Cyril Achkar, Président de l’OPI : « L’industrie, c’est l’avenir »

0
certains de l'OPI dont le président Achcar (photo archives)

Pour le Président de l’OPI, Cyril Achkar, « l’industrie, c’est l’avenir ».

En prélude à la journée de l’industrialisation de l’Afrique prévue les 28 et 29 novembre 2015, le Président de l’Organisation Patronale des Industriels (OPI), Cyril Achkar, était face à la presse. C’était le 24 novembre dernier en compagnie de Mme Thiam Hawoye Cissé, Présidente de la Commission d’organisation de la journée et Sékou Kéïta, Directeur National de l’Industrie.

Pour le Président de l’OPI, Cyril Achkar, l’industrie est une façon d’enrichir le pays, de donner de l’emploi aux jeunes. « L’industrie, c’est l’avenir », a-t-il affirmé. La Présidente de la Commission d’Organisation de cette journée, Mme Thiam Hawoye Cissé, a détaillé le programme de ces deux jours de travaux. Chaque année, a-t-elle souligné, l’OPI organise la journée de l’industrialisation de l’Afrique avec le Ministère du Commerce et de l’Industrie et l’ONUDI. Selon Mme Thiam, cette année la journée revêt un cachet particulier eu égard au parrainage du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Deux panels seront aminés par des experts sur des thèmes importants comme “Des PME pour l’éradication de la pauvreté et la création d’emplois pour les femmes et les jeunes” et “L’apprentissage par l’alternance dans les entreprises industrielles”. « Nous attendons 50 exposants », a affirmé la Présidente de la Commission d’organisation qui prévoit la remise d’un rapport de l’atelier de validation des études du livre blanc au Président de la République. A en croire le Président de l’OPI, ce livre blanc est le fruit des réflexions de tous les bureaux de l’OPI depuis 1975.

Pour le Directeur National de l’Industrie, Sékou Kéïta, la Journée de l’Industrialisation de l’Afrique a été instituée en 1989 par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Cette journée, célébrée chaque 20 novembre, vise à sensibiliser les grands industriels, les grands financiers et économistes du monde mais aussi les décideurs africains à accompagner l’industrialisation de l’Afrique. « Un pays ne peut pas se développer sans industrie », a-t-il affirmé. La volonté du Ministère en charge du Commerce et de l’Industrie est de mettre en avant les industriels.

« Nous avons une politique nationale de développement industriel depuis 2010 », a-t-il fait savoir. Cette politique est dotée d’un nouveau plan d’action 2015-2017 dont le coût est élevé avec une enveloppe estimée à 1102 milliards de FCFA.

  Chiaka Doumbia

PARTAGER