Inauguration de la cimenterie Cimaf de Diago : La coopération industrielle Mali-Maroc en bonne santé

0

Plus qu’un joyau, un générateur d’emplois et une opportunité pour la population démunie de s’offrir un logement, la nouvelle usine de Cimenterie CIMAF de Diago est le signe que la coopération Mali-Maroc est sur les roulettes.

33 milliards de FCFA, soit 33 millions d’Euros, c’est le coût total de l’usine Ciments de l’Afrique (CIMAF) de Diago,  inaugurée par le Chef de l’Etat, son Excellence Ibrahim Boubacar Kéita, le jeudi 15 décembre dernier.

La nouvelle usine dont la pose de la première pierre de la construction avait lieu le 22 février 2014, est un fruit de la signature de convention entre le groupe ADDOHA et l’Etat du Mali, intervenue le 20 février 2014.

L’usine est une filiale de CIMAF Ciments de l’Afrique présent dans 12 autres pays dont le Maroc, la France, la Côte D’Ivoire, la Guinée Conakry, le Cameroun, le Burkina Faso, le Congo Brazzaville, le Gabon, le Ghana, la Mauritanie, le Tchad et la Guinée Bissau. Elle a produit son premier sac de ciment le 8 Novembre 2016.

Selon  l’investisseur marocain Anas Sefrioui, président du groupe CIMAF, lors de la cérémonie d’inauguration, le Mali est une priorité des priorités de son groupe en termes d’investissement.

« L’implantation de cette usine témoigne de cet engagement en faveur du développement industriel du Mali. Cette usine est de la dernière génération et elle répond aux normes internationales et standards internationaux en termes de technologie et de respect de l’environnement », a-t-il précisé.

Et Anas Sefrioui d’interpeller les pouvoirs publics maliens sur la concurrence déloyale, en encourageant ces derniers à y prendre toutes les dispositions afin de protéger le financement.

« Aucune nation ne peut se développer significativement avec un système économique réduit à fournir aux autres des intrants bon marché et une main-d’œuvre servile pour ne recevoir en retour que des produits finis à des prix prohibitifs », expliquera ensuite le ministre du Développement Industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim. Pour qui « l’engagement solennel du souverain chérifien » aux côtés du président IBK « pour mener à bien cette entreprise grandiose est un motif supplémentaire de satisfaction et de fierté ».

Un jour faste pour le président IBK

« Les jours se suivent, mais ne sauraient se ressembler. C’est un jour faste, un jour de bonheur. Je me souviens qu’il y a plus de deux ans, nous avons posé la première pierre de cette usine dans un terrain vague. C’était une promesse. Aujourd’hui, nous avons une usine telle qu’on en rêvait. Le rêve est devenu réalité », a déclaré d’emblée le Chef de l’Etat à la presse.

Une opportunité de création d’emplois

« Grâce à cette usine de première importance, dira le président de la République, nous aurons désormais  la chance d’avoir du ciment à coût abordable. Un ciment d’accès facile et exportable éventuellement est conforme à ce que nous souhaitons. Cette usine va permettre à ceux qui auront la chance d’y travailler de sauvegarder leur dignité par un emploi de mérite, qualifié et rémunéré ».

L’industrie vient renforcer le développement industriel de notre pays et constitue par-là une opportunité génératrice d’emplois. Puisqu’elle entend créer non seulement 200 emplois permanents, directs et indirects, mais aussi elle dotera le marché malien  de 500 000 tonnes de ciment par an, avec une extension allant jusqu’à 1000.000 Tonnes par an. Ciment dont le prix du sac sera vendu à un prix abordable, 4500FCFA le sac.

La coopération en marche

Poursuivant, le président IBK est clair en ce qui concerne la coopération entre les deux pays : «Cet investissement marocain au Mali est un acte de foi et d’amitié, conforme à la géographie, à l’anthropologie et à l’histoire des peuples marocain et malien ».

Cyril ADOHOUN

Commentaires via Facebook :

PARTAGER