6èmes journées minières et pétrolières. Faire sortir l’or de la monoculture

0

Stimuler les entreprises maliennes les plus impliquées dans la chaine d’approvisionnement de l’industrie minière et mettre également en vedette un salon de partenariat. L’élaboration d’une nouvelle politique minière et la sortie de l’or de la monoculture ont été, entre autres, les principales recommandations de ces journées minières et pétrolières. Rendez-vous est pris dans deux ans pour ce rendez-vous biennal. La fin des 6èmes journées minières et pétrolières a été marquée par la pose de la première pierre d’une nouvelle mine d’or du Mali à Fekola.

Du 17 au 19 novembre dernier, s’est tenu au Centre international de conférence de Bamako, les 6èmes journées Minières et Pétrolières (JMP) édition 2015 sur le thème : ” Accroître la contribution du secteur minier à l’économie du Mali ” qui est d’ailleurs la continuité du thème de l’édition précédente qui portait sur le Développement communautaire. La cérémonie d’ouverture était présidée par le Premier ministre, M. Modibo Kéïta, en présence des présidents des institutions, des membres du gouvernement et des plusieurs invités de marque venus des pays voisins dont le Burkina Faso, le Sénégal et le Niger. Une rencontre qui augure une ère nouvelle dans la réalisation de l’ambition du Ministère des Mines qui est de faire du Mali un espace de connaissance et d’attraction, non seulement pour les investisseurs mais aussi pour tous les acteurs intervenant dans les différents titres du secteur minier. Car, aujourd’hui, l’ambition du Président de la République, M. Ibrahim Boubacar Kéïta est de construire une économie forte, structurellement plus robuste, en progrès constant, mieux à même de répondre aux désirs d’épanouissement des Maliens, à leur exigence de promotion individuelle et collective.

En plus du thème principal, il y avait des sous thèmes qui étaient : ” Optimiser l’apport de l’industrie extractive à l’économie nationale, les opportunités d’investissement dans le secteur minier du Mali, les initiatives visant à promouvoir l’infrastructure et les énergies du Mali, la gouvernance de l’exploitation minière, le secteur minier comme moteur du développement socio-économique, un aperçu de l’exploration de l’or et des projets de production, ainsi que la valeur ajoutée aux programmes d’exploration minière au Mali.

Dans son discours de bienvenu aux participants, le Maire de la Commune III, M. Abdel Kader Sidibé, a, au nom de l’équipe communale et des populations de sa commune, s’est réjoui de la tenue de cet évènement d’envergure continental sur son territoire.

Aux dires du Ministre des Mines, Dr. Boubou Cissé, la vision du Président de la République a été traduite par son département à travers un vrai programme en exécution depuis deux ans. Un bilan placé dans ce contexte qui est caractérisé par d’immenses défis et des opportunités. Le premier défi, sur le plan interne, a pour nom la sécurité qui a connu une véritable évolution positive avec l signature de l’Accord de paix et de réconciliation nationale. A cela, il faut ajouter les délais d’expiration de certaines mines qui arrivent à terme sous peu ou qui sont à rendements décroissants. Ces défis, pour le Ministre des mines, ont été maîtrisés grâce aux efforts déployés par le gouvernement et les acteurs du secteur minier.

Le secteur des matières premières, a rappelé le Ministre Boubou Cissé, connait une tendance baissière continue au niveau des marchés depuis 2013 pour le pétrole et le fer et celui de l’or a atteint a chuté depuis plus de six ans. Une conjoncture internationale qui a rendu la situation de certaines entreprises minières particulièrement précaires.

Malgré cette situation catastrophique, le secteur minier a rempli son rôle de pourvoyeur de devise et de recettes fiscales. Ainsi, la valeur totale des exportations est restée dans la fourchette des années précédentes passant de 768,6 milliards de F CFA en 2011 à 952,6 milliards de F CFA en 2012 lorsque le cours de l’or tait à son niveau le plus élevé. Elle est descendue à 802 milliards de F CFA en 2013 et 803,5 milliards de F CFA en 2014.

A ces chiffres, Dr. Boubou Cissé a ajouté ceux de la production artisanale estimés à 60 milliards de F CFA en 2014. Ce qui donne un total des exportations minières estimées à 863 milliards de F CFA. Aujourd’hui, la contribution totale du secteur minier au budget de l’Etat se situe à 25% des recettes hors emprunts et dons. Les prévisions de 2015 sont estimées à 275,3 milliards de F CFA.

Le Ministère des Mines, dans sa nouvelle stratégie d’exploitation des ressources du sous-sol met l’accent, entre autres, sur l’amélioration de la gouvernance et la transparence dans les industries extractives ; le développement des infrastructures géologiques notamment la cartographie en vue de diversifier la production minière et le renforcement du cadre législatif par les réformes institutionnelles. Ce qui rentre pleinement dans le cadre de la politique du gouvernement qui est de faire de l’utilisation du secteur minier un levier de diversification économique, une option centrale. C’est pourquoi, la création d’une école Africaine des Mines est devenue une réalité avec l’adoption par le conseil des Ministres d’un projet de loi et dont les financements de l’étude de faisabilité sont acquis grâce à l’appui de la Banque mondiale.

L’exploitation artisanale de l’or, qui emploie plus de 200.000 personnes, a connu un changement suite à la mise en œuvre des conclusions et recommandations du forum sur l’orpaillage organisé par le gouvernement du Mali.

Parlant de perspective, Dr. Boubou Cissé a mis l’accent sur un large éventail d’activités qui tourne autour de l’approfondissement et l’extension des activités de recherche et de prospection sont une continuation des activités en cours par le département. D’autres actions s’en suivront, a rassuré le Ministre des Mines. Qui pense que ces journées doivent être l’occasion de faire un aperçu des réalisations depuis la tenue des JMP 2013 et projeter des perspectives d’avenir pour les années 2016 et 2017 dont la ligne directrice est de transformer structurellement l’économie malienne en offrant de meilleures possibilités pour le reste de l’économie.

Aux dires du Premier ministre, ces journées doivent permettre d’échanger pour un meilleur avenir sur le secteur minier. Cette rencontre, a souligné M. Modibo Kéïta, se tient dans un contexte de sortie de crise et les attentes des populations sont énormes avec l’application de l’Accord de paix et de réconciliation nationale. Un thème qui est en adéquation avec la vision du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Ces journées doivent permettre, d’après le Premier ministre, au département des mines, de jouer pleinement sa partition dans la relance de l’économie nationale.

Pendant trois jours, une trentaine d’experts dont des Ministres, se sont penchés sur l’avenir du secteur minier. La fin de ces 6èmes  journées ont été marquées par l’adoption d’importantes recommandations sur les 11 sessions de l’édition 2015. Le Ministre des Mines, dans son discours de clôture, a appelé les acteurs à faire sortir l’or de la monoculture et à faire du secteur minier un pourvoyeur de l’économie malienne afin de permettre au département de jouer pleinement sa partition dans la relance de l’économie nationale. Le Ministre a salué la qualité des interventions successives, la richesse et la franchise des débats entre experts et participants et surtout les recommandations qui seront prises en compte par son département. Rendez-vous est pris dans deux ans pour cette rencontre biennale.

Youssouf SANGARÉ

PARTAGER