L’Histoire de la conversion à l’Islam d’un prêcheur chrétien, Docteur en Théologie, Bamako le 13 janvier 2017 : Au nom de Dieu, le Clément, les Très Miséricordieux auquel nous implorons le pardon et la bonne guidance.

5

Nous proposons, ci-dessous, un écrit relatif à l’histoire de la conversion à l’Islam d’un prêcheur chrétien, Docteur en Théologieoriginaire d’un pays de l’Afrique Centrale, qui relatait, sur une radio locale en 2014 ici à Bamako, son itinéraire en religions.
Le texte est donc une tentative de reproduction fidèle, autant que cela aura été possible pour l’auteur,des déclarations du prêtre sur son expérience religieuse personnelle.
Par une recherche personnelle, nous avons cherché à identifier les références exactes des révélations auxquelles le prêtre a fait allusion et qui l’ont aidé de manière concrète à s’interroger sur les embûches et les faux qui sont engloutis dans la voie qu’il suivait,  puis à retrouver, au cours de voyages auprèsd’érudits musulmans qu’il espérait convertir au christianisme, le droit chemin qui ne contient aucune tortuosité.
L’analyse du parcours religieux de ce Frère en islam nous montre fondamentalement la cohérence des prophéties, Dieu ne jouant pas au dé, et nous convainc encore une fois sur les difficultéscréées par les détenteurs du Livre qui ont volontairement cherché à cacher des véritésalors même qu’ilssont en réalité les détenteurs de ces vérités.
D’abord, à la question de savoir comment le Prêtre s’est-il convaincu du bon choix de sa conversion à l’Islam, celui-ci s’est référé au Verset 14-15  dans le nouveau Testament qui fut assez révélateur et il a rappelé,dans « Epitre de Saint Jude », l’interprétation faite des versets14 et 15 dans le Nouveau Testament.
En rappel, il faut noter que le verset 14 annonce : « C’est d’eux aussi qu’Enoch, le septième patriarche depuis Adam, a prophétisé en ces termes : Voici que le Seigneur est venu avec la multitude innombrable de ses saints (myriade de saints) »,
Et le verset 15 qui poursuit : « pour exécuter son jugement sur tous, et convaincre tous les impies de toutes les œuvres d’impiété qu’ils ont commises et de toutes les paroles criminelles qu’eux pécheurs impies, ont proférées contre lui. »
Le Prêtre, Docteur en théologie, après avoir rappelé que ces versetsont été interprétéspour « désigner le retour de Jésus (AS) avec des Anges pour juger entre les hommes et punir les mécréants », a toujours été sceptique quant à l’origine exacte de cette interprétation, car le lieu indiqué, le mont Paran dont il est question,(comme le vérifierons plus loin dans le texte) est plutôt situé en Arabie Saoudite ? »
Pour le Prêtre, cette interprétation n’a jamais pu trouver auprès de lui aucune justification crédibleni auprès de ceux qui l’ont annoncé.
Continuant à s’interroger, le Prêtre fait remarquer queMoise (as) avait pourtant dit la même chose,que ce qui est indiqué dans le Deutéronome,au chapitre 33, versets 1 et 2 reproduits ci-après :
