Le Général Moussa Traoré et sa relation avec les journalistes d’Etat : GMT, loin de l’image du dictateur et de la caporalisation de la presse

2

La mort du président Moussa Traoré, affectueusement appelé par notre génération « GMT » en ce « mardi » 15 août 2020, un mardi  « fétiche » de plus dans sa riche carrière militaro politique, m’offre l’occasion de rendre hommage à « un grand patriote » et de prier pour le repos éternel d’un musulman pieux qui avait, malgré certaines apparences, le Mali à cœur.

Je signale que j’ai travaillé à différents niveaux de l’administration publique (entre 1978 et 1991), dont les plus significatifs sont : Professeur de Lycée, Journaliste, conseiller du Premier ministre Mamadou Dembélé de 1986 à 1988, DGA de la RTM de 1990 à 1992.

Témoin privilégié, à partir de la RTM, du coup d’État d’ATT contre le président GMT, j’ai vécu ces événements de l’intérieur, avec de nombreux camarades restés dans l’anonymat. Il s’agit de la fin du régime le plus long de l’histoire du Mali indépendant (23 ans). Cependant, nous n’avons jamais eu droit à la parole, en tant que journaliste d’Etat,  pour dire notre part de vérité.

Journaliste, historien, je me suis toujours refusé à prendre la parole, malgré les injures, les calomnies et les contre-vérités qui ont émaillé cette  partie de notre histoire récente à l’endroit des journalistes des organes d’Etat et des « caricatures » qui ont écorné l’image de cet homme, de sa relation avec la presse et qui vient de nous quitter.

Ma  nomination, par un Ministre de son Gouvernement Nyamanto Diarra, comme DGA de la RTM, à 36 ans, coïncide avec les effervescences politiques au Mali.  Alors nous avons été pris, très tôt, à la RTM entre  le marteau et l’enclume. J’évoquerai avant, avec votre permission mon passage à « l’école des ministres Djibril  Diallo et Drissa Keïta », au ministère d’Etat chargé de l’Hydraulique, de l’Energie, des Mines et de l’Artisanat, deux de ses éminents cadres. Les gouvernements GMT étaient de taille réduite et y rentré récompensait davantage les hommes d’expérience et de compétence, à mon avis. Ce passage fut suivi de ma nomination comme Conseiller à la communication à la Primature, le premier poste du genre au Mali et sous la houlette du Professeur Mamadou Dembélé, pour qui le service de l’Etat est un sacerdoce, un homme rigoureux, d’une grande culture, avec lequel j’ai entretenu des relations filiales jusqu’à son récent décès. Dès mon retour à la RTM, (en 1988) je fis quelques passages comme rédacteur en chef par intérim, choisi par mon ami, le red’chef  feu Oumar Sangaré pour assurer son intérim lors de ses déplacements divers comme reporter ou pour ses formations. Puis vint le premier Directeur journaliste de formation de la RTM et de Radio Mali, Mamadou Kaba.

J’ajoute que la RTM, ce sont les forces invisibles constituées de journalistes et de techniciens, une équipe, mieux, une famille à cette époque et c’est cela qui nous permettra de réaliser ensemble ce dont il est question ici : le 26 mars 1991 et les 5 jours historiques qui l’ont précédé. Tout cela me ramène à de vieux souvenirs si importants,

Mamadou Kaba, à peine nommé, m’a choisi comme adjoint et s’est fait entourer d’une nouvelle équipe à tous les postes.

Je dois à ce propos vous raconter une anecdote qui date du 1er mai 1990, inoubliable fête du travail. Le président GMT, que je ne voyais qu’en de rares occasions, lors des reportages, à l’aéroport ou à la présidence, nous avait fait l’honneur de nous recevoir à sa table, sur insistance de son très dynamique conseiller à la communication  Thiona Mathieu Koné, qui donna, à mon avis, ses lettres de noblesse à la profession de conseiller en communication au Mali. Le thème du jour, nous l’apprîmes de la bouche du maître des lieux : «  le multipartisme est-il synonyme de démocratie » ?

Nous étions une quinzaine de journalistes d’Etat de l’ESSOR et de la RTM, plus un doyen, journaliste affecté aux Affaires étrangères, Mamadou Bandiougou Diawara. Nos doyens, Feue Aïssata Cissé, Mamadou Kaba, Gaoussou Drabo répondirent en chœur  «  oui » et s’expliquèrent, ce qui ma enhardi. Je récupérais le micro pendant une quarantaine de minutes où, sans détour, je dénonçai les allégations qui faisaient de notre pays un vieux foyer de démocratie et le présentais comme des « clichés » inventés de toutes pièces par les thuriféraires du régime de l’époque. Dans l’entourage du président, rares étaient ceux qui, comme mon défunt cousin BouyéSiby et Djibril Diallo, entre autres, courageusement, disaient au président GMT d’ouvrir le pays au multipartisme. C’était les plus audibles à mon sens.

Je sortis de l’exercice avec les compliments de mes amis, de mes aînés et l’estime de notre hôte du moment, GMT,  qui me laissa parler sans se fâcher et pourtant j’étais à l’antipode des thèses qu’il déclamait.

