COMMUNIQUE DE PRESSE : Le conseil de sécurité de l’ONU à Koulouba : large convergence autour de l’approche du président IBK

1
Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA (IBK) a reçu dimanche 2 février 2014 une délégation des 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies
Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA (IBK) a reçu dimanche 2 février 2014 une délégation des 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies

Koulouba, le 02 février 2014 – Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA (IBK) a reçu dimanche 2 février 2014 une délégation des 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies, conduite par Monsieur Gérard ARAUD, représentant permanent de la France auprès des Nations unies et Monsieur Banté MANGARAL, représentant du Tchad auprès de l’ONU.

La délégation onusienne est venue au Mali pour soutenir l’action de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du pays (MINUSMA) et appuyer les efforts des autorités maliennes dans la consolidation du processus de paix.

 

Lors de l’échange, le Président malien a salué les efforts de l’ONU et du Conseil de sécurité, qui s’est mobilisé dès les premières heures de la crise, notamment à travers les différentes résolutions qui ont réaffirmé les principes d’intégrité territoriale et de souveraineté du Mali. Il a également fortement remercié la France, le Tchad, et la CEDEAO, dont les armées ont permis la reconquête du territoire aux côtés des forces maliennes.

 

Ibrahim Boubacar KEÏTA a ensuite procédé à la revue du processus de paix en cours, en insistant sur la nécessité d’un dialogue inclusif, avec l’ensemble des communautés vivant au Nord Mali, et la volonté qui l’animait d’aboutir à la paix. “Jamais nous n’avons baissé les bras depuis notre installation. Nous avons souci de la réconciliation nationale, de la justice et de la paix. Les contacts se poursuivent, de nuit comme de jour. Il nous revient à tous de tracer les voies de l’avenir. Nous avons un agenda; il ne sera pas celui qui bloquera”, a assuré le Président de la République.

 

Partageant son approche avec ses hôtes, le Président IBK dira que le Mali est un pays de paix, de dialogue, d’ouverture et de partage. “Mon ambition, ma seule ambition c’est d’être, pour le Peuple du Mali, un faiseur de paix, un rassembleur, un réconciliateur afin de sortir mon pays de la spirale des crises cycliques”, a-t-il expliqué.

 

Le Chef de l’Etat a rappelé les efforts consentis par le gouvernement, notamment les mesures de confiance dans le cadre de l’Accord de Ouagadougou, et expliqué qu’il est impératif, de part et d’autre, de murir les conditions de l’apaisement et du revivre ensemble. Le dialogue intracommunautaire et intercommunautaire, de même que le cantonnement et le désarmement des groupes armés figure dans la feuille de route malienne, et sont à cet égard incontournables pour parvenir à l’apaisement et à une paix durable.

 

Saluant les efforts de tous les partenaires engagés dans le processus de paix au Mali, IBK a estimé qu’avec une nouvelle légitimité retrouvée à la tête de l’Etat, “il est temps que le Mali s’approprie le dossier Mali. Faisons nous confiance et engageons nous ensemble !”

 

Les représentants du Conseil de sécurité ont salué le nouveau leadership malien, la clarté de la feuille de route, et la volonté réelle d’aller à la paix. Ils ont assuré le Président Keïta de leur soutien et accompagnement dans le processus de paix.

 

Présidence de la République du Mali

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. J’avais dis de puis samedi, que cette visite de l’ONU au MALI était une nouvelle manœuvre de diversion de la France en faveur du MNLA.Il y’a aucun doute la dessus que le MNLA est une société écran créer par la France dans le but de contrôler le Nord du Mali et faire main basse sur les ressources du sous sol via ce projet d’autonomie du MNLA.

    CE qui permettra a la France d’obtenir les contrats miniers de la zone sans passer par le Gouvernement Malien.

    Cette guerre au nord du mali a été planifier et exécuter par la France le MNLA a été créer par Alain Juppé a l époque pour service la cause, car sous ATT La France voyait que cet dernier donnait les contrats aux multinationales Australiennes( comme Baraka Aventis), Italienne (ENI), Algérienne (Sonatrach)ect… sauf Total, Areva. Donc, il fallait affaiblir le régime s’il faut le renverser pour une nouvelle redistribution des cartes.

    🙁 Car on se rappelle que ATT criait sur tous les toits que les premiers forages devait commencer en 2012.

Comments are closed.