Production d’or à Kobada : Un besoin de 152 millions $

0

La production totale de la mine d’or Kobada est passée de 730 000 onces environ dans l’étude de faisabilité publiée en juin 2020, à 1,2 million d’onces aujourd’hui alors que la durée de vie du projet est prolongée de 6 ans au moins, justifiant notamment l’augmentation de dépenses.

La compagnie minière African Gold Group a publié le 29 septembre une version actualisée de l’étude de faisabilité définitive (DFS) du projet aurifère Kobada au Mali. Selon l’évaluation, le capital initial pour développer la mine d’or passe de 125 millions $, dans la précédente version, à 152 millions $, récupérables au bout de 2,3 ans après le début de la production.

Les fonds serviront notamment à la construction d’une usine capable de traiter annuellement 3 millions de tonnes de minerai, avec une production de 1,2 million d’onces sur 16 ans, soit la durée de vie actuelle du projet. La valeur actuelle nette du projet a également augmenté de 57% pour atteindre 355 millions après impôts avec un taux de rentabilité interne de 38%. Kobada devrait en outre générer des flux de trésorerie nets d’impôts et de dépenses d’investissement de 550 millions $.

« Nous pensons qu’il existe toujours un potentiel important pour augmenter considérablement notre ressource totale de 3,1 millions d’onces. Kobada est maintenant positionné comme une grande opportunité de construction, dans une région prolifique de production d’or en Afrique de l’Ouest », se réjouit Danny Callow, PDG d’African Gold Group.

Notons que la mine sera alimentée par une centrale hybride (thermique et solaire) gérée par un fournisseur indépendant. Cela constitue, apprend-on, une économie de 43% par rapport aux centrales thermiques classiques et une réduction « substantielle » des émissions de gaz à effet de serre.

Malgré la menace terroriste persistante au Sahel, rappelons que les compagnies minières actives dans la région poursuivent leurs activités grâce à des protocoles de sécurité renforcés. Leurs convois routiers escortés par l’armée continuent pourtant de subir des attaques sporadiques auxquelles doivent mettre fin les autorités des pays producteurs d’or comme le Burkina Faso ou le Mali, s’ils veulent continuer à tirer profit des réserves du sous-sol.

 

Agence Ecofin

xx

MINE D’OR DE TABAKOROLE

Les ressources atteignent 1 million d’onces d’or

Tabakorole est détenu en coentreprise par les juniors minières Marvel Gold et Altus Strategies. Cette nouvelle estimation de ressources minérales indiquant une hausse de 12 % des ressources aurifères est le fruit d’une année d’exploration soutenue.

Au Mali, le projet Tabakorole héberge 26,5 millions de tonnes de ressources minérales indiquées et inférées titrant 1,2 g/t d’or, soit 1,025 million d’onces. C’est ce qu’a annoncé mardi 5 octobre la junior minière Marvel Gold, qui précise que les ressources aurifères déclarées dans cette estimation JORC sont en hausse de 12 % par rapport à l’estimation de ressources minérales publiée en 2020.

« Avec 70 % des ressources dans les 150 premiers mètres et plus d’un million d’onces au total, associés à des taux de récupération métallurgique élevés (97 % en moyenne), Tabakorole est en passe de remplir les critères de développement », a commenté Phil Hoskins (photo), DG de Marvel Gold, ajoutant que les travaux d’exploration se poursuivront au cours du dernier trimestre de cette année.

Tabakorole est un projet situé dans le sud du Mali et détenu par une coentreprise entre Altus Strategies et Marvel Gold. Cette dernière détient actuellement 51 % d’intérêts dans le projet et pourra bientôt porter cette participation à 70 %.

Agence Ecofin

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here