UNTM-Gouvernement: Vers un accommodement

2

Les négociations entre le Gouvernement et l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) ont repris jeudi pour le grand bonheur du peuple.

En effet, après plusieurs points de désaccord, la partie gouvernementale a tout fait pour trouver un compromis avec la plus puissante centrale des travailleurs du Mali.

Ainsi, selon des sources proches de la commission de négociations un compromis serait en gestation car tous les points de revendication de l’UNTM auraient été acceptés sauf celui relatif à la revendication saillante qui est l’harmonisation des primes et des salaires. Sur ce point, le gouvernement campe sur un problème financier.

L’intégration des enseignants des écoles communautaires dans la Fonction publique des collectivités, suivi d’un recrutement massif dans la Fonction publique de l’Etat serait aussi un acquis. La partie gouvernementale a voulu évoquer un problème financier pour ne pas pouvoir satisfaire cette doléance, mais les enseignants signataires du 15 octobre) ont fait une mise en garde.

Selon eux l’article 39 est déjà un acquis donc pas question de revenir là-dessus. Le gouvernement est entre le marteau et l’enclume. Il faut reconnaitre qu’à côté de cet article, il y a aussi le cas des magistrats qui ont un statut autonome.

En attendant, le peuple malien croise les doigts espérant voir jaillir une fumée blanche pour le bonheur du développement du Mali.

Il faut reconnaître l’engagement des autorités de Transition, qui après un moment de flottement se sont investis à trouver un compromis avec la plus grande centrale des travailleurs du Mali.  Car les conséquences d’une autre grève de cette Centrale seraient fatales pour notre pays économiquement.

A suivre

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Pourtant pour arrêter les injustices de cette Fonction Publique, il faut cette harmonisation des grilles et primes car les catégories de fonctionnaires se trouvant dans ces injustices sont rester lésées pendant plus de sept ans aujourd’hui, comment faire pour que ces fonctionnaires puissent rentrer dans leurs droits?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here