1.    Voici la bénédiction par laquelle Moïse, homme de Dieu, bénit les enfants d’Israël, avant sa mort.
2Il dit: L’Eternel est venu du Sinaï, Il s’est levé sur eux de Séir, Il a resplendi de la montagne de Paran, Et il est sorti du milieu des saintes myriades: Il leur a de sa droite envoyé le feu de la loi.
Le Prêtre, Docteur en théologie, fait comprendre queMoise, dans ce texte, annonce dans sa prophétie trois révélations très claires reprises comme suit :
•    Première révélation réalisée : tout le monde est d’accord, chrétiens et musulmans  que c’est du Mont Sinaï que Moise a apporté la Thora ; les 10 commandements de Dieu.
•    Deuxième révélation réalisée : Celle-ci demande àêtre explicitée par le fait que le mont Séir désigne une montagne située dans l’actuelle Palestine (située près de l’ancienne AinCemeste) non loin du lieu actuelde Bethléem (lieu de naissance de Jésus). Dès lors, il apparaît également que tout le monde est d’accord que c’est du désert situé en cet endroit que Jésus apportaà son retour, la bonne nouvelle,après une période de jeun de 40 jours,l’Evangile.
•    Troisième révélation : celle-ci également demande à être explicitée car, bien que se  trouvant réalisée, elle reste ignorée dans la traditiondu christianisme. En effet, le Mont de Paran d’où Dieu s’est dressé avec une myriade de saints et a envoyé la lumière de la foi se trouve en Arabie Saoudite.
Donc expliciter la révélation sur le Mont Paran, il convient d’abord de l’identifier. En effet, le mont Paran, d’où le Seigneur est sorti du milieu des saintes myriades et d’où Il leur a de sa droite envoyé le feu de la loi, se trouve cité dans Genèseau chapitre 21 aux versets 20 et 21 où il est écrit :
•    Au verset 20 du chapitre 21 : 21:20 « Dieu fut avec l’enfant, qui grandit, habita dans le désert, et devint tireur d’arc ».
•    Et au verset 21 du chapitre 21 : 21:21 « Il habita dans le désert de Paran, et sa mère lui prit une femme du pays d’Égypte. »
Le verset 8 du même chapitre 21 montre le départ de Agar dans le désert au Mont Paran avec son fils Ismail, ancêtre des arables, du fait de la jalousie manifestée par Sara.
Selon l’interprétation de l’Islam, ce lieu correspond à la vallée de la Mecque où Agar est restée avec Ismail, l’enfant dont la bible retrace clairement une partie de sa vie dans les versets qui suivent :
21:8 « L’enfant grandit, et fut sevré ; et Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré.
21:9 Sara vit rire le fils qu’Agar, l’Égyptienne, avait enfanté à Abraham ;
21:10 et elle dit à Abraham : Chasse cette servante et son fils, car le fils de cette servante n’héritera pas avec mon fils, avec Isaac ».
Dans les versets suivants, du 13èmeau 15ème, les noms des douze enfants d’Ismail sont cités et la confirmation en est faite au verset 16 du même chapitre 25 :
25:13 « Voici les noms des fils d’Ismaël, par leurs noms, selon leurs générations : Nebajoth, premier-né d’Ismaël, Kédar, Adbeel, Mibsam,
25:14 Mischma, Duma, Massa,
25:15 Hadad, Théma, Jethur, Naphisch et Kedma ».

