Le cri de cœur de la jeunesse de Kayes pour la relance du chemin de fer : « Nous ne voulons plus prendre les bateaux et mourir dans la Méditerranée »

2

Annoncée dans le Plan d’action gouvernemental, après la mésaventure avec la société Saratem S.A de Roi 1212, la relance du chemin de fer est fortement réclamée par la jeunesse de Kayes réunie au sein de « la Plateforme des associations de la jeunesse de Kayes ». Le 27 février 2021, au cours des festivités inaugurales du deuxième pont en présence du Premier ministre Moctar Ouane et de son ministre des transports et des infrastructures Makan Fily Dabo, la Plateforme des associations de la jeunesse de Kayes, par la voix de son président, a soumis sous forme de doléance aux autorités de la Transition la reprise du train voyageur. Il s’agit d’un problème qui tient à cœur l’ensemble des populations de la 1ere région, comme en témoignaient les applaudissements ayant accompagné son discours.

Boubacar Niane, pour motiver le bien-fondé de cette doléance, a expliqué au PM que la jeunesse de la région de Kayes ne veut plus prendre les bateaux et mourir dans la Méditerranée. L’économie de la région de Kayes, qui tournait au rythme du sifflement du train, est au ralenti depuis l’arrêt total de ce dernier, a expliqué M. Niane avant d’ajouter que la reprise du train-voyageur Bamako-Dakar créera un grand espoir en posant les jalons d’un développement poussé pour la région.

Malgré les instructions du premier ministre au ministre Makan Fily Dabo afin de prendre les dispositions idoines pour que le train siffle à nouveau entre Bamako et Dakar en passant par Kita, Mahina, et Kayes, la relance du chemin de fer, à moins d’un miracle, n’est pas pour demain. C’est du moins ce que laissent penser les différentes missions que les autorités en charge ont effectué respectivement aux USA et Côte d’Ivoire pour inspecter les locomotives réceptionnées.

Amidou Keita

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Les memes gares, la memes ligne ferroviaire, les memes locomotives depuis 1960.
    En 60 ans nous n’avons rien ajoute.Rien du tout.
    Une ligne ferroviare cela s’entretien, se renouvelle, on investit en fonction des besoins.Et les besoins enormes.
    Nous Africains n’avons pas d’initiative.Sinon la seule ligne qu’on a on pouvait la relier a la RCI, a la Guinee, au Burkina.
    De toute facon nos ministres et responsables ne voyagent pas en train.
    C’est pas leurs soucis.

  2. ” … Malgré les instructions du premier ministre au ministre Makan Fily Dabo afin de prendre les dispositions idoines pour que le train siffle à nouveau entre Bamako et Dakar en passant par Kita, Mahina, et Kayes, la relance du chemin de fer, à moins d’un miracle, n’est pas pour demain. C’est du moins ce que laissent penser les différentes missions que les autorités en charge ont effectué respectivement aux USA et Côte d’Ivoire pour inspecter les locomotives réceptionnées… ” …///…

    :
    Tout se passe comme si l’ancien colonisateur a décidé que chaque pays africain francophone qui dispose d’une ligne de Chemin de Fer, ne peut être relié qu’à un seul de ses voisins…
    Ainsi le Mali n’est relié qu’au seul Sénégal…
    Le Burkina Faso n’est relié qu’à la seule Côte c’Ivoire… Etc…
    Il y en a même qui ne sont reliés à aucun voisin du tout…, comme la République-sœur de GUINÉE, la Mauritanie, le Congo, etc…
    Au lieu de nous atteler à désenclaver nos pays…, on nous enferme dans des querelles pour ” la Démocratie ” et autres alternances… C’est certes important, mais que ça ne nous détourne pas de l’essentiel…, à savoir …, le Développement socio-économique de nos pays, une meilleure qualité de Vie pour nos POPULATIONS et un meilleur VIVRE ENSEMBLE entre Citoyens et entre voisins africains… !
    Comme si on n’a pas le droit d’être relié à nos autres voisins par le Rail. Ou pas relié du tout.Car, même les routes qui nous relient aux autres voisins…, elles sont dans un état épouvantables… Quant eux, ( nos anciens colonisateurs européens )…, tous leurs pays sont reliés entre eux…, et par des AUTOROUTES et par des voies de CHEMINS de FER…
    Or chez nous en Afrique…, à chaque fois que des projets de liaison par CHEMIN de FER entre deux pays francophone sont initiés par deux pays. Des problèmes de toutes sortes viennent distraire nos décideurs pour tout faire capoter…
    Pour des pays enclavés comme le Mali, le Niger, le Burkina, le Tchad ou la Centrafrique c’est dramatique…, pour échanger avec l’extérieur.
    Ils restent enfermés à cause de décisions de colonisateurs, qui n’arrangeaient que les colonisateurs et non pas nos pays, nos POPULATIONS Africaines.
    Si c’est pas triste… !

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here