Le Dopage dans le milieu sportif : Une pratique à bannir

0
Le Dopage dans le milieu sportif : Une pratique à bannir

La Commission Nationale de Lutte contre le Dopage, sous l’égide du ministère des sports, en collaboration avec la Commission Nationale Malienne pour l’UNESCO, a organisé dans la salle de conférence du Palais des Sports, un séminaire de formation et de sensibilisation des dirigeants sportifs et athlètes sur l’importance du contrôle anti-dopage au Mali. C’était en présence du représentant du ministre des sports, M. Amadou Diarra Yalkoye, qui avait à ses cotés la secrétaire générale de la commission nationale malienne pour l’UNESCO, Dr. Coumba Touré, la directrice  du palais des sports et les membres de commission d’organisation de lutte contre le dopage.

L’objectif de ce séminaire est de sensibiliser, le maximum d’acteurs du monde sportif et de leur faire connaitre les conséquences  de la consommation des produits dopants sur la santé et sur la carrière sportive des athlètes afin que le Mali, puisse être en phase avec les autres nations dans le cadre des contrôles réguliers de dopage pendant les compétitions et en dehors des compétitions.

Dans son intervention la secrétaire général malien pour l’UNESCO, Dr Coumba Touré, a signalé que le dopage dans le sport est une menace non seulement pour la santé des sportifs, mais aussi pour la stabilité réelle dans l’acquisition de la performance dans le respect des règles de jeu. Il peut avoir des répercutions négatives autant sur l’échiquier des compétitions que sur le fondement de notre société. Face à ce danger, l’UNESCO, à travers  ses Etats membres a décidé de s’investir dans la lutte contre le phénomène en créant un Fonds pour l’élimination du dopage dans le sport.

« Lancé en 2008, ce fonds a été conçu pour aider les Etats parties à développer et mettre en œuvre des programmes efficaces pour lutter contre le dopage dans le sport, et améliorer ainsi leur niveau de conformité avec les obligations établies par la convention contre le dopage dans le sport. A la sortie de ce séminaire, les dirigeants et sportifs maliens seront bien imprégnés sur les conséquences du dopage et importance du contrôle », a précisé la secrétaire de l’UNESCO au Mali, Dr Coumba Touré.

Le représentant du ministre des sports,  Amadou Diarra Yalkoye, a, pour sa part signalé que le dopage dans le sport est une question de santé publique. Protéger le droit des sports est  à la fois un principe olympique et un devoir pour les pouvoirs publics. C’est dans cette optique que le Mali a adhéré aux différentes organisations régionales et mondiales antidopage à savoir : l’Agence Mondiale Anti-dopage (AMA), l’Organisation Régionale Anti-dopage (ORAD) et la Convention de l’UNESCO sur la lutte contre le dopage dans le sport.

Selon lui, pour combattre le dopage et promouvoir l’esprit sportif, le code mondial exige que chaque organisation antidopage établisse et mette en œuvre des programmes d’éducation et de prévention à l’intention des sports, y compris les jeunes et le personnel d’encadrement sportif. Aujourd’hui, l’AMA est de plus en plus exigeant en contrôle de dopage dans la quête de la performance.

Il a invité les participant à faire plus de lucidité au cour de cette journée et en faire bon usage des connaissances qui leurs seront transmis

Bissidi Simpara

PARTAGER