Intégration des ex-combattants dans les rangs des FAMA : Un pas de géant

0
Le Pr Tiémoko Sangaré s’est longuement entretenu avec les officiers en formation
Le Pr Tiémoko Sangaré s’est longuement entretenu avec les officiers en formation

Prévue dans l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger,  l’intégration des ex-combattants dans les rangs de l’armée régalienne commence à devenir effective. Environ 600 combattants et 18 Bénéficiaires de Grade d’Officiers sont retenus et poursuivent des formations de recyclage.

 

Le processus de Désarmement, de Démobilisation et de Réintégration (DDR) des ex-combattants dans les rangs des FAMA, dans le cadre de la reforme du secteur de la sécurité, se concrétise sur le terrain.

En effet, le mercredi 6 février dernier, le Ministre de la Cohésion Sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, Lassine Bouaré, a présidé  les assises de la 2e  session du Conseil National pour la Réforme du Secteur de la Sécurité, à la Primature. Au centre des échanges, la question d’intégration des ex-combattants au sein des forces armées et de sécurité du Mali.

Dans cette optique, des centaines d’ex-combattants suivent une session de formation de recyclage afin de leur permettre de se conformer aux exigences de l’Armée. Dix-huit d’entre eux, titulaires de Grades d’Officier, sont en formation à l’école de la Gendarmerie nationale de Faladié.

 

Un retour définitif

Le Ministre de la Défense et des Anciens combattants a rendu visite à ces Officiers regroupés à Bamako courant cette semaine pour non seulement constater les conditions dans lesquelles se déroule la formation mais aussi leur souhaiter, au nom du Gouvernement, «un retour définitif».

«Je pense que leur retour marque un pas très important dans la marche vers la mise en œuvre totale de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali, issu du processus d’Alger», a indiqué le Ministre Tièmoko Sangaré.

Aussi, à Mopti, le processus de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion (DDR) a bien  démarré. «Récemment, 5000 combattants ont pu être enregistrés. Plus de 800 armes de guerre, 2 fusils de chasse et des armes traditionnelles et 2 grenades ont été récupérés», selon Oumar Dicko, Coordinateur du processus DDR.

Lancées à Gao, le 6 novembre 2018, les opérations  Désarmement, Démobilisation et réinsertion (DDR) des groupes armés dans la VIIe  Région Administrative du Mali n’est toujours pas au point mort. En son temps, environ 1600 combattants affiliés à la CMA, à la Plateforme et aux autres mouvements armés étaient ciblés par le processus malgré quelques divergences entre les parties prenantes.

Pour la MINUSMA, les activités de DDR  constituent un volet capital aussi bien pour la stabilisation immédiate du pays que pour son développement à long terme.

L’objectif de cette démarche de DDR, ajoute-t-on du côté de la MINUSMA, est de contribuer à la sécurité et à la stabilité du pays dans un contexte d’après-guerre, de sorte que puissent commencer la reconstruction nationale et le développement durable et intégral.

Ousmane MORBA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here