Route Zantiebougou-Kolondieba-frontière Cote d’Ivoire : Les travaux lancés par IBK

2

Le président de la République, son excellence Ibrahim Boubacar Keïta a procédé hier au lancement des travaux de bitumage de la route Zantiebougou-Kolondieba longue de 140 km. La réalisation de cet axe routier mettra fin au calvaire des usagers de cette route indispensable au désenclavement intérieur et extérieur de notre pays.

Les difficultés d’évacuation des malades sur Bamako, les difficultés d’écoulement des produits agricoles, de l’élevage et de pêche seront un mauvais souvenir dans 24 mois. La route Zantiebougou-Kolondieba va faciliter le déplacement intérieur et extérieur des personnes et leurs biens avec des localités désormais reliées au reste du monde.

A titre de rappel, c’est à la demande des autorités Ivoiriennes et Maliennes, la Banque Africaine de Développement (BAD) va soutenir la mise en œuvre du «Projet d’Aménagement routier et de facilitation du transport sur le corridor Bamako-Zantiebougou-San Pedro» qui concerne l’aménagement et le bitumage des tronçons suivants : au Mali, la route Zantiebougou-Kolondieba-Frontière Côte d’Ivoire (140 km) ; et en Côte d’Ivoire, la route Boundiali-Kani (135 km).

Les avantages à l’échelle nationale

C’est un véritable ouf de soulagement que les populations de Zantiebougou-Kolondieba et les villages riverains ont exprimé à l’occasion du lancement des travaux. Selon elles, c’est une épine qui vient d’être enlevée de leurs pieds. Les représentants de l’Etat, les autorités locales, les organisations de femmes, de jeunes, les transporteurs tous ont exprimé leur satisfaction. Ils attendent impatiemment la fin des travaux prévus dans 24 mois. D’un coût total de 34 milliards de FCFA avec un délai d’exécution de 24 mois, la réalisation de cette voie va favoriser les échanges, le désenclavement du cercle et booster l’économie locale. D’aucuns parlent même du décollage économique des localités concernées par la route qui seront désormais reliées au reste du Mali et une ouverture sur la Côte d’Ivoire.

Quant aux transporteurs, ils estiment que le temps de voyage sera réduit chose qui va jouer sur le coût des transports des marchandises et des passagers. La réduction du temps de voyage permet aussi aux transporteurs de faire des allers retours en toute quiétude.

Il est prévu, dans le cadre de ce projet, la réalisation d’infrastructures connexes telles que : des forages, des centres pour femmes, des marchés etc.

Les avantages à l’échelle sous régionale

Les tronçons Zantiébougou-Frontière CI (140 km) au Mali et Boundiali-Kani (135 km) en Côte d’Ivoire, objet du présent projet, constituent les seuls tronçons restant en terre sur le corridor Bamako- San-Pédro. Leur aménagement et bitumage permettra de combler ces maillons manquants et d’offrir une voie alternative et moins longue de désenclavement du Mali vers la Côte d’Ivoire.
Le projet d’aménagement routier et de facilitation du transport sur le corridor Bamako-Zantiebougou- San Pedro a pour objectif général de contribuer à la promotion l’intégration sous régionale au sein de l’UEMOA et à l’accroissement des échanges entre le Mali et la Côte d’Ivoire. L’objectif spécifique du projet est de contribuer à l’amélioration de la fluidité du trafic et à la réduction des temps et coûts de transport sur le corridor Bamako – San Pedro.

Les caractéristiques

La route Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire est un tronçon de la Route Nationale n°30 (RN30 : Koulikoro-Fana-Dioïla-Massigui-Kolondiéba-Kadiana-Frontière Côte d’Ivoire) et de la route communautaire UEMOA Cu21 : Boundiali-Tengrela-Kolondieba-Zantiébougou. Elle relie la Commune de Zantiébougou dans le Cercle de Bou. La région de Sikasso qui abrite le projet s’étend sur une superficie de 9200 Km2. Sa population, est estimée à plus de 1.500.000 habitants. Cette population est répartie entre les cercles de Sikasso, Bougouni, Kadiolo, Kolondiéba, Koutiala, Yanfolila et Yorosso.
La population de la zone d’influence du projet est constituée dans sa grande majorité de Bambaras, de Sénoufos et de Peulhs. La route en projet traverse 21 communautés humaines dont la plus importante se trouve dans la ville de Kolondiéba en grande expansion. La route constituera une opportunité de développement pour ces communautés. Le cercle de Kolondièba compte 202 618 habitants dont 29 994 ménages avec 51,5% de femmes et 48,5% d’hommes. Le taux de croissance annuel y est de 3,6% principalement dans les communes de Fakola, Bougoula et Kolosso. Près de 60% de cette population est jeune et est confrontée à un problème d’emploi compte tenu du manque de formation adaptée aux réalités du milieu. La population du cercle de Kolondièba est aussi inégalement répartie. Les parties Nord et Sud – Ouest sont beaucoup plus peuplées, d’une part à cause de la présence de grands centres comme Kolondièba, Kébila et Kadiana et d’autre part à cause de l’existence d’immenses plaines propices à l’agriculture.
M.M.B

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

Comments are closed.