Chantiers du PID-BS à Bla et San : Les acteurs invités à remettre les ouvrages avant le 31 décembre 2019.

1

Mercredi 31 août 2019, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, chargé des Infrastructures, Adama Sangaré était dans les chantiers du PDI-BS à Bla-San. Technicien en la matière, le ministre a constaté des avancées sur les chantiers du lot1 et du lot3, mais aussi du retard sur le lot2. Il a invité les acteurs notamment la mission de contrôle, l’AGTIER l’entreprise et le PDI-BS à s’engager de remettre les ouvrages dans le délai.

Nous n’allons pas perdre de l’argent ; tout le monde est interpellé notamment la mission de contrôle, l’AGTIER l’entreprise et le PDI-BS en vue de remettre les ouvrages avant le 31 décembre 2019. C’est avec ces mots que le ministre Sangaré plante le décor. Avec un taux de réalisation de 73% pour un délai consommé de 97%, pour le lot 2, le ministre explique que ce lot est cofinancé par la Banque Africaine de Développement (BAD) et la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC) à hauteur de 7,528 milliards. En effet il est important de souligner que la BAD arrête les financements à partir du 31 décembre 2019, sans possibilité de prorogation. Selon le ministre, l’entreprise en charge du lot 2 et lot 1 n’a pas été efficace sur le lot 2, même si par ailleurs le lot 1 est en avance par rapport au délai. Pour Adama Sangaré, il s’agit d’être efficace à tous les niveaux. Ainsi, il a recommandé de mettre en œuvre correctement le planning élaboré par les acteurs pour rattraper le retard accusé si non terminer avant le délai contractuel. Par conséquent, il a invité les acteurs notamment la mission de contrôle, l’AGTIER l’entreprise et le PDI-BS à s’engager à remettre tous les ouvrages dans le délai.

Sur trois lots, les lot 1 et 3 sont en avance par rapport aux délais consommés. Le ministre Sangaré, après avoir visité les ouvrages de ces lots, se dit très satisfait par rapport à la qualité et à l’organisation des chantiers. Et surtout l’ouvrage de franchissement de «Tinéni »  qui permettra à la population de parcourir 8.5 km pour rejoindre San à « Tinéni » contre 83 km pendant la saison hivernale. Le technicien n’a pas manqué de signaler les avantages hydro agricoles de ces ouvrages.

Le chef de la mission de contrôle Issa Guindo a rappelé que le lot1 concerne les travaux de Tounkan d’un montant de 4,147milliards attribué à l’entreprise RC construction. Sur ce lot, le taux d’exécution est de 97% contre un délai consommé de 92%.

Pour le lot2, les travaux consistent à aménager les plaines de San Ouest d’une superficie de 5 300ha confiés à l’entreprise RC construction avec une incidence financière de 7,528 milliards. Le taux d’exécution est de 73% contre un délai consommé de 93%.

Le lot3 attribué à l’entreprise EGTP pour l’aménagement de 3 000 ha des plaines de San Est. Le taux d’avancement est de 89% pour un délai consommé de 69%. Ce marché est conclu à 3,626millards de franc CFA

Oumar KORKOSSE 

Seuil de Djenné : Un projet de développement à impact important pour toute la région de Mopti

Lors de sa tournée de réconciliation au centre du pays, le Premier ministre Dr Boubou Cissé s’est prononcé sur le seuil de Djenné.

La sécurité et le développement vont ensemble. Il n y a pas de développement sans sécurité comme il n y a pas de développement sans paix. Pendant que nous travaillons à réconcilier les cœurs, nous travaillons aussi à faire redémarrer les projets structurants qui sont des projets de développement à impact important pour toute la région de Mopti dont le seuil de Djenné en est un exemple. Ce seuil une fois terminé pourrait favoriser le développement de Djenné en particulier et toute la région de Mopti en général. Le seuil permettra de réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire. Il permettra d’irriguer 60 000ha dans la zone de « Pondori », de pratiquer la riziculture, la pisciculture et développer les bourgoutières. Le seuil va permettre aux populations de faire des activités génératrices de revenus et de changer leurs niveaux de vie. Il est important de redémarrer les travaux qui étaient arrêtés depuis mars dernier, suite à une attaque des bandits armés ayant conduit à la résiliation du contrat de l’entreprise chinoise en charge de la pose du pont. A la date d’aujourd’hui les travaux ont repris avec les Coréens qui sont déjà installés. Le gouvernement prendra des mesures de sécurité pour terminer les travaux dans un bref délai.

Oumar KORKOSSE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. C’est dommage de voir que certaines structures voient des bêtises se réaliser dans la construction de certaines infrastructures maliennes sans broncher, cela n’est pas digne des cadres de ces structures car le pays est appelé de payer ces crédits avec trop d’intérêts pour ces institutions. Le Mali a dans ses mains beaucoup d’infrastructures de ce genre qui restent sans pouvoir être utilisées par les populations, se sont des éléphants blancs que les finances du pays payent avec intérêts sans être utiles pour le pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here