Tribune : Fallait-il fermer les mosquées ?

2

Anw bè Sambè Sambè !!! Je profite de cette fin de ramadan pour partager avec vous quelques questions et réflexions sur notre actualité.

 

Supposons qu’IBK ait fermé les mosquées, qu’est-ce vous pensez qu’il serait advenu ? Je pense que la nuit on aurait fait sortir les enfants pour brûler des pneus. Certains leaders religieux musulmans seraient dans la surenchère et dans les appels à des marches, etc.… Plusieurs des activistes et certains politiques qui condamnent actuellement la non-fermeture des mosquées seraient en train de dire que le Mali est un pays musulman, qu’il n’est pas normal de les fermer, tuutuuutiii !!! taaataaataaa !!!! Vous n’imaginez pas le niveau de défiance dans notre pays !!!! Surtout envers nos autorités. Nos anciens diraient qu’elles l’auront bien achetée.

La majeure partie des débats, des réflexions, des actions, des énergies publiques du pays serait mobilisée pour calmer la situation. L’Etat est déjà exténué pour ouvrir de nouveaux fronts. IBK a donc filé la patate chaude dans la main des leaders religieux. Les leaders religieux chrétiens ont eu la sagesse de protéger leurs fidèles en fermant les églises. Les leaders religieux musulmans ont cyniquement renvoyé leur responsabilité à Dieu. Vous me direz que c’est IBK qui a donné autant de pouvoir aux leaders religieux pour accéder au pouvoir ! C’est vrai ! Mais quand on obtient autant de pouvoir, on a le devoir de protéger ses fidèles. On ne fuit pas ses responsabilités sous le couvert de Dieu ; on ne met pas en priorité en ce moment ses intérêts personnels.

C’est pourquoi j’ai très bien apprécié le choix d’IBK de ne pas aller prier à la grande mosquée en ce jour de fin de ramadan. Le signal est prioritairement envoyé aux leaders religieux musulmans. C’est la première fois depuis qu’il est au pouvoir qu’il manifeste aussi fortement son désaccord avec eux. Il se résume ainsi : je vous ai donné du pouvoir ; vous avez largement profité des avantages de ce pouvoir ; mais au moment où j’avais besoin de vous pour prendre des décisions difficiles, vous n’étiez pas là.

Par ailleurs, le signal nous est adressé aussi, nous qui sommes supposés être des connaissants. Il nous appelle à une plus grande responsabilité individuelle. Ok, les leaders religieux musulmans ne m’ont pas aidé à fermer les mosquées, mais vous pouvez par votre responsabilité personnelle, participer à la mitigation de la pandémie en assumant de ne pas aller à la mosquée et de prier à la maison.

Vous allez me dire, et l’Etat dans tout ça ? Je dirais que ça dysfonctionne toujours !! Et ses actions sont difficilement lisibles, pour ne pas dire illisibles. Vous me direz que c’est majoritairement dû à l’incompétence des responsables. Je ne dirais pas non. Effectivement, on ne peut pas continuer à gérer autant de crises ensemble par improvisation. Il est temps de mettre un cadre avec des dispositifs liés à des résultats concrets. Et cela est de la responsabilité de l’Etat.

Mais à situation inédite, attitude inédite ! Par nos choix individuels, aidons l’Etat ! Obligeons l’Etat d’être dans une meilleure dynamique dans la lutte contre la covid-19 et par ricochet à faire face aux autres fronts.

Nous pourrions commencer par définir notre présent par l’avenir à construire et non par les traditions et le passé seulement.

Bienvenue à Clément Dembélé dans un cadre légal !!!

Vivement la liberté à Soumaïla Cissé sain et sauf !!!

Que le centre de notre pays échappe aux conflits ethniques !!!

Que le ciel donne de la sagesse aux leaders de la CMA !!!

Que de la bénédiction pour le Mali !

Anw bè Sambè Sambè !!! Comme aime bien le dire mon père, « que Dieu nous aime tous » !!!

 

Alioune Ifra Ndiaye

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. La protection sanitaire des musulmans est elle du ressort de l’État ou des chefs religieux?
    Peut on donner tord aux imams quand ils disent que la fermeture des mosquées n’est pas de leur ressort?
    Peut on s’en prendre à un simple musulman, s’il lui est impossible de désobéir les chefs religieux?
    ON EST CHEF POUR PRENDRE DES DÉCISIONS DIFFICILES.
    Quand on ne peut pas les prendre, on laisse la place à d’autres.
    Un chef d’État peut se donner les moyens de maitriser toute personne hostile à ses prises de décision.
    POUR PRENDRE DES DÉCISIONS DIFFICILES APPLICABLES, IL FAUT ÊTRE CRÉDIBLE.
    C’est cette crédibilité qui inspire le respect nécessaire à l’acceptation des décisions difficiles.
    Notre KANKELETIGUI est conscient que chaque acte posé par lui peut être explosif.
    Il vit les conséquences d’une gestion clanique de l’État durant son premier mandat.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. “…Vous me direz que c’est IBK qui a donné autant de pouvoir aux leaders religieux pour accéder au pouvoir ! C’est vrai ! ” MON CHER ICI TU L’A TOUT FAUT.
    IBK LEUR A DONNE LE POUVOIR ET QUAND ILS Y ONT GOUTE, NATURELLEMENT ILS VEULLENT DEVENIR “KALIF A LA PLACE DU KALIF”.
    CVOMME AU SOUDAN, L’INCOMPETANCE, L’INIQUITE “LA GUELERIE” ET L’IDIOTIE DU POUVOIR MALIEN VA PERMETTRE AU “HASSAN TOUABI MALIEN” DE SE SAISIR ET SE REVETIR DE LA SEULE LEGITIMITE VALABLE EN DEMOCRATIE. J’ESPERE QU’IBK VIVRA (EN PRISON ET DANS L’INFAMIE) POUR COMPRENDRE QUE QUAND ON TUE SON MECHANT CHIEN (OPPOSITION- DEPUIS LES MOUTAGA TALL EN 1994 JUSQU’AUJPURD\HUI) CELUI VOISIN T’ARRACHERAIS UN JOUR LES C….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here