ATT-CRATIE : L'' Harmattan exige du Tribunal de Paris la présence d''lBK comme témoin le 16 MAI 2007.

0

Le Mercredi 21 Février 2007 a eu lieu le procès qui oppose Saidi Mahomed Jamal , le PDG de la Société Ivoirienne de Concept et de Gestion aux Editions l”Harmattan et à son Directeur Denis Pryen, devant la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Paris. Au cours de cette audience le conseil de l”Harmattan, Me Alex Ursulet, à la surprise générale, a demandé un renvoi pour pouvoir citer à nouveau, Messieurs Ibrahim Boubacar Keita, Jeamille  Bittar, Moussa BaIla Coulibaly et Amadou Boré, par le biais du Parquet de Paris et par l”entremise des Ministères des Affaires Etrangères Français et Malien.rn

Cette procédure prend en général deux mois selon des spécialistes du droit pénal

rn

Me Tchikaya, conseil de Saidi Mahomed, a refusé cette nouvelle demande de renvoi du conseil de l”Harmattan, arguant que les personnes citées avaient fait savoir par voie de presse qu”elles refusaient de témoigner pour l”Harmattan, et mieux certains avaient décidé de poursuivre l”éditeur du livre Att-cratie..

rn

Me Ursulet a expliqué au tribunal que la présence de ces témoins était capitale pour son client, l”Harmattan, car ils auraient une parfaite connaissance du dossier. Que voulait insinuer Me Ursulet ? Cela a jeté un trouble dans la salle. Me Tchikaya a indiqué au Président du tribunal que cette demande du conseil de l”Harmattan est une manoeuvre dilatoire et qu”en réalité l”Harmattan cherche à créer des embrouilles.

rn

Le conseil de l’Harmattan, a rétorqué que c”est pour la manifestation de la

rn

Vérité, car ces personnes en savent quelques choses.

rn

Me Tchikaya,  prenant la parole, a réfuté l”argumentaire de son confrère en rappelant que dans une interview parue récemment dans un journal malien «Le Républicain » du 16 Février 200,  Denis Pryen avait pourtant affirmé qu”il avait de nouvelles preuves contre Mr Saidi,  qu”il révèlera au cours de cette audience du 21 Février 2007 et que le procès était perdu d”avance pour Saidi. En lieu et place c”est plutôt une demande de renvoi.

rn

« Où sont passées les preuves de Monsieur Pryen »,  a martelé Me Tchikaya? Comment expliquer aujourd”hui cette demande de renvoi après toutes ces affirmations gratuites de Monsieur Denis Pryen surtout que l”Harmattan avait déjà obtenu un renvoi le 17 Janvier 2007. Me Tchilaya s”est même interrogé  pourquoi Mr Denis Pryen tient-il tant à impliquer IBK et les autres? Veut- il régler des comptes? Pour Me Tchikaya,  son client, Monsieur. Saidi ne comprend pas ce que viennent faire de hautes personnalités dans ce procès.

rn

Il ajouta que Monsieur Pryen avait,  à plusieurs reprises,  affirmé avoir des preuves de chaque ligne écrite du livre d”Att-cratie. L”occasion lui est donnée pour les montrer.

rn

Pourquoi l”Harmattan cherche t-il à faire assumer à ces hautes personnalités les allégations portées contre Mr Saidi?

rn

Le Président du tribunal après avoir entendu les parties a décidé de renvoyer le dossier au 16 Mai 2007 toujours devant la même chambre et à 14H15 pour la comparution de ses témoins et pour la plaidoirie.      

rn

Malin qui pourra dire si IBK et les autres viendront à cette audience le 16 Mai 2007.

rn

L”audience a pris fin à 15H30, après avoir débuté à 14H45.

rn

Par ailleurs  nous avons noté la présence de Saidi Mahomed qui était an directement d”Abidjan pour assister à ce procès avec toute sa famille et l”absence de Denis Pryen a été remarquée par toute l”assistance. Seul, un responsable commercial de l”Harmattan était présent. Ce qui a fait dire à certains : « il est facile de souiller l”honneur de quelqu’un mais très difficile de l”assumer. » Pour d”autres, l”Harmattan prend un gros risque en jouant à ce jeu.  Le tribunal sera très regardant le 16 Mai prochain si les témoins ne se présentent pas.

rn

Espérons que l”Harmattan apportera à la prochaine audience du 16 Mai 2007 les preuves de ses allégations contre Mr Saidi

rn

Une correspondance

rn

Particulière depuis Paris.

rn

rn


rn

DERNIERE MINUTE : ATT-cratie:

rn

Quatre journalistes maliens balancés par un individu très proche de l’Harmattan

rnUn Européen, très proche d’un journal parisien est prêt à donner –si ce n’est pas déjà fait- le nom de toutes les personnes impliquées dans la rédaction du livre-tract : « ATT-cratie: la promotion d’un homme et de son clan. »

Selon notre source, tout est parti d’un journaliste tristement célèbre de la place, qui a pris contact avec un confrère français, lequel, à son tour, a servi, non seulement de relais avec la maison d’édition parisienne « l’Harmattan », mais aussi de conseil.

Pour consolider l’équipe rédactionnelle du pamphlet, notre confrère très proche d’un opposant au régime d’ATT, s’est fait aidé par trois (3) autres confrères locaux. Selon les explications de cet Européen, nos confrères, ne sont pas, en fait, considérés comme les vrais auteurs du livre mais comme de simples informateurs, c’est la raison pour laquelle, Denis Pryen, le Directeur Général de l’Harmattan qui se sent piégé, veut tout faire pour impliquer certaines personnes. L’une d’entre lui aurait dit, au début du triste complot : « Ce sont mes petits », en parlant de nos sinistres confrères. La même personne lui avait, par la même occasion, donné des garanties sures, en lui assurant aide (financière) et assistance, en cas de procès.

On comprend désormais l’attitude du Directeur Général de l’Harmattan qui ne veut pas passer seul à la caisse pour régler le million d’euros (665 millions de FCFA) plus 100 euros (66 500F CFA) sur chaque livre vendu que le PDG de la Société Ivoirienne de Concept et de Gestion, Mahomed Saïdi Jamal réclame comme dommages et intérêts. Une somme assez considérable, même si, contrairement à ce qui est dit, l’Harmattan n’aurait vendu que 6000 exemplaires, comme nous l’a confié une source très proche de la maison d’édition parisienne.

Par respect de la confraternité, nous n’avons jamais voulu donner l’identité de nos capons de confrères impliqués cette très sordide affaire truffée de mensonges et de délation. Cependant, nous sommes, encore une fois, fiers de vous dire que le soleil est apparu à l’endroit où nous avons pointé notre doigt.

Dans les tout prochains jours, nous vous donnerons les noms de nos lascars et celui de leur « balance » et son numéro de téléphone. Par la même occasion, « Le Sphinx » vous expliquera les tenants et aboutissants de cette sinistre affaire qui n’a fini de donner tous ses secrets..

IBK, ne serait-il le dindon de la farce ou l’escabeau des autres membres du Front pour la Démocratie et la République Réponse la semaine prochaine

Adama Dramé rn

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER