Ministère de la défense : Le DFM adjoint dans des affaires de mœurs et de détournement

0

Le DFM adjoint du ministère de la Défense et des Anciens Combattants, le Colonel Seydou Coulibaly est mêlé à des affaires de détournements présumés et de mœurs. Après le DFM, l’adjoint ?

Précédemment Directeur des Finances et du Matériel (DFM) du Service de Transmission des armées, le Colonel Seydou Coulibaly a été muté, il y a environs 3 ans, au ministère de la Défense et des Anciens combattants (Mdac), adjoint au DFM, le Colonel-major Abdoulaye Ibrahima Traoré. Il se susurre qu’il doit cette promotion à l’amitié qui le liait à son DFM.

Il fait l’objet d’accusations dans des affaires de mœurs, qui ne tarderont pas à amener les autorités judiciaires et de la Défense à s’intéresser à l’homme pour lui découvrir un patrimoine qui ferait pâlir de jalousie Ali Baba !

Une de ses conquêtes lui apporta le coup de grâce sur sa page Facebook. Selon des investigations, l’adjoint, soupçonné d’enrichissement illicite, dispose d’importants biens mobiliers et immobiliers. Le Colonel Coulibaly serait propriétaire de plusieurs parcelles bâties entre Bamako et Kati et des champs. Son parc automobile est composé de grosses cylindrées de marque, reparties dans leurs lieux de cachette entre ses différentes maisons. Ces mêmes bâtisses lui serviraient de planque pour ses sous qu’il amène dans un sac de céréales, à bord d’un taxi ou de véhicule banalisé, selon une filature. Une de ses nombreuses villas en chantier à Kati Kôkô Plateau est d’un luxe insolent qui attire la curiosité des passants. Des voyages en galantes compagnies sont effectués dans des pays du Golf et ceux de la sous-région, agrémentés par des cadeaux luxueux (téléphones derniers cris, bijoux haut de gamme, voitures ou ateliers de couture, etc.). La hiérarchie militaire mise au parfum, est encore aux aguets. Des enquêtes en douce sont en cours.

La hiérarchie militaire aux aguets

Au mois de mai dernier, le ministère de la Défense et des Anciens Combattants a polarisé les attentions à cause d’une affaire de “faux contrat” sur fond d’imitation de signature du ministre, le général Ibrahima Dahirou Dembélé. L’opérateur économique, Cheickné Sylla dit “Colonel”, PDG de “Motors Leader Africa Sarl (GMLA Africa)” et fournisseur du MDAC, en a fait les frais au Pôle économique et financier de Bamako. Il a été inculpé et écroué pour “escroquerie, faux et usage de faux”. Un cadre de la Banque commerciale du Sahel (BCS) a été inculpé de “faux” et placé sous contrôle judiciaire dans le même dossier. Plus tard, en juillet dernier, le DFM, le Colonel-major Abdoulaye Ibrahima Traoré a frôlé l’emprisonnement. Tout comme le banquier, il a été néanmoins inculpé de “faux” et placé sous contrôle judiciaire pour cette affaire “de faux” portant sur 785 290 000 millions de F CFA.

Il faut rappeler que Cheickné Sylla dit “Colonel” a été mis en liberté, il ya quelques jours moyennant une caution dérisoire de 5 millions de CFA.

Les accusations ou informations faisant état de généraux ou d’officiers supérieurs milliardaires sont légion dans noter pays. Une poignée de hauts gradés s’est indécemment enrichi, selon des constats.

Le ministère de la Défense et des est un département à scandales avec des surfacturations des prix des matériels et d’armements.

Un dossier à suivre de près.

Abdrahamane Dicko

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here