Célébration du 8 mars 2013 : Sous le signe de la méditation et des prières

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

A l’instar de la communauté internationale, le Mali a célébré le 8 mars Journée internationale de la femme. Le thème international de cette année : «L’élimination et la prévention de toutes les formes de violences contre les femmes et les filles». Compte tenu de la situation actuelle, le Mali a retenu le thème : «Les femmes du Mali soutiennent les forces de défense et de sécurité».

Contrairement aux autres années où cette Journée avait été marquée par des festivités à travers le pays, les femmes maliennes, en raison de la situation du pays, ont décidé de placer cette Journée sous le signe de la méditation et des prières. Le 8 mars, qui est une journée de manifestation des femmes à travers le monde, leur donne l’occasion de revendiquer l’égalité et faire un bilan sur la situation des femmes dans la société. Partout dans le monde, les organisations féminines organisent des manifestations pour faire aboutir leurs revendications, améliorer leurs conditions de vie et de travail et célébrer leurs victoires et avancées. Aussi,  pour l’occasion, le ministre de la Famille, de la Promotion de la femme et de l’enfant, Mme Alwata Ichata Sahi, a adressé un message à toutes les femmes maliennes. Selon elle, l’état d’urgence décrété par le Président de la République par intérim impose aux femmes non seulement de la retenue, mais aussi la communion d’esprit. C’est pourquoi le département, en collaboration avec le Comité national d’organisation, a décidé de célébrer l’édition 2013 dans la méditation et les prières. «Les femmes du Mali saisiront cette occasion exceptionnelle pour exprimer leur solidarité envers les forces armées et de sécurité qui se battent à côté des forces armées des pays amis du Mali, dont la France, pour reconquérir nos régions occupées. D’où d’ailleurs le choix du thème», a-t-elle expliqué. Aussi, elle a exhorté les autorités, dont l’engagement et la protection de la défense des droits des femmes et des enfants ont toujours été constants, à poursuivre ces efforts de lutte contre l’injustice et l’impunité.

Rappelons que les femmes africaines ont toujours été présentes dans les mouvements de libération de la femme et de l’égalité des sexes. Elles ont activement participé à toutes les conférences internationales et régionales les concernant. Elles ont beaucoup œuvré pour que les Etats africains signent et ratifient des accords et conventions internationaux dans le domaine des droits humains en général et de la promotion et la protection des femmes en particulier. Et les femmes maliennes ne sont jamais restées en marge de ces grandes rencontres. La preuve : une forte délégation malienne dirigée par le ministre de la Famille, de la Promotion de la femme et de l’enfant se trouve à New York pour prendre part à la 57è session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies dont le thème est : «L’élimination et la prévention de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles». Malgré les multiples engagements pris par les Chefs d’Etat en faveur de l’égalité du genre, les conditions de vie des femmes africaines restent encore précaires car elles sont encore confrontées à des défis tels que l »éducation, la féminisation de la pauvreté, le VIH-SIDA, les violences basées sur le genre, les conséquences néfastes des conflits armés, le manque d’accès des femmes aux TIC, les changements climatiques, la mortalité maternelle, le manque de prise en compte, dans le PIB (Produit intérieur brut) du travail des femmes (rurales et ménagères).

Salimata Fofana

SOURCE:  du   11 mar 2013.