Vers la fin des groupes terroristes au Mali !

0

 

Plus encore que l’ensemble des autres groupes terroristes-mafieux qui gangrènent le Mali, Al Mourabitoune subit les désertions en masse. L’organisation spécialisée dans le trafic de cocaïne, l’une des drogues les plus néfastes qui existe, n’arrive plus à convaincre ses propres membres qu’ils mènent un combat au nom du « jihad ». Les leaders de ce pseudo mouvement islamique ne prennent même plus le risque de rester au Mali : ils abandonnent tour à tour leurs troupes pour se réfugier à l’étranger : comme l’avait initié Mokhtar Belmokhtar. Cela n’aura pas empêché celui qui était alors le chef d’Al Mourabitoune de trouver une mort bien méritée dans un bombardement il y a quelques mois.

 

Au-delà de cette marque de lâcheté des leaders terroristes, c’est leur vénalité sans borne (puisqu’il est évident qu’ils ne partagent pas les bénéfices de leurs trafics avec ceux qu’ils envoient à la mort…), ainsi que leur incapacité à masquer l’hypocrisie des discours idéologiques dont ils usent pour justifier la violence de leurs actes, qui sont à l’origine des désertions. Al Mourabitoune comme Ansar Dine sont en passe d’exploser de l’intérieur. L’opportunisme reconnu, d’un Abou Walid al Sahraoui, et du vieux Iyad Ag Ghali avait en effet déjà laissé un goût amer à leurs compagnons lorsqu’il était allé proposer une alliance avec les terroristes Arabes d’AQMI. Depuis, c’est avec DAECH qu’il voudrait établir un rapprochement, pour en importer les combattants qui leur manquent et leurs méthodes barbares.

 

Or, l’Etat Islamique est sans aucun doute le plus dangereux des groupes armés terroristes. Il symbolise la violence la plus atroce, en particulier les décapitations à tour de bras qui s’abattent sans aucune distinction sur ceux qu’ils perçoivent comme leurs ennemis : civils ou combattants, musulmans ou pas. Importer un tel mouvement au Mali se révèlerait la pire des catastrophes pour nous Maliens, car nous avons été témoins de ce que ces barbares ont fait à d’autres peuples, jusqu’à détruire irrémédiablement le grand pays qu’était par exemple la Syrie, laissant des centaines de milliers de cadavres derrière eux.

 

L’unique volonté des terroristes-mafieux n’est autre que d’inciter les quelques assassins et dealers qui leur restent à entretenir l’instabilité politique et la corruption, à nourrir les violences ethniques et communautaires nuisibles au processus de paix, pour que le Mali reste embourbé dans une situation d’insécurité permanente et une pauvreté endémique : propices à la prospérité de leurs activités criminelles. Nous gardons tous en mémoire leurs innombrables rackets de la population malienne sous prétexte de financer leur « cause », enfonçant les Maliens dans toujours plus de misère. Nous gardons aussi tous en mémoire l’attentat de Bamako de mars dernier, qui avait tué plusieurs Maliens et compromis la vie économique de la capitale.

 

Cette insécurité dans laquelle les terroristes se complaisent entrave le développement du pays, qui pourrait bénéficier à tous, à nos jeunes en premier lieu : eux qui représentent le futur de notre pays et qui souffrent du sous-emploi. Al Mourabitoune et Ansar Dine doivent être les deus premiers groupes terroristes-mafieux à tomber et les autres suivront sans conteste. Des informations indiquent que les désertions et les trahisons internes s’amplifient et s’accélèrent au sein de toutes ces mouvances terroristes, cela a notamment été constaté parmi les troupes d’Ansar Dine. Cela démontre simplement que nos mouvements et nos méthodes commencent à fonctionner. Il faut désormais amplifier notre action et régler définitivement ce problème pour pouvoir enfin avancer car les Maliens ont choisi la voie de l’avenir et de la paix.

 

Ibrahim Keita

Commentaires via Facebook :

PARTAGER