Nomination des officiers de l’armée dans les Ambassades : Un paradoxe dans un Mali en guerre !

13
armée malienne

S’il y a une politique du gouvernement  qui suscite l’étonnement  au sein de l’opinion nationale, c’est bien les vagues de nominations des officiers de l’armée dans les services de l’administration publique et  dans les Ambassades du Mali à l’étranger.  Il s’agit d’une politique jugée paradoxale par plus d’un Malien, surtout quand on sait que le Mali  est  dans une situation de guerre.

Au moment où le Mali est sur le point de s’écrouler sous le poids de l’insécurité marquée par les attaques jihadistes et terroristes au nord et  au centre du pays, c’est ce moment choisi par le gouvernement pour  affaiblir l’armée par la  nomination des officiers qui constituent la crème de l’armée, dans l’administration publique.

Selon nos informations, c’est une pratique qui date depuis l’avènement de notre démocratie et qui  consiste, pour les dirigeants,  à se «débarrasser»  des officiers jugés «dangereux» en les nommant dans l’administration publique ou dans les Ambassades. Si cette pratique a été utilisée par tous les régimes qui se sont succédés depuis l’avènement de la démocratie au Mali, force est de constater qu’elle contribue, dangereusement, à l’affaiblissement de l’armée. C’est pourquoi, certaines organisations de la societé civile, dont l’association «Jiriba » avait, un moment donné, vivement dénoncé cette politique. Pour les responsables de cette association, la place d’un militaire se trouve dans la caserne et non dans l’administration civile. Hélas, ce message semble tombé dans l’oreille d’un sourd. Dans la mesure où lors du conseil des ministres  de mercredi 6 février, une dizaine d’officiers de l’armée, tous des colonels ou Colonels Major ont été nommés comme ‘’attachés de défense’’ dans les Ambassades du Mali à l’étranger. Il  s’agit des Ambassades du Mali  à Abuja,  en Egypte, au Tchad, en Mauritanie,  au Burkina Faso, Côte- d’Ivoire, à  Bruxelles,  Algérie,  au Sénégal, etc.  Sans compter les séries de nominations d’officiers comme «hauts fonctionnaires» dans  les départements ministériels.

Si certains Maliens s’interrogent  sur la pertinence d’une telle pratique dans un contexte sécuritaire difficile qui nécessite une présence accrue des forces de défense sur le terrain, d’autres font le rapport entre ces nominations et la folle rumeur d’un coup d’état en gestation,  laquelle rumeur a défrayé la chronique ces derniers temps.

Halte à l’affaiblissement de l’armée !

Aboubacar Berthé

Source : Le Serment Du Mali

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. Mes cher compatriotes…
    Il fau pas laisse la jalousies vour conduir vers l’ignorance qui fait honte au maliens.
    Un attache militaire a l’ambassade doi etre un militaire experimentee….
    Quelle honte a notre education devan le monde?!!!!
    Au moins cest pas tout l’action de BOUA BARIKAMA est negatif…
    Essayons d etre honete pour la patrie.
    Merci

  2. Ou allons-nous même le directeur général du cenou (centre des œuvres universitaires) est un officier or que c’est là-bas qu’on gère Les bourses des étudiants que fait un colonel là-bas ça n’a rien à voir avec l’armée

  3. c est incroyable de voir ces pseudos officiers fuir leur devoir et d aller s occuper de ce qui ne les regarde pas,quelle honte,au meme moment des soldats meurent par grappes a leur place

  4. Aboubacar Berthe plus que ton professionalisme, tu nous a montre ton amour pour ta patrie et mille fois merci pour ce courage et cet amour pour un pays que ses propres dirigents ont arrete de defendre et d’aimer. Combien de soldats Tchadiens ont ete tue lors de la derniere attaque terroriste au Mali il y a meme pas 3 semaines? En tout cas Aboubacar si le Mali avait quelques autres fils amoureux de leur mere-patrie comme toi alors nous allions garder espoir. Boua ka bla

  5. Bel article Berthe ! Mais ce qui manque, c’est le fait que tu devais aussi ajouté les cas des gouverneurs militaires dans des bureaux climatisés. Il y a combien de gouverneurs militaires ? Mais cela n’a réduit en rien l’insécurité dans le nord et le centre. Autant les autres se battent pour nous en envoyant leurs militaires mourir chez nous, autant nous cherchons à aller recaser nos officiers dans les chancelleries ou dans les gouvernorats. C’est vraiment un paradoxe Berthe…@@@@

    • Parent c’est gens là ils s’en foutent de l’avancement de notre patrie il y’a aussi encore beaucoup de ségrégation en plus la prime loyer d’un fonctionnaire ne doit pas dépasser la salaire d’un autre fonctionnaire

  6. Bel article Berthe ! Mais ce qui manque, c’est le fait que tu devais aussi ajouté les cas des gouverneurs militaires dans des bureaux climatisés. Il y a combien de gouverneurs militaires ? Mais cela n’a réduit en rien l’insécurité dans le nord et le centre. Autant les autres se battent pour nous en envoyant leurs militaires mourir chez nous, autant nous cherchons à aller recaser nos officiers dans les chancelleries ou dans les gouvernorats. C’est vraiment un paradoxe Berthe…

    • Un repli tactique avec des generaux qui vont se cacher dans les ambassades a Washington, Berlin, Lome, New Delhi, Luanda, Paris, Abuja, Rome, Dakar, Barcelona, Conakry, Amsterdam, Abidjan, Lisbon, Dar Es Salam, Moscou, Bruxelle, Lome, Copenhagen, Cotonou, Port-au-Prince, Brasilia, San Jose, Caracas, etc. veritablement ce repli tactique de Boua-IBK veut dire simplement remettre le Mali aux terroristes completement et totallement! Boua ka bla

  7. Berthe, si Boua n’est pas un idiot alors c’est une facon pour Boua de mettre ses protégés qui sont dans l’armee et ont des faux galons a l’abris dans les belles capitales Occidentales et quand la guerre finira ils reviendront avec plus de grade encore pour venir diriger ceux qui se sont battus sur le champ de bataille et ont gagne contre l’ennemi. TU voies bien la tactique et la tres grande corruption. Boua ka bla.

  8. “Nomination des officiers de l’armée dans les Ambassades : Un paradoxe dans un Mali en guerre !” C’est ca beaute des aneries de Boua IBK. Quand on reflechit on voit un paradoxe mais Boua ne reflechit pas et ne va pas sortir ce pays de l’abime ou il l’a mis. Boua ka bla.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here