Edito : Comme la France, le Mali sera-t-il prêt en 2018 ?

6

Dimanche 08 mai 2017. En France, le peuple est averti et croit à la force des idées.  Avec une victoire fracassante de 65,5% des suffrages, Macron est élu Président de la République. La France donne ainsi une leçon de démocratie au monde. Macron fait table rase aux traditionnels partis politiques. C’est avec son audace et sa confiance en la France qu’il défie, de façon évidente, les politologues qui pensaient que les primaires sont un passage forcé pour accéder au pouvoir, au plus haut sommet. Face à cette paranoïa et aux fictions dogmatiques, Macron a compris qu’il y’a une seule réponse pour trancher définitivement, il s’agit de la voix des urnes. Pour tous ceux qui doutaient de son audace et de son charisme, la victoire de Macron vient d’offrir un cinglant démenti, en témoignent les 65,5% des suffrages face à Marie Le Pen: 34,%. Macron, du coup, sauve l’honneur des Français qui restent européens, mais rassure les étrangers qui étaient menacés. Ce fut alors le fiasco chez l’imposante historique, Marie Le Pen. Une nouvelle page de la politique française vient de s’ouvrir sur une note de changement et d’espoir.

Avec des slogans comme : En marche, la France ! Ou Ensemble, la France ! Macron a osé croire en cette France qui dit oui au changement, cette France lui a souri ! Il est parvenu à réaliser son rêve pour une autre France, celle du changement. Et par cette victoire, Macron a surpris le monde, et surtout, celui des vieux routiers de la politique. Certainement, il continuera à surprendre.

Il a vite compris qu’un électeur n’est pas un militaire, d’où la nécessité pour lui de communiquer avec les Français, ses électeurs, afin de les convaincre, c’est le socle de la démocratie. A la fin du processus, c’est le verdict des urnes qui l’a emporté sur les manœuvres de division des français et d’isolement de la France, mais aussi, la voix des manigances, d’arrogance et de l’ignorance.

A 39 ans, il devient le plus jeune président de la Ve République. Certes, Macron est jeune, mais va-t-il mener une politique jeune? Les semaines à venir nous les prouveront .En tout cas, le chemin qu’il a emprunté est impressionnant et il fait rêver désormais la jeunesse.

Macron vient d’enseigner à la jeunesse qu’une nouvelle approche est bien possible permettant de déjouer les pièges machiavéliques qui font échouer le plus souvent la jeunesse.

Cette victoire légendaire hisse la France sur la voie du changement et même du rajeunissement, mais aussi c’est une victoire qui interpelle l’Afrique, particulièrement, cette Afrique des vieilles colonies françaises. Une victoire qui devient un séisme politique pour les vieux dinosaures politiciens de l’Afrique.

Enfin, cette victoire est un message fort aux africains gérontocratiques, c’est aussi, une belle inspiration pour la jeunesse malienne.

Dans le contexte malien, l’effet Macron n’est pas pour demain. D’abord, parce que ici on ne croit pas aux idées. On vote par affinité et pour quelques billets de banque. La démocratie n’est pas une réalité au sein même de nos partis politiques. Des présidents à vie qui se présentent à chaque élection pour le même résultat. L’ancienne classe politique a échoué au Mali et a conduit le pays à la dérive. Ils sont encore nombreux hélas ces jeunes qui soutiennent mordicus ces vieux loups qui n’ont visiblement autre dessein que de se servir du pouvoir et non servir les intérêts des Maliens. Et au même moment on clame avec force : on veut le changement, l’alternance. Quel paradoxe et quelle incohérence!

Des politiques maliens qui ne savent pas défendre leurs raisons même quand ils ont raison. Ils fuient les plateaux des télévisions parce qu’ils sont limités et parce qu’ils n’ont aucun programme à présenter aux Maliens. Ils ne sont forts que dans la destruction, le détournement de deniers publics. 2018. C’est maintenant. Chaque voix compte. Ce sont les peuples qui font l’histoire. Le Mali sera-t-il prêt  à faire le changement et le chamboulement de la classe politique en 2018 comme cela a été le cas de la France ?

Les Maliens sont sur la corde raide : basculer dans l’abandon, ou assumer notre destin.

Aliou Touré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Que personne ne vote pour un candidat qui est déjà connu car ayant déjà fait leur preuve. Ni IBK, Soumaila CISSÉ, M TALL, M SIDIBE , Tieoule DRAME etc—— prénom un inconnu patriote et on verra.

    • Pourvu que cet inconnu aie 500 FCFA, du Nadjini et du T-shirt à donner à tous ceux qui voteront pour lui.

  2. Très bonne analyse
    Mais la grande question, Le Mali a -t il un Macron?
    Les jeunes politiques du Mali sur qui on comptait ont répondu à l’appel du partage du gâteau avec les Vieux.
    Je ne crois pas au changement pour 2018
    que Dieu sauve le Mali

  3. Le Mali edit fin pret pour 2018. Rien ne sera plus comme auparavant. En 2018, les maliennes et maliens eliront un President meconnu des rouages politiques. Ces hommes et femmes politique ont assassine le Mali. Nous ne voulons plus d’eux a commencer par IBK.

  4. La jeunesse Malienne n’a pas encore pris la mesure du danger que ces Cleptocrates font peser sur son avenir. Étant le prototype même de la jeunesse abrutie et mal éduquée à l’Africaine, ce n’est pas maintenant qu’elle prendra son destin en main. Ce qu’on craindre est une Bokoharamisation de cette jeunesse qui a un niveau collectif aussi bas que ces jeunes du Nord du NIGERIA.

Comments are closed.