis déjà des années, que dans leurs propres structures sanitaires (privées) pour y faire fortune. A noter qu’ici, les consultations sont dans les fourchettes de 6.000 F à 20.000 F cfa en moyenne.

Nul n’est au-dessus de la loi

Lorsque le patient prend rendez-vous avec ce docteur ou Professeur pour tel ou tel problème de santé, le porteur de cette blouse sacrée, se précipite pour lui dire « Viens me voir à la clinique. »

Et, sans aucune gêne, nombre de ces adeptes du “Serment d’Hippocrate”, se précipitent dans leurs véhicules (mal acquis généralement) avec sous le bras, des cartons de produits pharmaceutiques, souvent chipés à la pharmacie de “l’hôpital ou du centre de santé ; direction : sa clinique où l’attendent les riches patients.

Dans cette situation, lorsque l’autre patient, abandonné sur le grabat de l’hôpital public”, venait à succomber pour défaut de soins diligents et qu’une action publique est lancée contre le criminel de médecin, les “blouses” montent au créneau pour clamer : « les praticiens subissent des tracasseries, voire des contraintes de corps accompagnées de campagnes médiatiques. Dès lors, il devient difficile de travailler car, il n’y a pas de sérénité »

De quelle sérénité peut-on parler, lorsqu’il y a fuite de responsabilité ?

Au Mali, il n’y a de médecins et d’agents de Santé que pour les riches.

 

B. Sankaré

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. Dans ce pays les medecins sont laisses pour compte;sans avenir,sans considerations ni par letat ni par la population;conditions de travail precaires ;pas de structures adaptees ni materiel adaquat de travail.LES EPH etablissements publics hospitaliers ne prevoient rien comme mesure d”accompagnement ou faveurs en matiere de santé pour le pe’rsonnel de sante en cas de maladie.IL faut passer dans les hopitaux ;faire un enquete serieuse sans complaisance pour se rendre compte que les merveilles miroitées par la televisions ou les fausses accusations sont loin de la réalité;merci.

  2. Ce monsieur exerce un métier qu’il ne connaît pas et c’est grave. C’est ça aussi le problème au Mali. Des n’importe qui qui se disent journalistes. Et qui raconte du n’importe quoi. Allez-y apprendre d’abord . À votre retour vous aurez mieux fait. À bon attendeur salut!
    Je suis désolé !

  3. Monsieur le journaliste,je crois que vous devriez être responsable quand vous écriviez ,”gracieusement payé “? moi je confirme c que H a dit ayant servi pendant 10 ans dont plus de 5 ans au Nord de notre pays,je suis médecin et je n’ai pas 200.000Frs de salaire ,cependant,je sais que les inspecteurs des Douanes,des impôts ,ont plusieurs millions de primes à la fin de l’année; cela étant dit rien ne justifie l’irresponsabilité de nos collègues qui s’adonnent à cette pratique,mais sachez aussi qu’ils sont nombreux ,les agents de santé qui n’aspirent qu’à vivre décemment de leurs profession tout en restant fidèle au préceptes de la Médecine ,mais l’État doit corriger cette injustice,les ressources de l’État doit profiter à tous ses fils.Peut être nous aurions du être inspecteurs ….en tout cas nous sommes nombreux à nous dire que nos enfants feront Médecine contre notre gré.

  4. Il ya au Mali des soient disant journalistes qui ne font que raconter des bobards pour se faire voir, toi petit va plutôt à l’école pour apprendre le journalisme.

  5. Hombre, tu parles de la sante et dans le reste des corps de la fonction pagaille, a l ortm, cmdt……. alimentarisation est devenue un cancer au maliba. en 2007, combien partis politiques alimentarisant ont appuye le GENERAL ESCALADEUR DE COLINE? mEM DIONCOUNDA, KESKIL A DIT EN 2007 PAR RAPPORT A LA CANDIDATURE DE AHMADOU?

  6. Je suis parfaitement d’accord avec Djédjékoye. Nos autorités n’ont fait que la poudre aux yeux pendant tout le temps. Les insfrastructures hospiliaires qui ont été construites resemblent bien aux marchés qu’ils ont mis en place tant elles sont dépourvues d’équipements médicaux. Le journalistes a parlé des services d’Urgences CHU du Gariel Touré à titre d’exemple, mais il n’ya pas visité car ce servives n’a absolument rien comme équipement a part des lits. A quoi sert un medecin s’il ne dispose pas de materiel de travail. De nos jours,la technologie fait des miracles dans la medecine et les équipements sont accessibles à tous les niveaux sauf que nos dirigeants préfèrent aller se soigner en Europe et ailleurs que de rester au Mali. Voila pourquoi, il y a tant de mal dans ce secteur.

  7. je pense que la question n’est pas combien il gagne – mais plutot jusqu’a combien ils sont pres a se sacrifies pour le peuple malien qui a finance leur formation. je supporte le journaliste, et je crois qu’il faut avoir perdu quelqu’un pour comprendre l’impuissance que l’on eprouve face a cette situation et mesuser la gravite et l’urgence du probleme

  8. Bonjour, Monsieur le journaliste, si vous voulez écrire sur un problème renseigner vous bien. Quand vous dites, nos médecins et autres agents de santé sont gracieusement et colossalement payés par l’Etat; saviez-vous qu’un médecin après 10 ans dans la fonction publique n’a pas 200 000 FCFA? Donc exprimez-vous sur des sujets que vous maitrisez? Si vous avez des exemples précis à fournir aux lecteurs faites le savoir c’est votre rôle en tant que journaliste. Feu Oumar Bongo l’a dit qu’au Mali qu’il n’y a pas de salaire mais des perdiems qu’on donne chaque mois aux gens. C’est encore pire pour les agents de la santé. Cela n’est pas une excuse pour les cas concrets que les différents lecteurs ont évoqué

  9. Ouvrez le secteur aux investisseurs etrangers avec interdiction d’embaucher des medecins Maliens! On verra.

  10. Vraiment Djedjekoye vous avez dit vrais.
    Je ne sais pas pourquoi le service publique n’existe pas en dans nos hôpitaux ? Quand on va dans ces grand centre publiques, on trouve tous les moyens pour sortir du public au privé (les cliniques).
    Toi qui amène ton malade, tu te gène de refuser le départ à la clinique Ainsi sans moyen, on est obliger de courir ici et la pour s’endetter. Les médecins doivent faire la part des choses. Ceux qui partent dans les hôpitaux publics savent bien qu’il y a des cliniques mais pourquoi les guider ailleurs?

  11. Eh oui, dommage encore il y a deux jours une femme meurt et aussi son bébé par suite de césarienne; il faut dire que désormais dans les CSREF tout le monde opère et tout le monde est spécialiste de tout! Tout le monde au Mali court derrière l’argent! Celui qui ne le fait pas est “DANGADEN” “NIENGO” “HASSIDI” et rejeté de tous! Eh oui dommage pour le Mali car nos dirigeants nous ont appris qu’aimer la patrie c’est voler et s’enrichir “TROUVER AUTRE CHOSE QUE LA PAIE” dans le job que l’on fait!Comment un fonctionnaire peut déclarer des milliards pour le financement de campagne politique? Le drame est que tout le monde sait l’origine mais comme chacun compte s’y faire aussi pour ne pas être “DANGADEN” alors on attend son tour ou bien on force son destin. A quand l’arrêt de cette spirale frein à notre épanouissent, développement et sortie de la PAUVRETÉ.

Comments are closed.