AQMI au Mali, c’est Iyad ag Ghaly !

1

Hier, j’allume la télé et je tombe sous le choc de la nouvelle. L’attentat terroriste à Ouagadougou a tout de suite fait tragiquement rejaillir en moi toutes les émotions déjà ressenties lors de notre attentat à Bamako le 22 novembre dernier. Est-ce le début d’une série sans fin ? Combien d’attentats faudra t’il encore attendre pour penser chasser AQMI de chez nous, où il se cache impunément ?

 

Alors que très sincèrement je ne me sentais pas vraiment concernée il y a quelques temps encore, je suis de plus en plus inquiète. Nous en discutons chaque jour avec les femmes du quartier. Nous ne pouvons pas nous empêcher de réaliser que ces attentats sont la conséquence de notre laissez faire depuis une dizaine d’années.

 

AQMI est bel et bien ici. Il a élu domicile chez nous alors qu’on pensait naïvement, que les Serval l’avaient chassé du pays par le nord. En lui prêtant désormais allégeance, Iyad ag Ghaly, a réintroduit le mal chez nous. Lentement mais sûrement, avec son groupe armé Ansar Dine, sa charia salafiste et l’argent de ses trafics illicites il achète l’âme de nos derniers enfants. Il les embrigade comme misérables combattants jihadistes ou comme malheureux convoyeurs de drogue: deux chemins dont ils ne reviennent jamais. Même le HCUA serait maintenant contaminé.

 

Iyad Ag Ghaly provoque une fracture irréversible dans notre société. Une génération entière n’aura bientôt rien connu d’autre que les trafics en tout genre, la violence et l’obscurantisme. Est-ce là l’avenir qu’il nous propose avec AQMI ? Est-ce là le futur du Mali ?

 

Notre salut passe certainement par un engagement résolu dans l’application des accords de Paix. Je me laisse à penser que tous ces attentats veulent nous intimider et plus particulièrement les responsables qui se rendront prochainement aux réunions de paix à Alger, Anéfis et Kidal. AQMI veut tous nous effrayer, nous diviser: la communauté internationale, le Mali et même les tribus touaregs. Et bien, soyons courageux, poussons un cri d’alerte pour rester maitre de notre destin. Les groupes signataires des accords d’Alger et d’Anéfis doivent tous s’unir et faire front commun plutôt que d’afficher leurs dissensions. J’aimerais leur dire de reprendre leurs querelles plus tard. AQMI en cultivant notre désunion veut causer notre perte à tous.

 

J’ai l’espoir de croire que ce processus de paix est une vraie chance de s’en sortir enfin ! C’est notre seul rempart contre la barbarie d’AQMI orchestrée par Iyad Ag Gally. Si aujourd’hui  « je suis Ouagadougou », je « suis toujours Bamako » !

 

Aïcha SANGARE

PARTAGER

1 commentaire

  1. NOUS nous sommes pas membre des maghrébines il faut que les forces armées et des sécurités maliennes- burkinabés nigériennes de changer d’AQMI dans nos territoires à tout le prix la MINUSMA dégage dans notre pays un point c’est tout 😈 😈 😈 😈

Comments are closed.