EDM S.A Quand l’histoire donne raison à feu Alkaly Keïta

4

Feu Alkay Keïta était le Secrétaire Exécutif du Comité de Régulation de l’Eau et de l’Electricité (CREE). Il fut l’auteur d’une légère baisse des tarifs de l’eau et de l’électricité sous ATT. Il était parvenu à démontrer qu’il est possible d’opérer une baisse de la facture d’eau  et d’électricité à hauteur de plus de 50%. Et suite à la lutte menée par les mouvements sociaux, le gouvernement engagea des négociations avec Bouygues (le cessionnaire au moment des faits) pour revoir le cahier des charges d’EDM. S.A.

La base de calcul de feu Alkaly Touré portait surtout sur les faux frais et sur la mauvaise gestion à EDM S.A. Tenez par exemple : la société achète l’électricité à ESKOM –Manantali à 30 FCFA le kWh pour la facturer à 150 FCFA aux consommateurs. Faut-il rappeler que la centrale Hydroélectrique de Manantali fournit 50% de l’électricité consommée à Bamako ?

Ajouter à cela, les faux frais ! Le rapport de feu Alkaly Touré dénonce les postes inutiles et les avantages faramineux y afférents à EDM S.A. Aussi, le personnel d’EDM ne paie que 10 % de sa consommation privée. Naturellement, un commerce lucratif est organisé autour de ce «droit». Le rapport propose par exemple de changer la nature de ces avantages afin que les parents et proches de ce personnel d’EDM ne profitent eux-aussi et de manière démesurée, du principe. Il s’agissait par exemple de leur payer le montant en espèce sur la moyenne de leur consommation privée et personnelle.

Le document insiste surtout sur le vol et la corruption au sein de la structure, en l’occurrence, sur les importantes quantités de carburant qui disparaissent, les facturations fantaisistes et délibérément erronées, les recrutements superfétatoires… C’était en 2004.

Force, est hélas, de reconnaître que les pratiques sont plus que jamais d’actualité. Pour des raisons politiques et politiciennes, la société vient justement de recruter plus d’une centaine de militants du parti au pouvoir, sous la gouverne de l’actuel ministre de l’Energie, M. Frankaly Keïta. Les factures sont délibérément fantaisistes et erronées…  Par ailleurs, au lieu d’une baisse, les tarifs ont été revus à la hausse. La deuxième mort d’Alkaly Touré !

Mort, assassiné, oublié !

Savez-vous ce qui est advenu d’Alkaly Touré ? Il est décédé par suite d’empoisonnement dans la nuit du 15 au 16 Juin 2004 alors qu’il menait justement le noble combat pour la baisse des tarifs d’eau et d’électricité dans son pays.

Bien entendu, les soupçons ont immédiatement porté sur les Responsables d’EDM S.A. Et le Directeur général d’EDM-SA, Michel-Olivier Louis, au moment des faits, a été entendu le 5 Juillet, par la Brigade de recherche du Camp I de la Gendarmerie nationale. A sa suite, de nombreux cadres de la société ont été interrogés. Même si les résultats de l’enquête ne furent jamais rendus publics, le contrat de cession entre l’Etat du Mali et le groupe Bouygues à travers sa filiale Saur, fut tout simplement cassé. Et EDM S.A revint dans le giron de l’Etat du Mali. Le prix à payer pour la mort d’Alkali Keïta ? Il aurait, en tout cas fallu une douzaine d’années pour que son sacrifice s’avère inutile. Les mêmes pratiques de son vivant, ont désormais cours. Personne ne se souvient de ce héros, surtout pas le ministre Mamadou Frankaly Keïta, un de ses anciens très proches collaborateurs !

B.S. Diarra

 

Le mensonge d’Etat

Sous ATT, les subventions accordées au secteur de l’électricité avaient pour but d’éviter une augmentation tarifaire et mettre fin aux délestages. Ces deux objectifs seront atteints. Ce qui n’est manifestement pas le cas sous IBK. Le premier Ministre de celui-ci, à savoir Moussa Mara lors de sa déclaration de politique générale, a promis ciel et terre. Voici le passage concerné. Lisez et dites si une seule des promesses favorables au consommateur, a été tenue ! 

Une subvention de 30 à 35 milliards F CFA

«S’agissant du Secteur de l’Energie, le Gouvernement mettra un accent particulier sur la résorption de nos déficits de production estimés à environ 111 MW en 2013. Pour ce faire il faut s’engager dans l’augmentation des capacités de production d’énergie électrique.

