Edito : Ces manœuvres nuisibles qui entacheraient la présidentielle de 2018

7

La démonstration de force de l’Union pour la République et la Démocratie(URD), samedi 12 mai 2018 au stade du 26 mars, pour l’investiture de son candidat Soumaila Cissé démontre à suffisance que les Maliens en grande majorité aspirent à l’alternance (au changement) le 29 juillet prochain. Mais avec la mise en place des grandes manœuvres pour empêcher cette alternance, j’ai peur pour ce qui nous attend. J’ai peur pour le Mali. Car, tout porte à croire que l’élection présidentielle ne va pas bien se dérouler ni dans la sérénité encore moins dans la transparence. Tous les ingrédients de futures élections truquées, des Hold-up en perspectives dans les zones en proie à l’insécurité, se manifestent pour favoriser la réélection de l’actuel président de République IBK. Un homme qui, à cause de sa mauvaise gestion du pays et de sa trahison envers les Maliens, est en ce moment incontestablement impopulaire. Malgré cette impopularité notoire du Mandé Mansa, le régime sensé organiser des élections transparentes, veut avoir les coudées franches afin de mieux implémenter ses stratégies futures de vols, du sabotage des cartes d’électeurs (sinon comment comprendre le changement rapide de la carte Nina par la carte d’électeur à quelques mois du scrutin présidentiel). Nous avons observé les mêmes stratégies au Niger : où beaucoup de Citoyens n’avaient pas eu leurs cartes, surtout dans les zones où il y avait plus d’électeurs de l’opposition. Puisque la Coalition pour l’Alternance et le Changement a été entériné, le régime de IBK va donc opter contre cette Coalition, c’est-à-dire orchestrer : le Un Coup KO, qui avait bien marché en Guinée, et au Niger.

Avec tout ce qui se trame dans l’ombre, nous avons la preuve que le régime IBK ne reculera devant plus rien pour passer et réussir son Un Coup KO lors des élections présidentielles en faisant subir la Force contre le Droit. Car nos dirigeants actuels n’ont pas la prénotion de l’alternance démocratique.

Alors il faudrait que les hommes politiques, les leaders d’opinion et de la société civile porteurs de l’alternance ne se limitent plus aux déclarations improductives, mais de se réunir encore pour s’opposer à cette dictature en marche du Gouvernement d’IBK.

Car, nous avons l’impression que la grande mobilisation du peuple malien contre la révision Constitutionnelle à travers la plateforme Anté A Banna,  ne leur a pas visiblement servi de leçon.

La survie du Mali dépend, en tout cas, de la bonne tenue du scrutin présidentiel. De ce fait, le régime doit cesser toutes les manœuvres nuisibles qui entacheraient ces futures élections de 2018.

A mon sens, il est impératif que la Coalition pour l’Alternance et le changement qui regroupe en son sein plus d’une cinquantaine de partis politiques et plus d’une centaine d’associations durcit le ton et les actions vis-à-vis du régime, car tout nous incline à penser que le Président n’entend nullement céder le pouvoir de gaité de cœur.

Aliou Touré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Ce que le journaliste dit est probable. Vous savez que IBK n’aime pas la défaite. Vous êtes enivrés par le pouvoir, sinon en vos âmes et conscience vous aviez été tous témoins des menaces de 2002 après la proclamation des résultats: quels partisans se sont armés?
    En 2013 qui a acheté toutes les armes blanches de tous les marchés de Bamako?
    Vous poussez l’ironie jusqu’à ignorer le fair play de Soumaila en 2013.
    Soyez fair play, le soir du 29 juillet.
    IBK ET SES PARTISANS CRAIGNENT SOUMAILA

    ATTENTION, CEUX QUI ONT PILLE LE PAYS N’ONT PLUS QUE LA PLUME POUR FAIRE DE LA DIVERSION

    AVEC IBK LE MALIEN MEURT TOUS LES JOURS DE MORT ATROCE ET GRATUITE.

    TOUS CEUX QUI SONT MORTS LE SONT POUR RIEN, CAR LES TUEURS SE PROMENENT LIBREMENT

    PEUT ETRE MEME QUE VOUS PARTAGEZ VOS REPAS AVEC EUX, QUI SAIT?