25:16 « Ce sont là les fils d’Ismaël ; ce sont là leurs noms, selon leurs parcs et leurs enclos. Ils furent les douze chefs de leurs peuples ».
Tous ces fils se sont installés en Arabe saoudite et Moise dans sa prophétie a donc vu que Dieu a émis la lumière du Mont Paran et s’est entouré de myriade de saints dans la bible, une histoire de la vérité.
Poursuivant son analyse, le Prêtre s’interroge pour savoir une Myriade de quoi ?
Il fait constater qu’en Hébreux, originellement, l’expression « revod codec » a été traduite en Grecque par l’expression « myriade » puis maintenu comme tel en latin puis en français.
Cependant, rappelle-t-il, l’expression originelle, « revodcodex ou ridivo-codec »en hébreux signifie 10 000 croyants.
En plus, le Mont Paran, indiqué dans le Deutéronomeau verset 33, est situé en Arabe Saoudite oùil y a aussi une montagne appelée Nours« Lumière » et non loin de celle-ci, se trouve une grotte de 3,5m et 1,5m de long et de largeur située à 3 km de la Mecque.
Le Prêtre va découvrir dans sa recherche pour convertir les chefs musulmans, que dans la tradition musulmane, il est notoirement connu que c’est dans cette grotte que le ¨Prophète Mohamed (Saw) a reçu la première révélation par l’Ange Gabriel.
C’est également de là qu’il a été chassé pour aller à Médine, d’où il retournera pour conquérir la Mecque avec 10 000 croyants pour instituer une loi pour le monde entier, blanc ou noir, jeune et vieux, hommes ou femmes.
Par conséquent, le mont Paran d’où est sortie la Lumière ne signifie rien d’autre que la prophétie annonçant l’arrivée du prophète Mohamed (Saw)à la Mecque, apportant au monde entier le Coran.
D’où la réalisation des trois révélations de Moise, confirmant la vérité de l’Islam et achevant de convaincre l’ancien prêcheur chrétien de la justesse de l’Islam.
Le Prêche constatera encore que cette vérité est encore perceptible nettement dans l’ESAIE lorsqu’on suit la réalisation de ses deux prophéties indiquées ci-après.
En effet, Ésaïe annonce au chapitre 21, versets 7 à 9 :
« Car ainsi m’a parlé le Seigneur: Va, place la sentinelle; Qu’elle annonce ce qu’elle verra.
21 :7Elle vit de la cavalerie, des cavaliers deux à deux, Des cavaliers sur des ânes, des cavaliers sur des chameaux; Et elle était attentive, très attentive.
21 : 8 Puis elle s’écria, comme un lion: Seigneur, je me tiens sur la tour toute la journée, Et je suis à mon poste toutes les nuits ;
21.9 :Et voici, il vient de la cavalerie, des cavaliers deux à deux! Elle prit encore la parole, et dit: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, Et toutes les images de ses dieux sont brisées par terre! –
A l’analyse, ces deux révélations ont été également réalisées. En effet :
La révélation portant sur Le cavalier sur l’âne a été réalisée : en effet Jésus est entré à Bethleem sur le dos d’un âne, jour de la fête du Rameau et cela est unanimement reconnu.
La 2ème révélation n’a pas été établie dans la tradition chrétienne carle cavalier sur le chameau n’a pas été vu et on croyait qu’il était encore attendumais cette conception n’a jamais été interprétée.
En réalité, dans la tradition islamique la révélation portant sur le cavalier sur le chameau que les chrétiens attendaient, était réalisée avec l’arrivée à la Mecque de Mahomet (psw) qui est revenu à la Mecque, en provenance de Médine,sur le dos d’un chameau.
En ignorance de l’Islam, les chrétiens continuaient à tordre la réalité. Donc une deuxième preuve pour convaincre l’ancien Prêtre qu’il venait de choisir le droit chemin, sans aucune tortuosité.
Dans la même unicité de la révélation, dans Ésaïe,les deux cavaliers ont crié que Babylone est tombée, nous comprenons que Babylone correspond à l’actuel Irak, et que le Prophète (psw) a écrasé toutes les idoles et a nettoyé la Mecque de toutes ses idoles. D’où encore la confirmation de l’Islam.
Une autre révélation d’Ésaïe, prophète reconnu en Israël a annoncé que Dieu, un jour, s’exprimera aux israéliens et leur parlera dans une langue étrangère.
Ésaïe 28.11Hé bien! c’est par des hommes aux lèvres balbutiantes Et au langage barbare Que l’Eternel parlera à ce peuple.
Une version dira qu’Un prophète s’exprimera au peuple d’Israël en langue étrangère. Cela s’est réalisé car Israël a reçu Oumar (saw)qui y a présenté la lettre du Prophète. D’où cette langue étrangère est bien l’arabe.
