Ibrahim Boubacar Kéita dans tous ses états à Bla : “Walaye, je ne savais pas ça, mes collaborateurs m’ont caché…”

0
IBK

Le message des enfants du cercle de Bla a permis au président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita de s’imprégner sur les raisons du sous-développement de cette ville carrefour. Une vérité cruelle qui l’a mis dans tous ses états. Walaye, je ne savais pas ça, mes collaborateurs m’ont caché la vérité, a dit le président.

 

“Je salue la population de Bla pour cet accueil chaleureux. Ce geste de cœur de la population prouve que Bla est une zone sociologique fondée sur des règles intangibles. Ce n’est ni la mode, ni l’argent. Cette population mosaïque de races, de couleurs et de religions, est à l’image de notre pays, le Mali d’un peuple, d’un but et d’une foi. Et c’est ce que nous avons connu dans la République. Je viens de passer à la mairie à l’écoute des notabilités. Ces propos mon particulièrement touchés.

Ce que je voudrais dire. La vérité est amer, mais elle finira par triomphée. Le pouvoir n’est rien, s’il se bat  pour les intérêts des populations les plus défavorisées et les plus exclues du progrès. Il s’agit de lutter contre le chômage des jeunes, la protection sociale et l’accès équitable à la justice pour tous les citoyens et la formation. C’est son devoir. Au moment où nous dormons dans la lumière à Bamako et ailleurs, vous êtes là dans l’obscurité.  Une information qui n’a jamais été portée  à ma connaissance. J’ai compris par-là que mon beau monde me cache la vérité. Mes collaborations ne m’aiment pas. Ce que vous avez dit, est triste mais c’est la réalité. J’ai compris. Inch Allah chacun fera face à sa responsabilité et avec obligation de résultat. Les défis du nouvel an sont énormes. Et chacun sera témoigne des actes que le gouvernement posera dans le cercle de Bla. On va voir. On va voir. On va voir. Ce pouvoir est là pour vous. Si nous ne pouvons pas faire face à vos préoccupations, nous n’avons plus de raison d’être. Walaye, je ne savais pas ça. C’est quoi ? On fait tout pour calmer les esprits, or rien de normal ne se passe au terrain. Tout est faux. Mieux vaut voir la réalité une seule fois que d’entendre mille fois. Je suis venu. J’ai vu. Et j’ai entendu. C’est aussi ça le terrain. Ce que j’ai vu n’est pas appréciable. Inch Allah, je mettrai fin à ça. Je mettrai fin. Je mettrai fin. Avec la baraka de Dieu, Bla aura le courant, inch Allah. L’accès des services sociaux de base sera une réalité pour les  communes du cercle.  Les jeunes de Bla auront leur centre d’autopromotion culturel. L’éducation, la santé, la formation professionnelle, l’emploi des jeunes  et le centre d’autopromotion des femmes ne va plus dominer les débats. Et aussi les infrastructures routières, d’ici fin 2016. Inch Allah, Inch Allah.

On ne doit pas polémiquer autour de ça. L’heure est à l’union, à la réconciliation et à la reconstruction. Chaque citoyen, à la place qui est la sienne, doit se tenir disponible et jouer sa partition sous le sceau de l’esprit patriotique. Un autre temps s’ouvre aujourd’hui pour Bla. Le pouvoir est plus que jamais engagé dans cette voie.

Ce que je vois est largement suffisant. Je salue la commission d’organisation pour ce message”.

Propos transcrits par Bréhima Sogoba

 

 

BLA

Les groupes électrogènes arrivent

48 heures après  la visite présidentielle, des groupes électrogènes pour fournir de l’électricité à la population  24 heures sur 24 heures,  a-t-on appris de sources concordantes dans la ville de Bla. La question que d’aucuns se posent, pourquoi  a-t-on attendu la  sortie du président très musclée d’IBK (voir ci-dessus) pour que le ministre de  l’Energie et de l’Eau s’exécute ? Cela dénote du manque de volonté à faire avancer le pays et à servir IBK qui doit en tirer les leçons.

OD

 

PARTAGER