  2. bjr Mr Touré
    Pour ton information, c’est l’opposition qui a demandé l’introduction des cartes d’électeurs aux élections de 2018, donc, s’il ya tripatouillage , c’est l’opposition qui en est responsable.
    Leur intention est connue, ils veulent chercher le cheveu dans la soupe comme toi, car ils savent qu’ils vont perdre. Ceux qui crient à Bamako n’ont pas de bases politiques à l’intérieur du Pays.
    IBK fera le Takokele inchallah
    Salam

    • Tu mens. L'opposition n'a jamais demandé le remplacement des cartes NINA par de nouvelles cartes d'électeurs

      L’opposition a même dénoncé la décision du 1er ministre de remplacer les cartes NINA par les nouvelles cartes d’électeurs, à si peu de temps des élections.

      C’est une décision de Soumeylou et avec l’accord d’IBK et cette décision vise à voler.
      Mais les maliens restent vigilants et mobilisés.
      Si jamais ils tentent de voler la présidence, IBK finira comme le général Gueye et Soumeylou n’aura pas la chance de le raconter à ses petits fils.

  3. IBK est un homme fini. Seuls les suppôts d'IBK déjà aux abois ne sont pas d'accord avec votre analyse.

    Analyse objective pour les réalistes et les visionnaires, terrorisante pour le régime chancelant et ses suppôts aveuglés par le sentiment clientéliste et inavoué.

    IBK est un homme fini au regard des réalités dont les plus criardes sont: le bilan d’IBK, la situation sécuritaire du Pays au bord de la guerre civile, la perte de toute crédibilité auprès de la communauté internationale attendant un nouvel interlocuteur, le mal être des citoyens, la gabegie et le clientélisme portés à leur apogée sous ce régime.

    Il est fini, il lui reste à le comprendre pour limiter les dégâts, sortir par la bonne porte et éviter sa propre destruction et l’embrasement du Mali.

    IBK est fini mais il a nommé Soumeylou, le maître des ténèbres pour faire du miracle par tous les moyens y compris le vol, le crime et les manœuvres dans l’ombre.
    IBK est comme son ami Gbagbo qui a sacrifié des centaines d’ivoiriens et cru aux pouvoirs surnaturels des prêtres et féticheurs avant de se faire déterrer de son bunker arme pointée sur sa tempe.

    Il a fini comme doivent finir tous les im béciles et assoiffés de pouvoir mais il a eu la chance de ne pas mourir, ce qu’IBK n’aura pas s’il tente de voler le pouvoir à l’occasion des élections.

    A bon entendeur salut.

    En tout état de cause, le Peuple malien est décidé à le déposer et s’il ne se conforme pas à sa décision souveraine, il finira comme le général Gueye.

  4. Il faut dire qu’on va inéluctablement vers le scénario de 2013 pour soumaila cissé. En effet il avait fait une campagne à coût de dizaine de milliards pour se voir ensuite humilié par le peuple malien qui a plébiscité le président IBK. On dit que les mêmes actions produisent les mêmes effets. C’est le désaveu de soumaila cissé par le peuple malien qui sortira des urnes le soir du 29 juillet prochain.

    • Faux, 2013 est passé il y a 5 ans.
      2013, il n’y a pas eu un seul mort
      2013, les Maliens sincères ont décidé de confier leur destin à un digne fils de leur pays
      2018, les faits parlent d’eux-mêmes, les maliens sincères se sont rendus compte du fait que IBK quémandait le pouvoir par hypocrisie, il n’avait pas la compétence nécessaire.
      Il ne peut rien pour le Mali, et faisons attention car son parti est plein de gens comme lui, ils sont capables de tuer des maliens pour garder le pouvoir
      Partout au mali nous savons tous que les cadres du rpm ne sont que des bruts, d’anciens violeurs; voleurs etr criminels de grands chemins tellement ce sont des arrivistes
      C’est pourquoi je propose qu’ils soient repertoriés et qu’au soir du 29 juillet, qu’ils soient mis au arrêts et qu(ils répondent tous de la gestion amateuristepar laquelle ils ont conduit le mali depuis 2013

  5. Journaliste imposteur ! laisse notre pays en paix s’il te plait . Ne dites pas des choses inexistantes qui poussent à la violence.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here