J’en profite pour réfuter une autre contre-vérité : jamais je n’ai « ouvert » la radio aux putschistes dirigés par ATT, lors des événements de mars 1991. Je n’ai jamais vu feu le Général Ouologuem qui a lancé cette information, certainement à partir d’une erreur  d’homonymie. GMT, lui-même, plusieurs fois après la rencontre décrite plus haut, m’appela «  Cheickna » et je rectifiais en insistant sur « Seïdina. »

Au petit matin du 26 mars 1991, on envoya, certes, me chercher à l’immeuble Marabout où je logeais, à moins d’un kilomètre à vol d’oiseau. Et quand je pénétrai dans la cour de la RTM, je fus reçu par le commissaire Anatole Sangaré et mon collègue et grand-frère de Nioro-du-Sahel, Mamadou Diarra dit Bill, qui, lui, comme à l’accoutumée, voulait me réconforter par sa présence. L’antenne était déjà ouverte et je me trouvai face au lieutenant-colonel ATT que je n’avais jamais  vu que de loin en reportage, en 1984, lors d’une mission présidentielle de GMT à Diéma, alors qu’il était le patron de la sécurité militaire et moi reporter de la radio, donc très loin l’un de l’autre. Il était  entouré de Cheickna Touré, journaliste, Cheickna Cissé, paix à son âme, Djibril M’Bodge, feu Lamine Coulibaly, entre autres et s’apprêtait à rentrer en studio pour lire sa première déclaration. Je signale, au passage, que la radio ne s’ouvre pas avec un « bouton », Certes, la maison mère est à Bozola, mais la réalité des commandes est sur la route de Kati aux émetteurs. Cette rectification faite, je signale aussi que c’est ATT qui eut le réflexe de demander « le journaliste le plus gradé » (sic) pour assurer les affaires courantes en attendant l’arrivée du Directeur Mamadou Kaba qui ne tarda d’ailleurs pas à nous rejoindre. Je ne pense pas qu’il m’ait connu auparavant. C’est un ami à lui et mon confrère, Hama Barry qui me montra à lui  comme étant le DGA.  Il se tourna vers moi et me dit sur un ton calme «  Prenez les affaires en main ici en attendant l’arrivée du Directeur. Je ne veux aucune image de l’arrestation du Général  [Moussa Traoré]» a-t-il dit péremptoire.

Je n’ai plus eu des nouvelles de GMT et ne l’a revu qu’à l’enterrement  de  Feu BouyéSiby à la Zawiya de Niaréla où je lui fis de la place au premier rang pour s’incliner une dernière fois sur ce compagnon resté fidèle parmi les fidèles.

GMT eu la gentillesse de me rappeler qu’il m’a reconnu en me remerciant  d’un «  Merci ! Seïdina » à l’antipode de ses laudateurs qui continuent à croire que les journalistes, que nous sommes, avons été parmi les « tombeurs » de l’homme.

Dors en paix GMT et que tes prières nous aident à nous sortir de l’impasse, de la surenchère et du clientélisme dans laquelle nous sommes plongés au Mali.

Seïdina Oumar Dicko

Journaliste – Historien – Ecrivain

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Ancien professeur d’histoire et géographie qui n’a pas eu l humilité de répondre aux salutations d’un ancien élève ” bonjour Monsieur ! ” ! Au moins feu GMT vous a remercié .

  2. Voici la liste des officiers félons qui trahirent la république, le Drapeau national et le président Modibo Keita le 19 Novembre 1968.
    1…Le lieutenant Moussa Traoré 2… Le capitaine Yoro Diakité 3…Le lieutenant Baba Diarra 4….Le lieutenant Youssouf Traoré 5….Le lieutenant Filifing Sissoko 6….Le lieutenant Joseph Mara 7….Le lieutenant Kissima Doucara 8….Le lieutenant Tiécoro Bagayogo 9….Le lieutenant Mamadou Sanogo 10…Le Capitaine Malick Diallo 11…Le Capitaine Charles Samba Sissoko 12…Le Capitaine Mamadou Sissoko 13…Le lieutenant Missa Koné 14….le lieutenant Karim Dembélé.

    ●Moussa Traoré a fait construire le bagne de Taoudeni à 1800 kilometres de Bamako et y massacrèrent : • Le capitaine Yoro Diakité vice président du comité militaire en 1972 • Le lieutenant Colonel Kissima Doucara ministre de la défense de l’intérieur et de la sécurité mort et enterré au va-vite en 1984. • Le lieutenant colonel Tiécoro Bagayogo ancien chef des services de sécurité mort en 1984 et enterré au va-vite

    ● Moussa Traoré a fait condamner aux peines infamantes et affligeantes ses anciens compagnons d’armes pendant 10 ans dont : •Le lieutenant colonel Joseph Mara ▪︎Le lieutenant colonel Charles Samba sissoko • Le lieutenant colonel Karim Dembélé • Le capitaine Malick Diallo.Moussa Traoré a fait exiler pendant 10 ans son meilleur ami en la personne du Colonel Youssouf Traore.

    ● Moussa a décimé l’armée malienne en tuant les officiers qui sont se battus et qui ont gagné la guerre contre la rébellion separato–terroriste . Moussa Traoré a tué à lui seul en 23 ans de pouvoir sanguinaire, 87 officiers de l’armée malienne dont les plus célèbres furent le Capitaine Dibi Silas Diarra (qui a fait chanter le Chœur en langue Bwa( BoBo) la troupe de Kidal pendant la semaine de la jeunesse), Le capitaine Abdoulaye Diallo dit Dax gendarme émérite , le Lieutenant Jean Bolon Samaké militaire (un autre crack de l’armée malienne). Etcera….etcetera.

    ● Tous les 13 officiers qui participèrent au pronunciamiento de 1968 sont morts. Seul survivant le Lieutenant colonel Missa Koné . Que la terre leur soit légère.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here