Arrêt brutal des travaux de connexion du village de Wondobougou au réseau téléphonie mobile : Les populations de la zone interpellent les autorités et les responsables de Sotelma-Malitel

0

Dans notre dernier numéro, nous avons révélé que cela fait environ cinq mois que les populations du village de Wondobougou, dans la commune de Konobougou située dans la région de Ségou, sont à l’atteinte de l’installation du réseau de téléphonie mobile de Sotelma-Malitel dans cette localité. Ce, après l’acheminement sur place de tous les matériels nécessaires à l’installation dudit réseau, depuis environ 7 mois.  Dans un entretien à bâtons rompus qu’ils ont bien voulu nous accorder, le chef de village de Wondobougou, ses conseillers, les jeunes et les femmes du village brisent le silence et interpellent les autorités et les responsables de Sotelma-Malitel.

Le village de Wondobougou, situé à seulement 16 km de la sous-préfecture de Konobougou, est une zone enclavée. Il suffit de prendre le tronçon qui conduit à cette localité à partir de Konobougou pur se rendre compte du calvaire des populations. Pour preuve, à véhicule, pour les 16 km qui séparent les deux endroits, le voyageur peut passer plus d’une heure, compte tenu de l’état désastreux du tronçon.

Cependant, dans le village de Wondobougou, la préoccupation première des populations, ce n’est pas d’avoir une route, mais plutôt un réseau téléphonique. ” Personne ne pouvait croire qu’à la date d’aujourd’hui Wondobougou n’allait pas avoir de réseau “, nous a confié le conseiller du chef de village, Hamidou Diarra. A l’en croire, suite à leur demande envoyée par la mairie de Konobougou à Sotelma-Malitel, cette société a répondu favorablement en envoyant tous les matériels nécessaires pour l’installation du réseau.

” Tout est sur place, les trous pour l’installation des pilonnes ont été creusés, il ne reste qu’à monter le matériel. Mais depuis 7 mois, rien ! ” a-t-il regretté. Qu’est qui bloque le chantier ? A cette question, il a répondu en ces termes : ” C’est le blackout total. Depuis que Sotelma-Malitel a déposé ses matériels ici, au mois de février, ses techniciens ne sont plus repassés. Comme ce sont des matériels de grande valeur, le village s’est organisé pour les garder et ce sont des chefs de villages qui dorment au clair de la lune, sous la pluie, dans la brousse, pour veiller sur ces matériels. Nous ne savons pas ce qui bloque ce processus. Qu’on nous le dise clairement car nul besoin de dire l’importance du réseau dans notre village qui compte un Cscom et plusieurs Ong “.

Selon un responsable des jeunes du village, c’est toute la jeunesse qui serait mobilisée pour cette cause. “D’ailleurs, les jeunes ont été sollicités pour creuser des trous pour les pilonnes moyennant quelque chose, à savoir un montant de 500 000 Fcfa. Mais après les travaux, nous courons derrière le reste de notre argent à savoir 200 000 Fcfa. C’est vrai, on pouvait même faire gratuitement ce travail vu l’importance du réseau, mais malheureusement, aujourd’hui, nous n’avons ni notre argent ni le réseau ” a -t-il déploré.

Du côté des femmes du village aussi, l’attente commence à être très longue. Elles ont exprimé leur soutien à toute initiative ou personne de bonne volonté qui permettra de faire en sorte que ce village soit connecté au reste du monde. Quant au chef de village de Wondogougou, tout en exprimant son incompréhension, il a lancé un appel à l’aide. ” Nous avons fondé beaucoup d’espoir au début par rapport à ce processus, mais l’arrêt des travaux a été un coup de massue pour les populations et les villages environnants. C’est pourquoi, j’appelle les plus hautes autorités et les responsables de Sotelma-Malitel à penser aux populations laborieuses de Wondobougou. C’est un cri de cœur que je lance à leur endroit ” a déclaré le chef de village de Wondobougou, Bakourou Coulibaly. Cependant, comme nous l’avons rappelé, certains ressortissants de la zone n’excluent pas une main politique derrière cet arrêt brutal des travaux.

Il n’est pas exclu même qu’un ou des élus de la zone pour des raisons politiciennes donnent un coup d’arrêt à cette initiative pour la simple raison qu’ils ne sont à la base. Pour eux, toute personne qui, à travers ces démarches, parvient à faire en sorte que cette zone soit couverte par un réseau sera considérée comme un messie “ nous avait confié un habitant du village de Wondobougou.

En tout cas, le temps est train d’avoir raison des matériels sur place qui risquent de se dégrader et les femmes, les jeunes et les vieux du village sont aujourd’hui tous mobilisés pour que la vérité leur soit dite dans cette affaire.

Kassoum THERA

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here