Dans Ésaïe : 46.11Ésaïeprophétisait aux enfants d’Israël, qu’un homme viendra de loin, envoyé au monde entier. Cette révélation s’est également réalisée lorsque le Prophète Mohamed (saw) s’est adressé au monde entier, y compris à Israëlqui a reçu Oumar (sa) comme émissaire.
Toujours dans Esaie, 46.9 au 46.11 il est annoncé :
9Souvenez-vous de ce qui s’est passé dès les temps anciens; Car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre, Je suis Dieu, et nul n’est semblable à moi.
10J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, Et longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli; Je dis: Mes arrêts subsisteront, Et j’exécuterai toute ma volonté.
11C’est moi qui appelle de l’orient un oiseau de proie, D’une terre lointaine un homme pour accomplir mes desseins, Je l’ai dit, et je le réaliserai; Je l’ai conçu, et je l’exécuterai.
12Ecoutez-moi, gens endurcis de cœur, Ennemis de la droiture!…
Il ressort de ces prophéties, qu’Ésaïea annoncé le retrait de la parole de Dieu des mains des enfants d’Israël,qui ont rejeté le prophète Jésus,pour la confier à un homme venant de loin. Cette prophétie a été réalisée.
En effet, Ibrahim avait deux fils Ismail et Isaac (Issiaka). Les israéliens, descendants d’Isaac, ayant désobéi à Jésus, Dieu a retiré sa parole de leurs mains pour la confier aux enfants d’Ismail et a complété ainsi sa promesse faite à Ibrahim en choisissant plus précisément le prophète Mohamed (saw) dans la descendance d’Ismail.
Conclusion
L’histoire personnelle de ce prêcheur aujourd’hui devenu musulman est en cohérence avec la mise en garde de Dieu adressée aux enfants d’Israël  lorsqu’ils transforment la vérité pour leurs propres convenances. En effet, dans le coran, Dieu dit à la sourateBakaraaux versets 40, 41 et 42 :
40 : « O enfants d’Israël, rappelez-vous mon bienfait dont je vous ai comblés. Si vous tenez vos engagements vis-à-vis de moi, Je tiendrai les miens. Et c’est moi que vous devez redouter.»
41 : « Et croyez à ce que j’ai fait descendre, en confirmation de ce qui était avec vous ; et ne soyez pas les premiers à les rejeter. Et n’échangez pas Mes révélations contre un vil prix. Et c’est moi que vous devez craindre. »
42 : « Et ne mêlez pas le faux à la vérité. Ne cachez pas sciemment la vérité ».
Dieu guide qui il veut.Grâce à un appel qu’il a lancé à cet ancien Prêtre, Docteur en Théologie, Dieu a provoqué en celui-ci un éveil vers la bonne direction.
De prêcheur, engagé hier auprès de l’Eglise, il est aujourd’hui grand prêcheur de l’Islam. Il est capable d’apporter des explications scientifiques à son itinéraire et qui montrent la cohérence des révélations divines au cours du temps, dès lors qu’on arrive à les dépouiller des erreurs humaines qui ont été volontairement entretenues pour chercher à perpétuer des convenances personnelles au détriment de la vérité divine.
Prions Dieu de nous compter parmi les gens bien guidés et que par ce récit, Il amène d’autres personnes dans la bonne direction.
Dr Lamine KEITA,
BAMAKO, BOULKASSOUMBOUGOU

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Encore une histoire ni tête sans queue.
    C’est pas grave de vouloir raconter des legendes mais faut-il avoir le talent de bien raconter. Si le texte ne fat pas rire, au moins qu’il fasse émouvoir…Mais rien de tout cela. Un charabia plus casse-couille à lire qu’autre chose.

  2. je ne comprend pas l’importance de cet article, juste pour mettre les gens contre les autres. Des chretiens se convertissent en islam et vis -versa il ya des milieux d’année, quel est le probleme ? je respecte ce soi disant Docteur qui en est l’auteur de cette publication mais il lui a manqué d’intelligence intellectuelle.

  3. Allez savoir si ce fameux prêcheur est toujours musulmans. Le spectacle lamentable que présente l’islam d’aujourd’hui pourrait facilement retourner un converti.

    • Bonjour Cher frère Yugubané,

      Si réellement, il croit au Créateur et non aux êtres qu’Il a créés. Il existe une compréhension erronée qui est celle de juger l’islam aux comportements de certains musulmans. Certes, “L’ISLAM EST UNE RELIGION PARFAITE, PAS LES MUSULMANS”.
      On tend toujours vers cette perfection.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here