Présentation de la tasse Montgolfière : Une organisation pas comme les autres

0

La société Nestlé a organisé à Bamako, les 8 et 9 octobre 2011, deux activités sur le terrain Shaba Sangaré de la commune IV. C’était pour présenter la Montgolfière, qui est une tassa magique. C’est le but de ses deux activités  destinées à lutter contre la concurrence déloyale et présenter les nouveaux produits de Nescafé. Bon nombre de Bamakois se posent la question de savoir si ces activités ont été profitables aux organisateurs de spectacles au Mali ? Tenez bien pour les deux soirées, les organisateurs ont fait venir de la Côté d’Ivoire les matériels de sonorisation et les lumières.

En plus de ceux-ci les techniciens, les animateurs, les hôtesses, le personnel de l’organisation des deux soirées sont venus de la Côté d’Ivoire et du Sénégal, les banderoles, les T short  sont tous venus de ces deux pays. L’orchestre qui accompagne les artistes sur la scène est venu de la Côte d’Ivoire. Comme pour dire consommer et faite la fête.  Tout cela s’est passé comme si de rien n’était. Nos artistes qui refusent de faire des prestations à vil prix ont accepté les piètres cachets de cette marque. Et pourtant en d’autres  circonstances  ils ne vont jamais accepter ce qui leur a été donné. Mieux, actuellement au Mali Dieu merci nous avons des bons matériels de sonorisation, de lumières. Media plus com, Boncana, DFA, Blonba pour ne citer que ceux-là.

 Les organisateurs ignorent que ces structures existent au Mali, ou simplement ils veulent faire la promotion des matériels ivoiriens au Mali. Parce que les gens disaient que ce sont les mêmes matériels qui ont servi lors de l’investiture du président ivoirien. Si cela s’explique le fait d’amener les hôtesses d’un pays vers un autre n’est pas une bonne chose en soit, surtout dans un pays comme le Mali. Nous avons notre hospitalité. On dirait que les autorités ont eu échos de tout cela, aucune d’entre elles n’était de cette fête, à part celle de la commune IV qui abrite les deux soirées. En tout cas ce premier risque d’être réédité, surtout que ceux  qui l’ont fait pensent  que ce n’est pas grave.

                                               Kassim TRAORE

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER