Le ministre de l’Energie et de l’eau, la Somagep et les populations de la CIV : La pénurie d’eau en CIV est devenue une question d’hygiène publique.

Sortie des entrailles d’EDM-SA pour disait – on le bonheur des populations du pays dans la perspective d’une bonne et efficiente gestion de l’eau potable, la nouvelle société pompeusement dénommée société malienne de gestion de l’eau potable, la Somagep s’est révélée le pire des  cauchemars des populations et singulièrement, celles de la Commune VI du District de Bamako.

0

Ce n’est plus la peur de ne plus voir de la bonne eau coulée des bornes fontaines, robinets domestiques et douches pour les plus nantis, mais de la désormais question d’hygiène publique dans le District de Bamako, singulièrement, en CIV. Au départ, on racontait à l’envie à ces pauvres populations que le déficit d’eau s’expliquait par des travaux en cours sur on ne sait quel réseau. Au même moment, pendant que ces populations sont consignées aux guets toutes les nuits pour quelques sceaux ou barriques, cette même société envoie factures sur factures avec des menaces par voie de lettre de mise en demeure.
Deux heures, voilà le temps que les populations s’offrent le luxe de contempler l’eau du robinet et comment. Boire pour étancher sa soif, le linge et la vaisselle, non, cela n’est plus le problème, il y a pire.  L’absence totale de cette manne a pénétré les toilettes.
Combien de personnes se déplacent de familles en familles pour quémander un peu d’eau juste pour pouvoir se soulager avec décence, faire les ablutions. Plus question de 3 douches quotidiennes et les quelques familles qui disposent encore de puits sont régulièrement
harcelées par ceux- là qui, ne demandent qu’un peu d’eau pour se satisfaire. Quelles seraient les réactions si cette pénurie avait pénétré la cité administrative, le quartier des ministres de la République ou cette autre cité où travaillent ces mêmes ministres ? Dire par exemple, que la C.IV dispose de deux(2) députés à l’AN, de conseillers municipaux (dont un ancien Premier ministre, d’au moins 3 mairies en plus de la grande, non loin de la place CAN ? Est-ce parce que la zone ACI 2000 est épargnée par cette pitoyable situation que la
Somagep ne se presse outre mesure ?

Monsieur le ministre de la République en charge de l’eau, trop c’est trop.

Si vous n’êtes pas au courant de ce qui se passe en plus de tout ce que vous et vos autres collègues du gouvernement soutiennent en longueur de journées dans le sens du programme de société du président IBK, vous n’êtes pas excusable dans la mesure où ce calvaire des populations est dénoncé chaque jour sans que vous ou même les responsables de la Somagep ne se déplacent pour vérifier. Trop c’est trop monsieur le ministre et voilà là, le cri de détresse de ces populations qui n’ont d’autre recours que les colonnes de ce journal domicilié à Hamdallaye, victime parmi des milliers d’autres de ce qu’il convient de qualifier de mépris. Ces pauvres populations qui peinent à vivre décemment leur misère, se tournent vers vous pour trouver solution à cette cruelle situation, puisqu’aucun des deux députés de cette même commune, n’a jamais daigné vous interpeller en questions orales par rapport à la Somagep, ses objectifs et ses attentes. Au jour d’aujourd’hui, elles voudraient partir au devant du président de la République pour attirer son attention sur le drame qu’elles vivent dans cette commune qu’il a personnellement représenté par deux fois en qualité de député et singulièrement Hamdallaye son quartier d’origine.

Sory de Motti.

PARTAGER