A cet effet, au titre de l’année 2014, le Gouvernement dotera EDM-SA d’une subvention de 30 milliards de FCFA (bientôt porté à 35 milliards de FCFA) auquel s’ajoute la contribution de la CEDEAO de 15 milliards de FCFA pour lui permettre d’assurer un équilibre financier conséquent, réviser et louer des groupes, acheter de l’énergie électrique et réaliser des travaux d’urgence et de réhabilitation de ses installations. A terme, la mise en œuvre de ces mesures contribuera à réduire significativement les charges d’exploitation, à baisser le coût de revient du prix du KWh/h et à endiguer ostensiblement le délestage fréquent consécutif aux problèmes liés à l’approvisionnement en carburants et lubrifiants, au déficit de production et aux insuffisances des réseaux de transport et de distribution d’électricité.

A court et moyen termes, le Gouvernement accompagnera et facilitera la réalisation des grands projets en cours ou en préparation à savoir, entre autres, les Projets :

  • d’extension de la centrale hydroélectrique de Sotuba (6 MW) et de celle de la centrale thermique au fuel lourd de Balingué (45 MW) de 23 MW supplémentaires ; de réalisation de la centrale hydroélectrique de Markala (10 MW) ; de la centrale hydroélectrique de Kénié (42 MW) ; de l’Aménagement de Taoussa (25 MW), de Gouina (140 MW) dans le cadre de l’OMVS, pour une capacité totale supplémentaire de 109 MW
  • la poursuite du projet PASE pour le renforcement du transport et de la distribution d’électricité ; d’interconnexion des réseaux électriques du Burkina, de la Guinée en plus de celui de la Côte d’Ivoire vers un potentiel de 330 MW avec une baisse d’au moins 10% du coût de revient de l’électricité;
  • la poursuite du projet « Promotion de la production et de l’utilisation de l’huile de jatropha comme agro-carburant durable au Mali » et de manière générale du soutien aux énergies renouvelables.

A ce titre, le Gouvernement soutiendra l’installation de kits, de systèmes de pompage, de lampadaires et de centrales solaires ; la poursuite de la réhabilitation des installations endommagées pendant le conflit au nord du pays et l’extension du réseau vers de nouvelles localités (Kita, Tombouctou, Gao, Kidal…).

S’inscrivant dans une dynamique de diminution du coût de revient de l’énergie, mon Gouvernement s’inscrira dans une démarche permanente visant à assurer l’augmentation de la part de l’hydroélectricité et des autres sources d’électricité dans le mix énergétique ; le développement des interconnexions pour remplacer la production thermique locale onéreuse par des importations d’énergie électrique aux coûts compétitifs ; le raccordement progressif des centres isolés au réseau interconnecté sur la base de considérations technico-économiques ; l’accroissement de l’efficacité de gestion des réseaux électriques et la limitation des pertes techniques et commerciales ; l’amélioration du recouvrement des coûts, la généralisation du fuel lourd en lieu et place du gasoil comme combustible thermique, quelques ajustements tarifaires modérés en vue de restaurer la viabilité financière de la société Energie du Mali SA sur le moyen terme ; la réduction des coûts de l’électrification rurale par l’adoption de systèmes de production hybrides (petites centrales solaires de 5 MW) ; la recapitalisation à moyen terme d’EDM-SA en vue de restaurer sa capacité à mobiliser des ressources sur le marché pour une couverture partielle de ses charges d’investissement. Un cadre contractuel définira les engagements d’EDM en contrepartie des subventions perçues pour aller progressivement vers un dispositif pérenne et ajustable en fonction de la situation.

Nous assurerons une desserte régulière de l’énergie pour les ménages et les opérateurs économiques, dans des conditions de plus en plus améliorées pour faciliter l’essor économique qui est conditionné par cela. Nous ferons en sorte qu’il n’y ait plus de délestage dans notre pays.

B S DIARRA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Dès qu’ALKALY a soulevé ce problème, ils l’ont assassiné! Il faut voir comment aucun malien ne reconnait même plus ce martyr…on l’a carrément oublié…et L’EDM continue bien sa mafia dans la plus grande faillite! Cest tout le Mali qui maudit aujourd’hui l’ EDM SA pour son vol et faux service (délestages, coupure et baisse de tension etc..). Alkaly n’est pas mort car Dieu dit que les martyrs ne meurent jamais! Dieu a aussi promis l’ENFER ETERNEL pour “…CEUX qui tuent ceux parmi les hommes qui commandent les gens vers le droit et justice…”

    • Dans 10 ans des societes bidon comme L’EDM SA n’existeront plus en Afrique….les gens vont tourner ver les green energies a travers le solaire et surtout quand les petites entreprises vont revolutioner la vente de l’energie a travers les micro-productions etc… ca arrive inevitablement…. la mafia ne continuera pas!

Comments are closed.